"L'exaspération des patrons de PME est à son comble" (G Roux de Bézieux, Medef)

 |   |  425  mots
Pour Geoffroy Roux de Bezieux (Medef) le gouvernement reste totalement sourd aux demandes des entreprises
Pour Geoffroy Roux de Bezieux (Medef) le gouvernement reste totalement sourd aux demandes des entreprises
Le vice-président du Medef explique pour La Tribune pourquoi il organise une semaine d'actions patronales décentralisées partout sur le territoire. Dans le collimateur: les dispositions de la loi Hamon sur la transmission des entreprises et le compte pénibilité. Il estime aussi que le gouvernement reste sourd aux demandes patronales.

La Tribune. Pourquoi choisir ce moment précis pour lancer une semaine de mobilisation ?

- Geoffroy Roux de Bézieux. On choisit un moment où l'exaspération des patrons de PME monte très fortement. Ils subissent une tension sur leur trésorerie, les faillites se multiplient. De plus le gouvernement reste totalement sourd a notre demande de différer l'application de certaines lois malgré nos demandes. Je pense aux article 19 et 20 de la loi Hamon qui obligent un patron d'une entreprise de moins de 250 salariés à informer ses salariés de son projet de vendre sa société dans les deux mois qui précèdent, ainsi qu'a la mise en place du compte pénibilité dès 2015 alors qu'il s'agit d'un dispositif d'une complexité extrême. Nous avons tenté de dialoguer mais le gouvernement ne nous entend pas. Dès lors, nos adhérents ont envie d'en découdre. En organisation responsable nous nous devons de les écouter.

. Certes, mais cette mobilisation intervient au moment ou le pacte de responsabilité qui octroie 41 milliards d'euros d'allègements de cotisations et d'impôts sur trois ans aux entreprises est en passe d'être finalisé. Un geste d'une ampleur sans précédent.

- Il faut en finir avec ce gigantesque mensonge. Entre le dernier gouvernement Fillon et l'actuel, les entreprises on subit 30 milliards d'imposition supplémentaires. Maintenant on nous dit que les prélèvements vont baisser de 41 milliards d'euros sur trois ans. Au mieux, donc, le solde sera positif à la fin 2016. Le problème également c'est que dans le même temps les députés créent des taxes supplémentaires et que la fiscalité locale va augmenter de 3,6% en 2015 alors que l'inflation ne sera que de 0,3%. Il ne faut jamais oublier qu'au total, les entreprises paient 350 milliards d'impôts divers

.Quel est l'objectif de cette semaine d'actions et envisagez-vous d'aller plus loin si vous ne parvenez pas à vos fins ?

- Je vous l'ai dit, nous voulons l'abrogation des dispositions de la loi Hamon sur la nécessaire information des salariés en cas de vente qui est une ineptie et une refonte totale du dispositif sur le compte pénibilité. Ce mécanisme est d'une complexité effrayante et va coûter aux entreprises. Le président de la République a beau annoncer sur TF1 la création d'une mission dont l'objectif est de parvenir à ce que le compte pénibilité se fasse à coût zéro, nous ne le croyons pas car nous n'avons plus confiance dans la parole de l'Etat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/11/2014 à 9:21 :
Quand il échangera sa Porches pour une Lada ou sa maison de 30 pièces contre un HLM il pourra parler. Pour le moment qu'il la ferme. Hollande taxez encore un peu plus les boîtes ne vous inquiétez pas pour leurs marges, je regarde mon patron, 300 employés, il n'est pas malheureux mais il pleure tois les jours. Si vous leur mettez encore une couche je vote pour vous en 2017.
a écrit le 11/11/2014 à 10:25 :
Si vous en avez marre de notre pays, quittez le et emmenez aussi les grands patrons qui en ont marre avec vous. Au moins les PME dont vous parlez pourront enfin vivre et se développer. Ce qui tuent nos PME ce ne sont pas les salariés mais les grands groupes et les gros syndicats comme le votre. Si les bouchers et charcutiers ont disparu de nos trottoirs c'est bien a cause des hyper marchés qui aujourd'hui ayant le monopole pratiquent des tarifs exorbitant pour des produit de mer... Alors si vous en avez marre de Français sachez que les Français aussi en ont marrent de vous et de votre mondialisation...
Réponse de le 12/11/2014 à 9:16 :
bien dit qu'ils se tirent on pourra respirer.
a écrit le 10/11/2014 à 11:26 :
le medef ne represente rien à mes yeux qu'une sucursale du pouvoir.

Ils ont laissé les Tpe se faire étranglé par l'imposition des dividendes.

Dans tous les cas ce pays est foutu parceque'il est communiste.

Alors arrêtons de pleurer et réformons les structures les économies de cure dents ca suffit ...
a écrit le 10/11/2014 à 11:05 :
5800MILLIARDS ON ETE DEPENSSE CES DERNIERE ANNEES EN RELANCE QUI EN A PROFITE LE PLUS ? DONC LES PATRONS DEVRAIS ETRE PLUS MOSDESTES? DE PLUS SE SONT QUI ONT APAUVRIES LA FRANCE EN DELOCALISANT A OUTRANCE??? LES LARMES DE CROCRODILES CA SUFFIT? IL Y A PLUS DE SUCIDE CHEZ LES PAYSANS ET CHEZ LES JEUNES ET LES PERSONNES AGEES QUE CHEZ LES PATRONS??? M rGATAS EXAGERES COMME D APITUDE???
Réponse de le 10/11/2014 à 12:50 :
Sur le fait que ce sont les plus pauvres qui trinquent vous avez parfaitement raison; malheureusement c'est toujours comme ça et ça n'est pas Mr Roux de Bézieu et ses millions de côté qui subiront jamais la crise (je ne dis pas qu'il les a volés).
Après il suffit à chacun de prendre sa feuille de paye et de comparer son salaire net (duquel il faut retrancher la TVA et l'impôt sur le revenu) avec le salaire brut+charges patronales pour comprendre que la France a un gros problème de coût du travail. Et ce problème n'est pas dû au fait que les salaires soient trop élevés ; tant que l'état continuera à prélever et dépenser 57% de la richesse du pays il n'y a pas de salut pour tous; riches et encore moins de salut pour les plus pauvres.
a écrit le 10/11/2014 à 10:29 :
Qu'il se rassure : l'exaspération de l'encadrement face à des directions totalement incompétentes est aussi à son comble. Mais on ne préfère pas le dire. Dans beaucoup de boite, c'est l'encadrement qui tient la baraque.
a écrit le 10/11/2014 à 9:45 :
le MÉDEF une organisation de pleureuses. Dehors et rien à cirer.
Réponse de le 10/11/2014 à 12:45 :
Soyez lucides, il faut pleurer beaucoup pour obtenir peu. C'est nul médiatiquement mais c'est de bonnes guerres de négociation syndicales...
a écrit le 09/11/2014 à 23:48 :
Je trouve que les patrons des PME (pour qui j'ai beaucoup de respect car ce sont des vrais patrons contrairement à ceux des grands groupes) sont bien mal représenté par le MEDEF et M. GATTAZ qui est une caricature du libéralisme.
a écrit le 09/11/2014 à 18:10 :
amasser de l'argent avoir des voitures des maisons un bateau voila le but de la petite vie de de Mezieux , la contraception ca existe !
a écrit le 09/11/2014 à 18:07 :
La france n'est pas socialiste nous sommes diriges par l'union europeenne qui est liberale.
Réponse de le 09/11/2014 à 20:25 :
nnnnn
Réponse de le 10/11/2014 à 9:41 :
La part de l'Etat en France est de 57% du PIB, en Chine communiste elle est de 25%..
La France n'a rien de liberale.
a écrit le 09/11/2014 à 16:57 :
C'est bientôt la fin pour ce pays communiste, moi j'ai voté avec mes pieds, j'ai quitté la France et maintenant j'embauche ailleurs... Patrons, réveillez vous, n'embauchez plus, travaillez moins, payez moins de TVA et ce régime communiste s'effondrera tout seul sans notre argent, c'est la seule solution, croyez moi...
Réponse de le 10/11/2014 à 9:41 :
vous n'êtes pas encore parti vous nous faites de l'ombre.
Réponse de le 10/11/2014 à 12:30 :
Mais pourquoi donc continuez-vous à vous intéresser à la France puisque vous l'avez quittée en rejetant ce qu'elle est. Quant au communisme, lisez quelques livres qui vous apprendrons ce que c'est avant de tenir des propos inconséquants.
a écrit le 09/11/2014 à 15:45 :
Euh je ne crois pas avoir jamais voté pour cet individu supposé me représenter:la CCI a laquelle je verse ma dime annuelle a les pouvoirs pour voter en mon nom pour cet individu.Finalement la démocratie c'est simple:on te force a adhérer (et a payer )a une clique qui vote en ton nom
a écrit le 09/11/2014 à 14:11 :
et bien chercher du boulot et vous comprendrez enfin la détresse des travailleurs qui cherchent un emploi et qui n'en trouve pas ou qui sont mis au chômage parce que les entreprises ne veulent pas embaucher ou licencie à tour de bras et bien souvent sans justificatif. .
Réponse de le 09/11/2014 à 15:41 :
....faut être dans ce désespoir, pour comprendre......
Réponse de le 09/11/2014 à 15:46 :
Si elle licencie à tour de bras sans justificatifs, elle se prend des prud'hommes qu'elle perdra à coup sûr. Stop à la désinformation!
Réponse de le 10/11/2014 à 9:04 :
Alors tuons les entreprises ! Le raisonnement ne tiens pas. Par contre d'un coté les politiques traitent les entreprises comme si elles etaient très demandeuses de recrues ( avec de nouvelles contraintes en permanence ) et de l 'autre on pleure sur les pertes d emploi.
a écrit le 09/11/2014 à 14:03 :
Je m'aperçois que les syndicats patronaux sont aussi néfastes pour le pays que les syndicats de salariés .
a écrit le 09/11/2014 à 12:52 :
Je suis patron de PME, 10 salariés, dont plusieurs gagnent plus que moi. Clairement aujourd'hui, entre d'un coté les grands groupes qui mettent une pression insensée sur les prix, l'absence de visibilité des commandes et de l'autre la rigidité de tous les lois et règlements qui coutent de plus en plus cher, on s'en sort difficilement. Une personne qui gagne 1900 € par mois me coute 3800 € de salaire + équipement, formation, etc... Sur ses jours ouvrés travaillés, il faut que je le facture une petite fortune pour simplement ne pas perdre d'argent. Je ne réduis pas la voilure car je connais bien tous mes salariés, mais ça serait plus simple pour moi, ma vie personnelle, mon stress de trouver du boulot pour occuper tout le monde.
Réponse de le 09/11/2014 à 13:47 :
Messieurs les patrons, ne vous trompez pas de cible. Les vrais coupables de l'augmentation de vos charges ne sont pas les salariés qui sont eux aussi victimes, mais le système bancaire qui a reçu 600 Milliards d'euros et ne les rembourse pas. Au USA, les banques ont remboursé l'état AVEC LES INTERETS. En France, ce sont les entreprises qui doivent combler le déficit par l'augmentation des charges, et payer les intérêts à la place des banques qui refusent en plus de financer l'économie locale par des prêts aux entreprises.
Réponse de le 09/11/2014 à 14:41 :
Réclamez la publication des avis d'impositions pour que l'on sache en France qui gagne quoi et surtout comment. Je ne suis pas certain que vous patrons oserez mettre en lumière vos revenus alors que connaissez sans difficulté ceux de vos employés.
Réponse de le 09/11/2014 à 15:32 :
+1000000000 !!!
Réponse de le 09/11/2014 à 15:51 :
@michel: et vous voulez quoi? Que les patrons ne gagnent pas plus que leurs employés? Ce qui n'est d'ailleurs pas le cas de celui qui nous apporte son témoignage. Si tel devait être le cas, il n'y en aurait plus! Au fait, vous faites quoi, dans la vie? Vous dirigez une entreprise? Vous donnez du travail à des salariés? Vous payez des charges sociales? De l'impôt sur les sociétés? De la Contribution Économique Territoriale (ex-taxe pro qui a soit-disant disparu)?
Réponse de le 09/11/2014 à 19:25 :
@HmHm que pensez vous de l ouverture des frontieres .
Réponse de le 10/11/2014 à 9:42 :
encore une pleureuse.
Réponse de le 10/11/2014 à 11:12 :
Pouah quand je vois tous les commentaires socialo, moi je dis arrete Hm.
Ferme ta boite quand tu peux encore dans quelque année les socialos te prendrons ta maisons ton bureau et tu seras salarié de l'état à 1200 euros net.
Réponse de le 12/11/2014 à 9:39 :
fermez vos boîtes on en a rien à cirer, le monde continuera de tourner.
a écrit le 09/11/2014 à 11:58 :
Pour les salariés qui ont une fiche de paie, que voit-on dessus: pour un salaire de 1500€ ,vous avez 1500€ de charges environ! Sans compter toutes les autres charges comme l'URSSAF et autres à payer régulièrement pour l'entreprise.Comme c'est facile de taper sur les patrons des PME! Or ce que notre gouvernement oubli, c'est que nous sommes en période de crise! Que cette CRISE n'est pas seulement en FRANCE mais mondiale! Et que si nous ne faisons rien pour baisser ces charges, cela va être une véritable catastrophe pour l'emploi! d'autres pays l'ont compris! arrêtons de faire faire du nombrilismes en France et agissons avant la catastrophe.
C'est du bon sens face au dogmatisme ambiant et nauséabond.
Réponse de le 09/11/2014 à 14:52 :
Fiche de paie en main, mon patron a versé environ 12 % du coût salarial (salaire brut + charges patronales) en charges patronales. Je serait curieux de savoir comment vous obtenez vos 50 % de charges patronales?
Réponse de le 09/11/2014 à 15:57 :
@michel: votre calcul ne tient pas la route. Comparer les charges patronales au total brut + charges patronales n'a aucun sens. Ce qui est parlant, car correspondant aux paiements effectués, est de comparer le salaire net, effectivement perçu par le salarié, et les charges payées par ailleurs par l'employeur: reversement des retenues salariales+charges patronales. Pour un net de 1500€, on arrive à environ 1200€ de charges. Pour un net de 2000€, environ 2000€ (taux global progressif du fait de la réduction de charges dite "Fillon"). Soit 100%. Et après, il y en a qui se demandent pourquoi ça ne fonctionne pas...
Réponse de le 10/11/2014 à 12:44 :
Michel, prenez votre feuille de paye, votre salaire brut + les charges patronales et diviser le tout par le nb je journéees travaillées en un mois et vous verrez le coût que doit facturer votre société chaque jour uniquement pour payer votre salaire (et ce en dehors des autres charges, loyer, amortissement machines...)
Maintenant faites la même opération mais en divisant votre salaire net par le nb de journées travaillées. Et là vous vous rendrez compte du problème.
D'autant qu'après bien entendu vous payez l'impôt sur le revenu et la TVA sur tout ce que vous achetez (entre autres).
Tant que nos politique ne comprendront pas qu'il y a une véritable concurrence entre pays sur le coût du travail et sur les impôts alors nous n'avons aucune chance : toutes les sociétés ne peuvent pas être Airbus ou Hermès pour faire vivre un pays entier.
a écrit le 09/11/2014 à 10:21 :
Vous ne comprenez pas que les politiques remontent les salariés contre les petits patrons, et pendant ce temps ils se gavent sur notre dos à tous. A méditer jusqu'aux prochaines élections, et voter en fonction. Regardez bien les sacrés avantagent dont bénéficient les politiques, elle est pas belle la vie ??????
Réponse de le 09/11/2014 à 14:38 :
Et donc vous espérez une révolution (ou guerre civile) pour mettre fin à la dictature "éclairée" de la cinquième république mais pour mettre quoi à la place? Le petit patronat comme nouvelle "élite" politique? C'est du réchauffé de 1789 avec le succès qu'on connaît.
Réponse de le 09/11/2014 à 15:45 :
alors, svp, que préconisez vous, parce que au point où nous en sommes arrivés, hélas, il n'y a que la révolte qui pourrait changer quelque chose...un tant soi peu.....les manifs, les paroles.....ça ne donnent RIEN! (et les votes, non plus !)
a écrit le 09/11/2014 à 9:57 :
Pour le compte pénibilité, le MEDEF a signé des accords et veut revenir dessus. On peut toujours compté sur la parole du patronat.
a écrit le 09/11/2014 à 8:22 :
Faut dire comment peuvent ils lutter contre des multinationales qui bénéficient de "règlements" fiscaux mis au point par les politiques et des hauts fonctionnaires.
La concurrence est inégale car toujours au profit de ces multinationales pour qu'elles réalisent encore plus de bénéfices qui servent par des moyens dits légaux voir dans certains cas douteux à éliminer toutes formes de concurrences.
On peut ainsi s'interroger sur l'une des pires qui empruntent à des taux très bas pour racheter ses actions, plutôt que de rapatrier ses bénéfices sur le sol US car ils seraient taxés.
Une purge est nécessaire, mais il faudra auparavant purger le monde politique ainsi que nos administrations corrompues ou les meilleurs de l'administration fiscale se voient offrir des ponts d'or pour aller travailler dans le privé pour conseiller des multinationales ou des sociétés de lobbying.
Réponse de le 09/11/2014 à 8:25 :
Oups cliqué trop vite

Avec du recul on peut se demander si ce n'est pas Poutine qui a raison en envoyant en prison des patrons "irréprochables" mais qui se sont peut être cru tout permis et qui ont oublié leur devoir "social et fiscal".
Réponse de le 10/11/2014 à 10:56 :
VOUS N AVAIS PAS TORT. NI PATRONS NI HOMMES POLITIQUE
a écrit le 09/11/2014 à 0:14 :
Bonjour,
Ce monsieur en est presque comique.
La pénibilité les patrons ont eu le loisir de travailler dessus avec les partenaires sociaux et ils ne l'ont pas fait du coup l'état légifère c'est normal. Se plaindre alors qu'on a eu le loisir d'agir lorsqu'il était temps et que l'on a rien fait est inapproprié et à la limite de l'hypocrisie.
Pour ce qui est de l'information des salariés lors de la revente d’une entreprise elle est normale. Les salariés ne sont pas des biens mobiliers cessibles et corvéables à merci. Et ces derniers doivent avoir le loisir de proposer une offre de reprise s'ils le désirent. Cela s'appelle maitriser son avenir. La patron dans tous les cas revend à la meilleure offre et c'est finalement la seule chose qui lui importe me semble-t-il sinon il ne revendrait pas.
Pour ce qui st des taxes et des impôts il y a beaucoup de démagogie dans le discours du Medef. Nous avons une politique sociale qui correspond à du salaire différé en échange nous touchons des salaires 30% moins élevés qu'aux USA c'est un choix de société que nous avons fait et je ne vois pas pourquoi cela devrait-être remis en cause par des patrons qui ne s'adaptent pas.
En dernier lieu les entreprises qui font faillite le font à cause de deux facteurs à savoir que nos entreprises ne sont pas compétitives en terme de R&D, produits innovants et services novateurs d'une part et d'autre part un manque flagrant de recherche de nouveaux marchés à tel point que nous nous faisons voler nos marchés en Afrique à cause de notre arrogance. Il serait temps que le patronat français soit plus humble, moins gourmand et se mette à travailler réellement et pas uniquement à continuer à exploiter leurs employés qui ne sont plus augmenté depuis 2008 par prétexte fallacieux de la crise alors que les dividendes ont largement eux dépassés leur niveaux de 2008. La réalité c'est qu'il n'y a plus d’investissement et que l'on veux faire un plus gros gâteau avec la même quantité d’ingrédients voir avec moins de farine.
N'oublions pas enfin que bon nombre d'entreprises meurent parce-que la société change, les technologies changent et les métiers changent. La robotisation, la numérisation, l'impression 3D, les nouvelles technologies numériques et énergétique sont en train de rendre obsolète de nombreux métiers au profits de nouveau. Cela a déjà été le cas dans les années 70 avec l'arrivée de l'informatique on a vu le poste de comptable divisé par 4 ou 5 dans les années 80, les postes de secrétaires diviser par 10 puis presque disparaitre dans les années 2000. Aujourd'hui les mécano auto qui ne connaissent pas l'électricité et l’électronique deviennent obsolètes. La technologie apporte le changement. Par exemple toute les prothèses électroniques pour handicapé vont ruiner les entreprises traditionnelles de prothèses. Le monde évolue et se transforme, il en va de même pour les entreprises et pour la société dans son ensemble. Les individus s'adaptent, les entreprises vont donc aussi devoir s'adapter et celles qui n'y arrivent pas disparaitront et d'autres les remplaceront c'est tout.
Réponse de le 09/11/2014 à 0:54 :
Avez vous déjà créé une entreprise monsieur ? L'avoir portée à bout de bras pendant au moins 3 ans en luttant tous les jours contre les incohérence, le harcèlement de l'état ? Je parle de TPE , Qui représente près de 90 % du tissu économique français . Faites cela et on en reparle . Le nivèlement par le bas , nous sommes les seuls , la dernière chance de lutter contre le chômage et qu'est que l'état fait ? Augmente le voit du travail , c'est incompréhensible . Nous sommes la dernière chance de pouvoir sauver une ou 2 génération de jeunes de la norme " aidez vous par les aides de l'état et non par le travail " . Alors arrêtons ce suicide collectif .
Réponse de le 09/11/2014 à 6:45 :
Ou avez vous vu qu'on a en France des salaires 30% moins élevés qu'aux USA?
Réponse de le 09/11/2014 à 14:53 :
@Mordyloeil : Je possède deux entreprises en plus de mon emploi de consultant. Donc ne me faites pas la leçon cela fait à présent 10 ans que je suis dans entrepreneuriat. Et vous savez quoi mes activité sont rentable car je n'essaye pas de lutter contre la réglementation française mais j'essaye plutôt de faire avec et d'en tirer tous les avantages. Encore une fois de nombreux métier sont en train de mourir à cause de la numérisation de l'économie et il ne sert à rien de garder une activité dans ces métier c'est du donquichottisme à mon sens.
@RG : Je l'ai constaté lorsque j'y étais ... . De plus les statistiques sont éloquentes à ce sujet concernant les professions intellectuelles.
a écrit le 09/11/2014 à 0:09 :
A l attention de doudoune mouaip l'ancien élu ps vous êtes des parfaits idiots et il viendra le temps où nos identités seront révélées car la guerre civile approche à grands pas et on verra lesquels en on le plus dans la culotte.
A bon entendeur
a écrit le 09/11/2014 à 0:04 :
Bonjour,
Ce monsieur en est presque comique.
La pénibilité les patrons ont eu le loisir de travailler dessus avec les partenaires sociaux et ils ne l'ont pas fait du coup l'état légifère c'est normal. Se plaindre alors qu'on a eu le loisir d'agir lorsqu'il était temps et que l'on a rien fait est inapproprié et à la limite de l'hypocrisie.
Pour ce qui est de l'information des salariés de la revente d’une entreprise elle est normale. Les salariés ne sont pas des biens mobiliers cessibles et corvéables à merci. Et ces derniers doivent avoir le loisir de proposer une offre de reprise s'ils le désirent. Cela s'appelle maitriser son avenir. La patron dans tous les cas revend à la meilleure offre et c'est finalement la seule chose qui lui importe me semble-t-il sinon il ne revendrait pas.
Pour ce qui st des taxes et des impôts il y a beaucoup de démagogie dans le discours du medef. Nous avons une politique sociale qui correspond à du salaire différé en échange nous touchons des salaires 30% moins élevés qu'aux USA c'est un choix de société que nous avons fait et je ne vois pas pourquoi cela devrait-être remis en cause par des patrons qui ne s'adaptent pas.
En dernier lieu les entreprises qui font faillite le font à cause de deux facteurs à savoir que nos entreprises ne sont pas compétitives en terme de R&D, produits innovants et services novateurs d'une part et d'autre part un manque flagrant de recherche de nouveaux marchés à tel point que nous nous faisons volr nos marchés en Afrique à cause de notre arrogance. Il serait temps que le patronat français soit plus humble, moins gourmand et se mette à travailler et pas uniquement à continuer à exploiter leurs employés qui ne sont plus augmenté depuis 2008 par prétexte fallacieux de la crise alors que les dividendes ont largement eux dépassés leur nivaux de 2008. La réalité c'est qu'il n'y a plus d’investissement et que l'on faire une plus gros gâteau avec la même quantité d’ingrédients voir avec moins de farine.
a écrit le 08/11/2014 à 21:46 :
Des patrons qui se plaignent ... C'est d'un drôlissime ... Il ne manquerait plus que des chômeurs trouvant du travail ...
Arrêtez cette fumisterie et faites quelques chose pour votre pays au lieu de toujours aller pleurer misère!
Réponse de le 09/11/2014 à 9:46 :
Êtes vous chef d'entreprise ? Non ! Les plaintes sont justifiées croyez moi !
a écrit le 08/11/2014 à 21:26 :
L'année dernière j'ai faillit vendre ma boite, ca a capoté au niveau du financement que l'acheteur n'a pu obtenir. Alors j'aurai fait quoi avec les c..... de Hamon? J'aurai dit à tout le monde "je vends" et à la fin je vends pas? Si l'occasion se réprésente, je mettrai tout dans une holding à l'étranger, d'une part ca m'évitera le prélèvement à la source des dividendes (ici le fisc me garde de l'argent que je ne dois pas et me le rembourse un an apres), je n'aurai pas la loi hamon et autres débilités. Et une fois l'argent parti, ils ne seront pas prêt d'en revoir la couleur.
Réponse de le 09/11/2014 à 8:51 :
Bon courage !
a écrit le 08/11/2014 à 21:23 :
"nous n'avons plus confiance dans la parole de l'Etat.": rien n'est plus vrai. Quand je pense à un membre du gouvernement ou à un haut fonctionnaire, il ne me vient à l'esprit que du mépris et des insultes. Ces gens nous font crever pour que surtout jamais il ne réforme le fonctionnement d'un Etat qui aujourd'hui n'a qu'un but: servir ses maitres, les énarques. Une belle carrière à nos frais et à la fin la magistrature suprême, ou bien du pantouflage chez une boite du CAC40, un poste de prestige à l'étranger, la direction d'un truc pompeux et inutile, ces poux sont en train de faire crever la bête qui les nourrit. Il faut réagir et leur foutre la pétoche, ils ne comprennent que ca, ceux là ne rentrent pas dans la fonction publique par gout du risque sinon ils seraient dans les forces de l'ordre (et bizarrement ils n'y sont jamais...)
a écrit le 08/11/2014 à 20:13 :
Il est inconvenant dessayer de faire croire que G Roux de Bézieux, Medef serait un porte parole des patrons de PME .
G Roux de Bézieux, Medef n'est pas représentatif des patrons de PME puisque le MEDEF et le groupuscule cabinets noirs du pouvoir socilaiste et UMP UDI des grands patrons qui étranglent les PME qui ne sont que leurs fournisseurs mis à genoux par des moyens dignes de la voyoucartie pratiqués par les grandes entreprises du MEDEF CAC 40.
Réponse de le 09/11/2014 à 10:56 :
Les PME sont écrasées humiliées chaque jour par les donneurs d'ordres du MEDEF, de la Grande distribution aux banksters en passant par les multinationales, bref effectivement pour résumer par la voyoucratie financière.
a écrit le 08/11/2014 à 19:55 :
les entreprises sont mal gérées en france.sinon comment expliquer le boom des collectivités locales dont le modèle économique soutient l'emploi en plus d'avoir un budget équilibré?peut etre la modération salariale.une entreprise comme GDF qui fait 9 milliards de perte annuelle se permet d'offrir des millions pour la retraite de son pdg:ces pratiques n'existent pas dans les collectivités
Réponse de le 08/11/2014 à 20:00 :
J'adore ce trait d'humour ,-)
Réponse de le 09/11/2014 à 6:49 :
Je n'y avais pas pensé mais en y réfléchissant il y a la une piste
On ferme toutes ces entreprises foncièrement inutiles inefficaces et nuisibles et on laisse enfin les collectivités locales libres d'embaucher
Réponse de le 09/11/2014 à 11:45 :
bah .... avec les impôts on peut se permettre toutes les conneries inimaginables !
Réponse de le 09/11/2014 à 11:51 :
Merci de vous mettre à votre compte et d'employer du monde .... et bien-sur mettre votre caution personnelle !!!!!!!!!!
Réponse de le 09/11/2014 à 15:41 :
Exactement:en plus une partie de la richesse produite par la fonction publique entre dans le calcul du PIB.C'est donc une piste pour relancer la croissance
a écrit le 08/11/2014 à 19:43 :
En 2013, les grandes entreprises ont détruit 55 000 emplois en France alors que leur valeur ajoutée globale a augmenté de 11%.....les PME, bien moins rentables en général en ont créé 40 000. Alors je veux bien écouter la CGPME mais pas le MEDEF!
Réponse de le 09/11/2014 à 7:48 :
propos demago typiquement francais : opposer les mechants grands groupes versus les gentilles petites boites. Sachez que la plupart des adherents du Medef sont en faite des PME.
Exemple, la boite de Gataz: 250 Meuro de CA dans l'industrie et a l'export - c'est pas TOTAL. Les multinationales c'est l'AFEP, pas le MEDEF
a écrit le 08/11/2014 à 18:43 :
Le décalage entre les politiques et ceux qui font la richesse est issue de la méconnaissance crasse du monde réel des premiers. Tant que l'on ne modifiera pas la constitution pour , a l'instar des pays nordiques, empêcher que politique soit une carrière, notamment pour les médiocres, on ne s'en sortira pas.
a écrit le 08/11/2014 à 18:03 :
Bon plan .... être chef d'entreprise en France !!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 08/11/2014 à 17:57 :
Entrepreneur en France ?

Une folie.

Seule la rente des grosses entreprises leur permet de supporter la pression extraordinaire que l'entrepreneur supporte de l'État, et de l'état d'esprit francais.
a écrit le 08/11/2014 à 17:46 :
du double discours de ce gouvernement et assez d'entendre que les entreprises ont des cadeaux alors que les prélèvements et obligations s'accumulent jour après jour.
Le MEDEF et la CGPME ne sont pas assez offensifs contre cet exécutif qui a déclaré la guerre aux entrepreneurs il faut que nous prenions en main la défense de nos intérêts.
a écrit le 08/11/2014 à 17:33 :
je baisse les bras .... trop d'emmerdement d’être patron ... je ferme tout ... je vends tout !
Réponse de le 08/11/2014 à 19:18 :
Pas le droit au chômage, de quoi vivrez-vous?
Réponse de le 09/11/2014 à 11:15 :
d'amour et d'eau fraîche !
a écrit le 08/11/2014 à 17:30 :
Que ceux qui déplorent à grands cris le chômage ravageur créent des emplois !!!!! Les gens de gauche épris de justice sociale et pourfendeurs de la pauvreté attendent quoi pour créer des emplois à commencer par le leur? Ils n'ont pas le courage ou un manque de capacité? Bizarre....
a écrit le 08/11/2014 à 17:08 :
Ah ils n'ont pas encore obtenu assez sur le dos des particuliers et de leurs salariés ? quand vont ils dépenser autant d'énergie à mobiliser leurs entreprises qu'à se plaindre sans cesse ? Ou est le million d'emplois promis ?
a écrit le 08/11/2014 à 16:28 :
Pour cesser de payer c'est simple ,il faut cesser de bosser mais le problème c'est pas seulement l'état mais la femme qui a son train de vie et les enfants qui dépensent .
a écrit le 08/11/2014 à 16:22 :
A force d'avoir des baisses de -20% ça fait longtemps que les PME devraient être faillites.
a écrit le 08/11/2014 à 16:20 :
Soit je gagne de l'argent et je continue faire tourner ma boite ,soit elle en gagne pas alors je ferme et je vais créer une autre boite ailleur. Etpiis c'est tout
a écrit le 08/11/2014 à 15:54 :
"Il ne faut jamais oublier qu'au total, les entreprises paient 350 milliards d'impôts divers"

Les recettes fiscales de l'Etat s'élevant à 298,2 milliards nets (dont près 50% de TVA) pour le budget 2014, on aimerait bien savoir de quel chapeau les patrons tirent ce montant faramineux de leur participation aux recettes fiscales...
a écrit le 08/11/2014 à 15:26 :
les patrons , jamis contents , toujours en train de chougner , de pleurer misère ; ça devient lassant ;
Réponse de le 08/11/2014 à 15:51 :
Oui il faudrait les taxer plus pour leur apprendre et il faudrait demander aux fonctionnaires de créer des entreprises d'état sans bénéfices et avec un maximum d'emplois. Ça serait génial !
Réponse de le 08/11/2014 à 18:48 :
raisonnement lamentable, certainement tu dois etre un expert en entreprise.
Réponse de le 08/11/2014 à 19:20 :
Tout à fait. Pourquoi n'interroge-t-on pas leurs salariés payés à coup de lance-pierre?
a écrit le 08/11/2014 à 15:10 :
Ce pays continue de creuser sa tombe. La guerre aux patrons c'est la guerre aux emplois. Le cas français est unique mis à part Cuba ou la Corée du Nord. Créer des emplois en France, c'est la mort.
Réponse de le 08/11/2014 à 20:05 :
Aussi démago que MR le président du MEDEF dans vos propos c'est vraiment attristant.
a écrit le 08/11/2014 à 14:45 :
Mon instinct me dis de ne pas le croire . L ouverture des frontières aurait du les voir se poser des questions et exiger des réponses politiques , silence radio ..... et aujourd’hui ils pleurent misères , quel est le niveau de leurs neurones !!!!!
a écrit le 08/11/2014 à 14:45 :
Mon instinct me dis de ne pas le croire . L ouverture des frontières aurait du les voir se poser des questions et exiger des réponses politiques , silence radio ..... et aujourd’hui ils pleurent misères , quel est le niveau de leurs neurones !!!!!
a écrit le 08/11/2014 à 14:39 :
Vous ne croyez plus au gouvernement certes et nous nous ne croyons plus aux patrons qui n'en ont jamais assez s'ils pouvaient ils nous feraient travailler pour 400 euros par moi tout cela pour engranger de plus en plus de bénéfice et les placer en Suisse. Et puis si vous n'aviez pas votre réactionnaire de président du MEDEF pour lancer des inepties et demander toujours plus, nous comprendrions peut être les PME; n'oubliez pas que les PME sont manger par les grosses que défend Mr GATTAZ. Alors un petit ménage au sein de MEDEF ne serait pas de trop avant de s'en prendre au gouvernement qui me semble t'il vous en donne assez.
Réponse de le 08/11/2014 à 18:18 :
Mon pauvre Doudoune! Quelle connaissance crasse de la gestion d'une entreprise vous avez. Un chef d'entreprise ne demande pas la baisse des salaires, moteurs de la consommation, mais une baisse des chargeset autres taxes...
Réponse de le 09/11/2014 à 14:24 :
Et qui paiera les baisses de charges et taxes d'après vous !!!!! certainement pas les patrons d'entreprises mais cela sera pris sur les impôts des salariés, toujours plus pour vous et moins pour ceux qui triment pour relever la tête de l'eau, à un moment il faut que les chefs d'entreprises puissent se calmer et ne pas toujours jouer l'enchérissement des demandes comme le fait votre président du MEDEF actuellement, car avec son comportement agressif du toujours plus sans embauche il discrédite toute les entreprises y compris celles qui font des efforts.
a écrit le 08/11/2014 à 13:25 :
dis à ce gugus de réac qui a été "élu au MEDEF de changer complètement de style, mais je crains que ce ne soit pas envisageable car on a le style qu'on a, on a le style qui est imprimé quelque part sur sa personne, hein et on en dira pas plus pour ne pas être censuré.
a écrit le 08/11/2014 à 13:25 :
Pour rappel : les patrons du medef sont les principaux clients des PME. PME qu'ils étranglent...
Réponse de le 08/11/2014 à 19:26 :
Pas si étranglées que ça puisqu'elles sont nombreuses à mendier des contrats aux multinationales du CAC40. Si nos PME avaient du talent ça se saurait à l'étranger...
a écrit le 08/11/2014 à 13:03 :
pourquoi il discute
qu'il aille mettre une partie de sa boite ailleurs, quand les politiques auront le nez dans le caca ils feront ce qu'il faut
discuter ca sert a rien
a écrit le 08/11/2014 à 12:36 :
Et la notre d'exasperation ! Le niveau du Medef fait vraiment pitie a voir

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :