Hollande sur le point d'annuler les coupes budgétaires des universités

 |   |  164  mots
L'Elysée devrait rétablir le budget initial des universités qui s'était vu retirer 70 millions d'euros.
L'Elysée devrait rétablir le budget initial des universités qui s'était vu retirer 70 millions d'euros. (Crédits : Reuters)
Le Président de la république va rétablir les 70 millions d'euros de crédits amputés dans le budget des universités le mois passé. Selon Le Monde, il en fera officiellement l'annonce vendredi 12 décembre.

Adopté en première lecture du projet de loi de Finances 2015, l'amendement tant décrié du gouvernement va être enterré. L'Elysée devrait ainsi rétablir le budget initial des universités, qui s'était vu retirer 70 millions d'euros et par la même apaiser les mouvements de grève ce jeudi 11 décembre dans les facultés.

L'annonce devrait être faite vendredi soir à l'occasion d'un dîner entre François Hollande et des présidents d'universités rapporte Le Monde.

Pression des grévistes

Sous l'impulsion de Bercy, l'amendement en question avait réduit de 136 millions d'euros les crédits de la mission recherche et enseignement supérieur, dont 70 millions vont aux universités. Une action discordante vis à vis de la promesse de l'exécutif de "sanctuariser" ces dépenses d'avenir.

La ministre de l'Enseignement supérieur Geneviève Fioraso, appuyée par le milieu universitaire et les syndicats étudiants, devrait ainsi avoir gain de cause sur la préservation de ses budgets.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/12/2014 à 18:40 :
Militons pour l'égalité des chances pour les états aussi ...
on leur envoie Aubry deux ans , ils nous prêtent Merkel deux ans ...
a écrit le 12/12/2014 à 0:39 :
J'avais cru comprendre les universités françaises étaient autonomes depuis la loi de 2007...
a écrit le 11/12/2014 à 22:26 :
Il est grand temps que le gouvernement comprenne que 1) Les chercheurs partent massivement à l'étranger, où les salaires, les moyens des laboratoires sont nettement supérieurs. 2) La croissance est essentiellement la conséquence de la recherche, qui est faite dans les universités (et les centres de recherche, qui sont majoritairement dans les universités). 3) Le "Crédit Impôt Recherche" est un gaspillage monumental de 6000 millions d'euros, qui ne sert à rien d'après la Cour des Comptes; mieux vaudrait réaffecter une partie importante de ce cadeau fiscal aux universités, qui sont capables d'utiliser cette somme de façon productive (en terme de résultats de recherche) contrairement aux entreprises qui ne font quasiment aucune recherche valable en France tout en consommant ces 6000 millions d'euros de subventions, soit bien plus que le budget du CNRS, pourtant bien plus productif.
a écrit le 11/12/2014 à 17:37 :
il faut beaucoup d'argent pour donner des formations nullissimes à nos jeunes et les mettre au chomage !!!! merci les profs incapables !!!!!
Réponse de le 11/12/2014 à 22:07 :
Formations si nulles que les licences professionnelles en alternance proposées en IUT permettent à 90 % des étudiants qui s'y inscrivent de trouver un emploi ....
a écrit le 11/12/2014 à 17:27 :
Et encore une reculade
Heureusement que les notes vont disparaître si non le Zero !!!
Il n'y aura que le rouge
a écrit le 11/12/2014 à 16:52 :
Et pour compenser on trouvera bien une petite taxe !
Réponse de le 11/12/2014 à 22:27 :
Il suffit de baisser très légèrement le "Crédit Impôt Recherche" qui coute 6000 000 000 par an et est totalement inutile et inefficace.
a écrit le 11/12/2014 à 15:25 :
De plus en plus de chercheurs (et donc universitaires) partent à l'étranger (Suisse, USA, GB, et même Amérique Latine), dont 2 ou 3 des 4 dernières médailles Fields françaises. Ne pas oublier que la recherche est en concurrence avec l'international, qui offre souvent de bien meilleures conditions de travail et de salaire.
Réponse de le 11/12/2014 à 18:47 :
qu'ils partent tous, la france n'a pas besoin d'eux.
L'argent n'est pas la valeur absolue pour etre heureux dans la vie !
Ceux qui courent après l'argent vont finir dans le malheur, c'est clair.
Réponse de le 11/12/2014 à 19:52 :
de toute façon avec un doctorat de chimie on ne trouve plus de place en France.
Réponse de le 12/12/2014 à 9:23 :
Il faut vraiment avoir un esprit étriqué pour penser cela. Bien sûr que la France a besoin d'eux, Ce sont les emplois de demain. Sans recherche: plus d'emploi car plus de brevets. Déjà que toutes nos matières grises sont parties dans la silicon valley. Une personne qui fait des études , s'endette, commence à cotiser tardivement ne va pas travailler pour une bouchée de pain avec des moyens datant du moyen âge. Je paie actuellement des études très coûteuses à mon fils et ce n'est pas pour qu'il gagne plus tard une misère. Je lui conseille de quitter la France et d'aller exporter son savoir à un pays qui sera plus reconnaissant.
Réponse de le 15/12/2014 à 10:48 :
Les jeunes allaient où le vent vous ménera, études à l'étranger, travail ailleurs à "l'étranger". La France, l'Europe même panier "La Roumanie pays Européen va rebondir avec notre savoir car beaucoup y partent, et leur misére vient en France. Le social ruinera la France! La sidérurgie, l'agriculture, le bâtiment, la recherche et autres faisaient de l'embauches, le pays vivait les usines s'y implantaient, ou reprise "Titan - Goodyear et Mer--" un équilibre budgétaire fonctionnait: usine, impôts, taxes, travail, embauche, cotisations, Impôts, retraite, sociale, Aujourd'hui PEU d'usine, taxes, travail, embauches, salaires, impôts, cotisations, BEAUCOUP de chômeurs, social, retraites, impôts, taxes et le DESEQUILIBRE

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :