Le patronat appelle à la mobilisation générale

Pour une fois unis, le Medef, la CGPME et l'UPA déclarent l'union sacrée et se mobilisent pour la croissance et l'emploi. Une série de manifestations est prévue entre le 1er et le 5 décembre dans toute la France.
Fabien Piliu

2 mn

Sur ces 41 milliards d'euros, seuls 8,5 milliards ont été pour l'instant versés aux entreprises , explique à La Tribune Jean-François Roubaud, le président de la CGPME
"Sur ces 41 milliards d'euros, seuls 8,5 milliards ont été pour l'instant versés aux entreprises ", explique à La Tribune Jean-François Roubaud, le président de la CGPME

Les patrons dans la rue ! Du 1et au 5 décembre, le Medef, la CGPME et l'UPA annoncent dans un texte commun une semaine de mobilisation malgré les messages flatteurs du gouvernement adressé aux chefs d'entreprises.

Le motif ? " Nous, chefs d'entreprise, savons que la France est un grand pays, plein de talents, d'énergie, de potentiels. Tous les jours, nous œuvrons pour développer nos entreprises et créer ainsi richesses et emplois. Pourtant, notre économie va mal. Elle est bridée par 30 années d'une politique qui a progressivement étouffé les entreprises de toute taille par une accumulation de charges, de contraintes, de taxes et de sanctions. Il nous faut désormais changer de posture : tous les élus, qu'ils soient de droite, du centre ou de gauche, qu'ils soient élus locaux ou nationaux doivent nous permettre de retrouver les voies de la croissance et de l'emploi grâce au pragmatisme et à la confiance », expliquent les trois principales organisations patronales dans un texte commun.

Malgré le Pacte de responsabilité...

En clair, les mesures contenues dans le Pacte de responsabilité qui intègre 41 milliards d'allègements fiscaux aux entreprises ne suffisent pas. " Il faut arrêter de nous jeter ces mesures au visage. Sur ces 41 milliards d'euros, seuls 8,5 milliards ont été pour l'instant versés aux entreprises ", explique à La Tribune Jean-François Roubaud, le président de la CGPME. " Nous saluons ces mesures qui permettront aux entreprises de mieux lutter contre la concurrence internationale. Mais la mise en place sans concertation du compte pénibilité, la durée minimale de 24 heures pour les contrats de travail à temps partiel et l'obligation d'informer les salariés deux mois avant la cession d'une entreprise sont des aberrations économiques ", martèle-t-il

Des mouvements spontanés

Si cette union sacrée entre les trois principales organisations patronales est plutôt inédite, ce n'est pas la première fois que les chefs d'entreprise se mobilisent. Plusieurs mouvements patronaux spontanés ont pris naissance en réaction à des mesures gouvernementales. En 2013, les Pigeons s'étaient mobilisés contre l'article du projet de loi de Finances (PLF) 2013 sur la taxation des plus-values de cessions d'entreprises. Cette même année, les Poussins s'étaient révoltés contre les initiatives gouvernementales bridant le régime l'auto-entrepreneur, les Moineaux s'étaient battus pour que le gouvernement valorise le risque et résolve leurs problèmes administratifs quotidiens tandis que les Moutons, soutenus par la CGPME ont dénoncé les dysfonctionnements du régime social des indépendants.

lettre

Fabien Piliu

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 59
à écrit le 21/11/2014 à 19:45
Signaler
ils vont manifester avec leur cayenne , m3 , m5 etc etc

à écrit le 19/11/2014 à 8:23
Signaler
Patience : plus que deux ans d'économie administrée, donc de croissance #0 mais d'impôts,taxes et surtaxes pour combler les subventions tous azimuths. Dans quel état sera vraiment la France en 2017 : on attend l'audit avec impatience

à écrit le 19/11/2014 à 8:16
Signaler
Trop d'élus, trop d'impôts, trop d'endettement, trop de chômage, trop de mensonges .. c'est ça la République populiste française

à écrit le 19/11/2014 à 6:49
Signaler
Il y en a assez de ces gens qui prennent en otage le pays !!!!

le 19/11/2014 à 7:12
Signaler
Vous parlez de la CGT ou de SUD ou de FO ?

à écrit le 18/11/2014 à 20:08
Signaler
enfin on va voir un paquet de pleureuses dans la rue.

le 18/11/2014 à 21:49
Signaler
Co a créé combien d'emplois dans sa vie !?

à écrit le 18/11/2014 à 20:00
Signaler
taxer un Max les patrons on vous suit à fond.

à écrit le 18/11/2014 à 17:01
Signaler
l'état doit recentrer son action et ses aides sur les secteurs d'avenir.désolé ,petits artisans et commerçants,mais votre modèle est caduc,les entreprises faibles doivent disparaitre dans un monde global.priorité auchampions du cac 40,aux start ups a...

le 18/11/2014 à 17:32
Signaler
"l'état doit recentrer son action et ses aides sur les secteurs d'avenir." C'est sur ça :l'Etat connait les secteurs d'avenir, il n'y a qu'à voir l'état du pays... AH AH AH AH !!!

le 18/11/2014 à 20:46
Signaler
tout à fait, fin des aides pour : - le commerce - les professions libérales - les aides à la personne - le tourisme - la finance - les boites de pub - l'immobilier - ... Aides seulement pour les secteurs qui créés de la richesse comme l'ag...

à écrit le 18/11/2014 à 16:12
Signaler
De surcroît, il faudrait qu'une bonne proportion des chefs d'entreprise et leurs équipes de vente s'organisent et s'activent bien davantage sur les marchés export, à l'instar de leurs concurrents allemands et autres!... le temps de la cueillette est ...

à écrit le 18/11/2014 à 13:58
Signaler
La CGPME fait une erreur d'associer son action à celle du MEDEF qui torture les PME ; Faut arrêter de cotiser à la CGPME qui est devenue une officine trouble de l'obscur MEDEF des voyous de la finance.

le 18/11/2014 à 19:09
Signaler
Vous ne connaissez pas le contexte : la CGPME descendra SEULE dans la rue le lundi 1 /12 ... signe de notre participation a l'Action Generale des Organisations Patronales

à écrit le 18/11/2014 à 13:40
Signaler
Moi je fais la greve du developpement ,pas de recrutement =pas de probleme.

à écrit le 18/11/2014 à 13:26
Signaler
Trop tard. Les Français sont marxistes et ne comprennent pas l'économie de marché. Ils détruisent leur outil de production et rêvent de fonctionnariat. Je pense que ces manifestations sont le dernier soubresaut avant la chute finale. On n'aime pas le...

le 18/11/2014 à 13:48
Signaler
Les Français ne sont pas marxistes, les politiques français ont perdu le sens de l'argent; là est le problème.

le 18/11/2014 à 16:02
Signaler
le phoenix renait de ses cendres...

le 18/11/2014 à 17:24
Signaler
"le phoenix renait de ses cendres..." L'Argentine et le Brésil ont fait faillite dans les année 50, et ne s'en sont toujours pas remis...

le 18/11/2014 à 23:27
Signaler
Vous êtes dans quel monde exactement ? La France, de plus en plus dissoute dans l'Ue est toujours plus conservatrice, le parti socialiste actuel ferait passer l'ancien RPR pour un ramassis de gauchistes et enfin l'Argentine et le Brésil ont largement...

à écrit le 18/11/2014 à 13:19
Signaler
"Elle est bridée par 30 années d'une politique qui a progressivement étouffé les entreprises de toute taille par une accumulation de charges, de contraintes, de taxes et de sanctions." Clair : la gauche vient seulement de repasser au pouvoir... Sinon...

à écrit le 18/11/2014 à 12:59
Signaler
Je suis patron et je demande l arret de toutes les aides aux entreprises, source de distorsion de concurrence. Avec l argent recupere, on baisse les charges salariales et patronales de TOUTES les societes, tpe et multinationale. 2ieme demande: Au lie...

le 18/11/2014 à 13:19
Signaler
Tout a fait d'accord, le seul hic, on fait quoi des fonctionnaires utilises pour collecter et redistribuer ces aides

le 18/11/2014 à 13:51
Signaler
Voilà une réflexion pratique, faisable et efficace. Malgré tout, arrêter le copinage entre les politiques et certaines sociétés ça risque de faire beaucoup de mécontents côté grands argentiers (Vinci, Bouygues, Eiffage, Suez, Veolia...) et ça n'en s...

le 18/11/2014 à 14:26
Signaler
merci

le 18/11/2014 à 16:24
Signaler
Je ne suis pas patron, mais je vous donne 200% raison.

le 18/11/2014 à 20:41
Signaler
Non, avec cet argent, il faudrait utiliser la moitié pour réduire les prélèvement sociaux des entreprises qui crées réellement de la richesse, c-à-d l'industrie, l'agriculture et seulement certaines entreprises tertiaires (genre informatique, mais pa...

à écrit le 18/11/2014 à 12:55
Signaler
Moi je fais la grève des apprentis !! Je n'en prendrais plus tant qu'on aura tous ces conneries d'énarque qui nous étouffent

le 18/11/2014 à 14:02
Signaler
Et moi, je prends des polonais. Travaillent et cherchent pas a gagner autant qu'un enarque avec un CAP.

le 18/11/2014 à 20:02
Signaler
mois je fais des travaux déclarés avec des boîtes polonaises ou autres, elles sont moins chères et aussi efficaces. Les apprentis iront voir ailleurs et j'espère que l'état va augmenter les taxes pour les artisans, ce sont des pleureuses.

à écrit le 18/11/2014 à 12:48
Signaler
Impossible de créer des emplois et d'investir avec un matraquage fiscal pareil. La seule croissance prévisible...c'est celle du chômage ! Les fonctionnaires des impôts sont devenus des inquisiteurs implacables. Les redressements judiciaires battent ...

le 18/11/2014 à 13:22
Signaler
Clair que les redressements devraient être interdits !! Si on peut plus frauder tranquille, je pars en Suisse. Pardon. Au Luxembourg. C'est mieux.

à écrit le 18/11/2014 à 12:09
Signaler
Bah voila on va se mettre en grève maintenant on fermera les boites on paiera plus l'urssaaf et ....bah les gars. C'est fini ce modèle économique est pourris gauche droite fn.. tous dans le meme panier, vivement qu'on soit dans un pays communistes...

le 18/11/2014 à 12:25
Signaler
Ce qui est honteux c'est la pauvreté de votre grammaire et de votre orthographe...

le 18/11/2014 à 13:47
Signaler
Et oui, je suis d'accord avec vous. Comparer votre salaire net et votre salaire brut + charges patronales, ça donne des frissons. Puis comparer votre future retraite, là c'est la crise d'apoplexie assurée. 57 % de l'argent est dépensé par l'état. Mê...

le 18/11/2014 à 20:36
Signaler
Non, ce n'est pas 57 %, l'état redistribue autours de 13 % en niches fiscales diverses (incluant les baisses de prélèvements sociaux) et donc c'est plutôt 44 % le vrai taux de prélèvement. De plus, on ne peut comparer un pays où les assurances santé ...

le 18/11/2014 à 21:35
Signaler
OK rryv, vous avez raison, alors supprimons toutes les niches fiscales et que l'état redistribue l'argent aux citoyens. Pour les dépenses de santé, je n'ai effectivement pas ces données et si vous en parler c'est surement que vous avez vérifié. Main...

à écrit le 18/11/2014 à 12:02
Signaler
Winston Churchill avait raison lorsqu’il disait : "certains considèrent le chef d’entreprise comme un loup qu’on devrait abattre, d’autres pensent que c’est une vache que l’on peut traire sans arrêt, peu voient en lui le cheval qui tire le char".

le 18/11/2014 à 12:08
Signaler
C'est bien çà, il avait tout compris sur l'état d'esprit actuel, si il n'y a pas de patrons il n'y a pas de salariés.

le 18/11/2014 à 16:25
Signaler
@D'accord : et si pas de salariés, pas d'entreprise. Ce que Churchill disait est valable pour les TPE ou les PME pas les grandes boites sclérosées par les actionnaires rentiers et dont le PDG n'est là que pour ramasser ces millions de parachutes doré...

le 18/11/2014 à 20:06
Signaler
Churchill avait raison il faut faire payer les patrons, il y a encore la marge, faut y aller à fond la caisse.

à écrit le 18/11/2014 à 11:53
Signaler
des dividendes qui battent des records, mais le patronat français continue de pleurer et de licencier à tour de bras. A la base j'étais pour ces aides aux entreprises, mais force est de constater que pour l'instant cela sert les actionnaires et sûrem...

le 18/11/2014 à 12:15
Signaler
Les dividendes, c'est l'Etat qui fait le forcing pour que les entreprises en versent beaucoup. L'Etat français est actionnaire des principales entreprises du CAC 40 : EDF, GDF Suez, Renault, Peugeot, Areva, etc. C'est l'état qui demande des dividend...

le 18/11/2014 à 13:21
Signaler
Cree ta boîte et tu pourras parler de ce que tu connais

le 18/11/2014 à 20:05
Signaler
ta boite est déjà en lambeau.

à écrit le 18/11/2014 à 11:51
Signaler
Ceux qui sont chefs d'entreprise de TPE et PME aujourd'hui n'arrivent pas vivre décemment. Nous ne nous payons presque pas pour savoir les emplois de nos collaborateurs qui gagnent plus que nous et qui ont plein d'acquis sociaux alors que nous, nous...

le 18/11/2014 à 12:08
Signaler
Je connais des "petits" patrons dans votre cas, qui ne peuvent pas se payer. (j'en connais aussi qui vivent dans l'opulence d'ailleurs). Mais croyez vous vraiment que le Medef et Gattaz soient vos meilleurs alliés ? Ils ne protègent que leurs intérê...

le 18/11/2014 à 12:10
Signaler
Moi, je fais bien la différence entre patron de petite entreprise (qui en est le propriétaire) et patron (PDG) de moyenne et grande entreprise; ou fils à papa (cf patron du MEDEF) qui ne sont que des assistés (et qui sont toujours en train de pleurer...

le 18/11/2014 à 12:32
Signaler
Bonjour, Etant chef d'entrepriseS et consultant je peux vous assurrer que le problème vient des entreprises elles même et non de lenvironnement législtaif. Effectivement la plupart des entreprises se retrouvent dans un environnement ultra-compétiti...

le 18/11/2014 à 12:45
Signaler
+1

le 18/11/2014 à 17:22
Signaler
Pour un chiffre d'affaires de 100 € - 50 € en charges patronales et salariales (sécu, retraite, allocs...) - 10 € en coûts de fonctionnement - 10€ en Impôts sur le Revenu ou en Impôts Société Il ne reste plus que 30 € pour se nourrir, se loger ...

le 18/11/2014 à 17:30
Signaler
"L'ajustement ne doit pas se faire sur les salaires et sur la masse salariale" Z'êtes un genre de comique, vous ! Faut licencier et délocaliser. Y'a pas photo : les prélèvements sont largement plus bas ailleurs. Et souvent avec une meilleur men...

à écrit le 18/11/2014 à 11:25
Signaler
Justement ceux qui gagnent plus sont ceux qui veulent "se mobiliser", sortir dans la rue !!! en France le show must go on sans arrêt, les vaudevilles….

à écrit le 18/11/2014 à 11:15
Signaler
On peut légitimement s'inquiéter du ridicule de la situation de notre pays où le patronat se met lui aussi à descendre dans la rue pour demander... Pour demander quoi exactement ? Ne sont-ils pas depuis de nombreuses années au centre des attentions d...

le 18/11/2014 à 11:31
Signaler
Cher Yohann, Venez donc avec nous dans nos entreprises, pas celles du CAC40 ou du medef mais celles qui font tourner le pays, les PME et TPE... Croyez moi mais votre discours va changer radicalement, on en peut plus, nous sommes a bout de souffle d...

le 18/11/2014 à 13:17
Signaler
Créé ta boîte et tu comprendras

le 18/11/2014 à 13:29
Signaler
Vous écoutez le discours des politiciens et des énarques La verite Le CFE coute le double de la taxe professionel L'augmentation des impots sur les dividendes énormes L apprentissage et des lois soviétiques sur les échelles les horaires Le compt...

le 18/11/2014 à 17:29
Signaler
+1 Je suis dans la même situation que vous... petit patron, à bout de souffle et étouffé par la réglementation et la fiscalité française... alors que dans d'autres pays, c'est l'inverse. Une majorité de Français ne comprennent rien à l'entrepreneur...

le 18/11/2014 à 17:31
Signaler
" Ne sont-ils pas depuis de nombreuses années au centre des attentions de tous les gouvernements successifs" Oui, pour leur piquer du pognon, mais à part cela.. Vivement qu'on arrête la solidarité, la redistribution et toute ces conneries d'E...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.