Satisfaits, les urgentistes lèvent leur préavis de grève

 |   |  352  mots
Lundi, les urgentistes avaient entamé une grève illimitée à l'appel de l'Amuf pour contester leurs conditions de travail et demander une semaine plafonnée à 48 heures.
Lundi, les urgentistes avaient entamé une grève illimitée à l'appel de l'Amuf pour contester leurs conditions de travail et demander une semaine plafonnée à 48 heures. (Crédits : Reuters)
L'Association des médecins urgentistes de France (Amuf) a annoncé mardi la levée le jour même de son préavis de grève, démarré lundi, saluant l'"accord historique" obtenu du gouvernement sur leur temps de travail.

"Nous avons décidé de lever le préavis de grève à partir d'aujourd'hui. Même si on n'a pas tout obtenu, il nous semble que la reconnaissance du plancher de 39 heures et le déclenchement des heures supplémentaires à partir de ce plancher est un accord historique. Nous n'avons pas eu de progrès social depuis quatorze ans."

Ainsi, Patrick Pelloux, le président de l'Association des médecins urgentistes de France (Amuf), a annoncé officiellement qu'il n'y aura pas de grève aux urgences durant les fêtes.

Les urgentistes n'ont pas obtenu totalement gain de cause

Lundi 22 décembre, les urgentistes avaient entamé une grève illimitée à l'appel de l'Amuf pour contester leurs conditions de travail et demander une semaine plafonnée à 48 heures, comme l'impose la législation européenne, la rémunération des heures supplémentaires au-delà de 39 heures, ainsi que l'harmonisation des rémunérations pour les gardes. Les médecins universitaires sont par exemple payés 200 euros de plus par garde que les praticiens hospitaliers et les libéraux ont obtenu la défiscalisation d'une partie ou de l'intégralité de leur revenus pour la permanence des soins.

Satisfaits de l'accord soumis par la ministre de la Santé Marisol Touraine, ils n'ont en revanche pas obtenu gain de cause sur le dernier point.

"La reconnaissance des 39 heures est déjà considérable"

Mais Patrick Pelloux a dit comprendre "que ce n'était pas le moment", dans le contexte budgétaire actuel, l'harmonisation des rémunérations pour tous les praticiens "coûterait trop cher". "La reconnaissance des 39 heures est déjà considérable (...) cet accord permet de clarifier le temps de travail de tous les urgentistes".

Selon Patrick Pelloux, le protocole d'accord obtenu à l'issue de la grève entrera en vigueur dès le 1er janvier. "Mais nous ne perturberons pas l'organisation des services", a-t-il assuré, ajoutant que les modalités d'application seraient discutées pour que "progressivement, d'ici au 1er juillet", le protocole soit "appliqué partout".

    Lire aussi >> Urgences : Touraine annonce la fin de la grève, les urgentistes s'étonnent

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/12/2014 à 8:01 :
Et le cout de ce cadeau???? Tout le monde s en fout....
a écrit le 23/12/2014 à 23:30 :
Le temps réel de travail des urgentistes ne changera pas, au mieux ils seront un peu moins mal payé, du fait d'un déclenchement précoce des heures supplémentaires. Pour qu'ils travaillent moins il faudrait tout simplement des effectifs en renfort: Or, il n'y en a pas. D'ailleurs pourquoi être urgentiste avec une vie de chien à 6000€ par mois quand toutes les autres spécialités sont plus peinardes et bien mieux rémunérées?
a écrit le 23/12/2014 à 19:01 :
Comment? Comment cette ministre de la Santé à deux balles et son responsable de service vont faire? Expliquez nous!!!! Et comment d'ici le 1.07.2015 et pourquoi pas 2025? Le Pelloux est un blaireau ou a été acheté d'une façon ou dune autre, c'est évident. Tout ça c'est de l'esbroufe, de la gestion à la petite semaine et comment on se fait avoir en deux temps trois mouvements, l'AMUF les rois des blaireaux et la ministre on a déjà dit ce qu'on en pensait comme ses prédécesseurs, comme de tous les politicards français, comme de tous les technocrates. Un jour viendra où tous ceux là devront rendre des comptes devant le peuple un peu moins crétinisé, quand en France on n'aura plus un médecin qui tienne la route, ce qui ne saurait tarder, quand en France les français se rendront compte qu les mafias de politicards et de technocrates, incapables, irresponsables, incompétents, ont couté à la nation en erreurs en salaires en avantages et en retraites des centaines de milliards d'euros pour rien.
a écrit le 23/12/2014 à 14:34 :
prime speciale verse le 24 decembre 56000 euros ,ca vat peter
a écrit le 23/12/2014 à 14:15 :
Pourquoi faut-il absolument en arriver jusqu'à la grève pour parvenir à des négociations sereines???
Personne n'ignore à quel point les grèves sont néfastes pour tout le monde.
De toutes façons, les deux parties doivent toujours céder peu ou prou; autant le faire, soit sans pénaliser l'ensemble des clients ou usagers, soit sans plomber sérieusement les comptes d'entreprises qui sont, en général, déjà bien bancales!
Chaque année, des milliards partent en fumée, des investisseurs partent en courant, des entreprises mettent la clé sous la porte, des salariés se retrouvent au chômage ... à cause des grèves!
Sans parler des nuisances diverses et variées!
L'accord pour les urgentistes ne pouvait pas s'obtenir sans grève?
L'accord des pilotes d'Air France non plus?
De grâce, Mesdames et Messieurs, il est grand temps de mûrir, d'être atteint par l'âge de raison! Postures et caprices ne sont plus de mise! Faites preuve de responsabilité, de maturité, d'intelligence!
Réponse de le 23/12/2014 à 14:49 :
C'est quoi ce commentaire...Excusez nous de vouloir défendre notre bout de pain. Que l'on soit urgentiste, pilote, cheminot, etc... Et de le défendre face à un patronnat aveuglé par la course aux dividendes et insensible aux besoins humains. Et quoi que vous pensiez la grève a toujours été le derniers recours. Si il y a autant de grève c'est que c'est bien le seul moyen de faire plier le patronnat avide de bénéfices et de dividendes quel qu'en soit le coût humain.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :