Lepaon remet son mandat au "parlement" de la CGT

 |   |  755  mots
Outre Thierry Lepaon, le sort de l'ensemble du bureau confédéral est sur la table.
Outre Thierry Lepaon, le sort de l'ensemble du bureau confédéral est sur la table. (Crédits : reuters.com)
La roue commence à tourner à la CGT. Ce mardi 6 janvier, Thierry Lepaon, l'actuel secrétaire général, et les huit autres membres du bureau de la CGT ont décidé de remettre leur mandat à la disposition du Comité confédéral national qui doit se réunir le 13 janvier.

La roue commence à tourner à la CGT. Les membres du bureau confédéral (direction resserrée) de la CGT, incluant le numéro un Thierry Lepaon, ont décidé de remettre leur mandat à la disposition du Comité confédéral national (CCN, "parlement" de la centrale) le 13 janvier, ont indiqué des sources syndicales à l'AFP. Cela n'équivaut toutefois pas à une démission.... pour l'instant

La direction de la CGT se réunissait ce mardi 6 janvier et demain mercredi 7 janvier pour débattre du sort de son numéro un Thierry Lepaon, dans la tourmente depuis des révélations sur son train de vie.

Au terme de ces deux jours, les 56 membres de la Commission exécutive (direction élargie) devront s'accorder sur des propositions de sortie de crise, qui seront soumises le 13 janvier au Comité confédéral national (CCN), le "parlement" de la CGT. Cette dernière instance, qui regroupe les numéros un des 33 fédérations et des 96 unions départementales, est la seule habilitée à révoquer le secrétaire général.

Débats animés

Le rendez-vous de mardi et mercredi promettait des débats animés à l'issue incertaine: faut-il proposer le départ du secrétaire général, son maintien avec un bureau confédéral (direction resserrée) remanié, la démission de tout le bureau, voire demander à l'ancien secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault de revenir  assurer une sorte d'intérim, comme ne l'exclut pas l'expert en questions sociales, Raymond Soubie, dans les colonnes du "Figaro"?

Pressé de démissionner par de nombreuses fédérations de la centrale, Thierry Lepaon s'était donné le temps de la réflexion jusqu'à la réunion de la Commission exécutive. Il a profité de ce sursis pour lancer, avant les fêtes, une offensive médiatique pour rester à la tête de la CGT. "Je ne serai pas le rat qui quitte le navire", a-t-il clamé. Pour sa défense, Thierry Lepaon rejette la responsabilité sur d'autres membres de la centrale qui veulent "porter atteinte à (son) honnêteté", lui qui vit pourtant "modestement". Autre argument: son départ "ne réglera pas les questions politiques qui se posent aujourd'hui à la CGT."

Mais en s'accrochant à son poste, Thierry Lepaon s'expose au camouflet d'une destitution par le "parlement" de la CGT. Plusieurs fédérations - dont celle des services publics, la plus puissante - se sont déjà prononcées pour sa démission.

De nouvelle révélation sur son salaire

De nouvelles révélations risquent de peser sur la balance. Selon Le Parisien qui s'est procuré les premiers résultats d'une enquête du syndicat sur le secrétaire général, la rémunération de 5.200 euros net par mois de ce dernier a été baissée en décembre 2014. Pourtant, Thierry Lepaon affirmait avoir demandé que sa rémunération soit baissée à 4.000 euros en mars 2013, affirme le quotidien.

Thierry Lepaon "se grandirait" en démissionnant  rapidement

Lundi, la pression s'est encore accrue un ancien numéro 1 de la CGT, Louis Viannet, a appelé Thierry Lepaon à démissionner.

Il a ainsi expliqué dans une interview au Monde, lundi 5 décembre, que ce dernier "se grandirait" en "annonçant publiquement et avant même la réunion du comité confédéral national sa décision de remettre son mandat". Selon l'ex-numéro 1, la crédibilité du secrétaire général actuel est "perdue".

Le sort de l'ensemble du bureau confédéral est en jeu

Outre Thierry Lepaon, le sort de l'ensemble du bureau confédéral est sur la table. En son sein siègent plusieurs détracteurs du secrétaire général actuel qui se sont opposés à sa gestion de la crise.

Une note adressée mi-décembre à toute la CGT relevait "un problème de cohésion au sein du bureau confédéral", estimant nécessaire "des propositions d'évolution totale ou partielle de la composition" du bureau.

La direction resserrée a déjà perdu un de ses membres, le trésorier Eric Lafont démissionnaire début décembre. Il était pointé du doigt pour avoir validé les travaux de l'appartement et du bureau de Thierry Lepaon. Beaucoup estiment qu'il a servi de fusible.

Pour éviter que l'affaire ne tourne au clash, plusieurs fédérations importantes proposent de temporiser, en mettant en place une "direction collégiale" jusqu'au prochain congrès en 2016.

Article publié à 10h59, mis à jour à 17h26.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2015 à 21:40 :
Bon débarras !!!

COUPS DE BALAIS...!
a écrit le 07/01/2015 à 14:52 :
TLP a juste commis des actes de mauvais salarié. N'Est-ce pas le role de la CGT de défendre systématiquement le salarié, quand bien meme aurait-il "tué père et mère".
Dans la cas présent, le syndicat s'offusque. Les temps changent...
a écrit le 07/01/2015 à 14:39 :
Il est appelé à s'investir davantage dans les syndicats populaires et démocratiques des ouvriers est allemand.
Lepaon trouvera toujours un soutien puissant auprès du chancelier Honecker.
Un futur récipendiaire de l'ordre du mérite patriotique.
a écrit le 07/01/2015 à 14:33 :
Il était temps qu'il parte.
L'heure n'est pas à la gestion de son portefeuille et de ses avantages matériels.

De la décence pour le prochain. De la décence...
a écrit le 07/01/2015 à 14:15 :
Et pourquoi pas Président en 2017? Il en a sûrement la compétence, non (!)
a écrit le 07/01/2015 à 14:14 :
La tête triste, le nez qui coule, engagoulé comme des malfaiteurs, lui, il comptait les billets de banque.
On ne peut pas défendre efficacement le service public en hurlant et en tenant la banderole en tête du cortège et en même temps regarder sur son smartphone la progression des indices du CAC40.
C'est totalement incompatible avec la philosophie du syndicat
a écrit le 07/01/2015 à 14:09 :
C'était son destin. Il est trop axé sur le capital ce dirigeant syndical.
Il n'avait totalement adhéré à l'idéal communiste et c'est ce qui l'a perdu.

Est ce qu'il aura droit à des stocks options ou des retraites chapeaux ?

Il peut deja investir une partie de ses indemnités dans des produits financiers ayant une vocation sociale tout de même.

Le rendement, vous le savez M. Lepaon, est essentiel.
a écrit le 07/01/2015 à 10:22 :
Les camarades doivent se mettre en grève.

Et mener une action anticapitaliste dans son bureau de pdg à Lepaon.
a écrit le 07/01/2015 à 9:27 :
Quand on pense à toutes ces personnes fusillées par les allemands (sur proposition des Vichystes) en octobre 41 parce qu'elles étaient syndicalistes CGT, on ne peut que vomir. C'est à Chateaubriand que le CNN devrait se réunir...
a écrit le 06/01/2015 à 22:29 :
Mais quel hypocrisie! Il aurait demandé en mars 2013 que son salaire soit diminué à 4000 EUR net et cela n'aurait été fait qu'en dec 2014. Eh mon gars, si vraiment tu étais sincère, il suffisait de reverser chaque mois au syndicat le trop perçu sous forme de don! A moins qu'il ne fasse partie de ceux qui souffre "de phobie adiministrative". Vraiment, nos "élites (politiques, syndicalistes, patrons, stars, footballeurs, artistes, etc....)" nous auront tout fait.... C'est déprimant!
a écrit le 06/01/2015 à 20:22 :
Un panier de crabes à la soviétique dont la mission est de défendre les plus protégés: les fonctionnaires. Une merveilleuse escroquerie sociale originellement financée par l'URSS via le PCF et qui maintenant vit sur le dos des contribuables. La République Française est berk berk berk....
a écrit le 06/01/2015 à 20:12 :
Bon débarras.
a écrit le 06/01/2015 à 18:30 :
Il faut sauver le soldat Lepaon qui fait un bon travail de sape
a écrit le 06/01/2015 à 18:16 :
Et bien voilà, une des rares institutions restantes ayant un peu le sens de l'honneur. Bravo.
a écrit le 06/01/2015 à 18:05 :
Il quitterait donc le navire !!!
On regrettera pas son charisme il est aussi sympa qu'un apparatchik du temps de l'URSS
a écrit le 06/01/2015 à 18:04 :
Comme cette personne,qui dans le dossier Moulinex a été d'une nullité grasse a pu accéder à un tel niveau de responsabilité????
a croire que le syndicat,n'est plus formateur ni regardant sur son encadrement;
pauvres salariés en galère ,ne pas compter sur des défenseurs de la classe laborieuse est plus que pénible.
Réponse de le 06/01/2015 à 20:06 :
C'est simple ; promotion canapé.
a écrit le 06/01/2015 à 18:00 :
décidément le bénévolat se perd dommage.... mais il semble que tous les dirigeants tous régimes confondus ont la fâcheuse tendance à dépenser follement cela va t-il durer ?
a écrit le 06/01/2015 à 18:00 :
Ce monsieur est l'image du syndicat, le représentant des syndiqués ... Mis au pouvoir par les syndiqués si je ne me trompe pas ... On peut donc en conclure que les personnes qui l'ont mis au pouvoir sont comme lui. Profiteurs, fraudeurs, ... Juste?
a écrit le 06/01/2015 à 16:54 :
Secrétaire général d'une organisation syndicale c'est un métier, 5400e par mois pour une fonction équivalente à un cadre dirigeant ce n'est pas exagéré, le dissimuler et jouer les ouvriers par contre c'est beaucoup plus exploitable par vos opposants... Les questions à se poser doit on admettre que permanent syndicaliste c'est un métier comme politicien donc avec un salaire et cesser l'hypocrisie sur le sujet . Combien gagne par mois le secrétaire général de la CFDT où des autres organisations?
Réponse de le 06/01/2015 à 18:14 :
En France il faut avoir l'air minable pour être crédible: la réussite c'est le péché! A ce stade de responsabilité son salaire n'a rien de mirobolant, d'ailleurs il tombe non pas parce qu'il a tapé dans la caisse, mais payé certainement comme ces prédécesseurs, le syndicat a laissé filtré des infos suffisantes pour le jeter aux lions.
a écrit le 06/01/2015 à 15:54 :
c'est malheureux, mais ce gars là n'a pas donné l'exemple et contribué à donner une belle image du syndicalisme, même si je pense que la CGT c'est un syndicat obsolète,modèle début du 20ème siècle comme Aubry d'ailleurs!
a écrit le 06/01/2015 à 15:28 :
La Paon, aussi franc qu'un âne qui recule... A l'image de son plumage, il tient à son ramage pour sauver son fromage...
a écrit le 06/01/2015 à 12:51 :
Il passe l'oral avec Valérie, Julie ou Roselyne Bachelot ? :-) :-)
a écrit le 06/01/2015 à 11:53 :
c'est un bourgeois de la gauche caviar .......
Réponse de le 06/01/2015 à 14:49 :
son précèdent a eu beaucoup plus de chance MERCI MADAME la ministre
a écrit le 06/01/2015 à 9:42 :
il vont le garder, ils se tiennent tous par la barbichette.
a écrit le 05/01/2015 à 16:43 :
Il est tellement nul, même et surtout intellectuellement, que je me demande ce qu'il fait à cette place. Il ne sait rien faire, il ne ressemble surtout pas à ses prédécesseurs. Il ne fait que paraitre, il coûte de l'argent à la C.G.T pour rien du tout. il serait temps de le mettre à l'écart.
a écrit le 05/01/2015 à 6:46 :
En adoptant les "façons " de certains managers du CAC40 peut être qu'il envisage de créer sa boîte "modèle" ou les salariés seraient choyé,produisant en France, ne pratiquant pas d'optimisation fiscale, ni d'évasion, avec les 35 heures et RTT, ou les heures sup seraient bannies car c'est l'embauche qui prime etc.
a écrit le 05/01/2015 à 6:33 :
Lepaon t'es honteux.

Qu'il est beau le bureau de cet apparatchik,
Et son appartement dans ce quartier très chic !
Les bons gros bœufs normands ruminent les factures,
Et lui qui lantiponne dans cette déconfiture .
Moulinexons ce paon, et sa roue, et son fric !

Naughtyfrog .
a écrit le 05/01/2015 à 1:26 :
Qu'il fasse pas trop le paon car ça va chauffer pour ces fessés pan ! Pan !
a écrit le 04/01/2015 à 20:57 :
Pour bien comprendre et défendre ses adhérents, ce "monsieur" devrait être payé une paire de SMIC seulement et être défrayé - sur justificatifs - de ses dépenses de représentation syndicale; çà lui éviterait comme tous ses pairs de vivre comme un patron ou un nabab fusse d'une centrale syndicale. Qu'il tourne au sandwich et au rouge ou à la bière pour ne pas oublier qu'il est au service du mieux être des plus humbles ...
Réponse de le 05/01/2015 à 6:21 :
Le pouvoir change les hommes et femmes de bonne volonté
Mais certains sont plus faibles
a écrit le 04/01/2015 à 19:52 :
La 5eme republique tire au canon sur la cgt, elle ne voit pas la derive vers le fn de certain maire ump et divers droite bascule vers le nazisme , des faits tous les jours d'intolerance
Réponse de le 07/01/2015 à 8:47 :
l'intolérance c'est vous qui l'incarnez et vos propos en sont une parfaite illustration .Evitez par ailleurs d'utiliser des mots dont vous ne connaissez pas le sens et allez balayer d'abord devant la porte du P.C.
a écrit le 04/01/2015 à 17:48 :
Attention, ça tire dans tous les coins : pan, pan
a écrit le 04/01/2015 à 16:43 :
je ne renouvelle pas ma carte à la CGT, ils s'engraissent sur le dos des travailleurs on le savait m'as à ce point ce n'est pas pensable.
Réponse de le 04/01/2015 à 19:04 :
Un (futur ex) encarté à la CGT viendrait lire les news ici? Ca n'est pas crédible, normalement c'est Paris-Turf ou Bilto qui sont préférés par ces personnes.
Réponse de le 06/01/2015 à 9:38 :
changez vos clichés le monde évolue pas vous, grâce à votre commentaire je garde ma carte. Moi je suis capable de changer d'avis mon monde n'est pas figé dans le béton. Pour toute info on est en 2015 au cas où votre calendrier s'est arrêté aux année 40. Réveillez je ne connaissais même pas le Bilto par contre vous avez l'air d'être un fan de ce quotidien ou de ce jeux, pouvez vous préciser, merci d'avance, je suis ouvert à toute information.
Réponse de le 06/01/2015 à 9:39 :
le Bilto c'est quoi! Vous avez l'air d'en connaître un rayon.
a écrit le 04/01/2015 à 14:38 :
La CGT n'était déjà de moins en moins crédible et audible. Elle l'est encore moins avec l'affaire Le Paon. Cela a révélé en plus, un système archaïque, digne du siècle passé. Maintenant, il est plus aisé de comprendre pourquoi la CGT a des idées, un fonctionnement et des actions dépassées !
a écrit le 04/01/2015 à 13:54 :
Il n'a pas assez bien fait la roue.
a écrit le 04/01/2015 à 13:35 :
.. ne valent pas mieux que le reste des elites de ce pays. Aucune exemplarite. Aucun souci d'exemplarite, alors que le pays souffre.
a écrit le 04/01/2015 à 13:21 :
A ce niveau de "je te tiens, tu me tiens...", celui qui a le moins de cadavres dans le placard est le moins vulnérable....
a écrit le 04/01/2015 à 13:20 :
beria a ete execute bcp plus rapidement! les traditions se perdent !
a écrit le 04/01/2015 à 11:44 :
Le Paon, à la différence de la dinde, a passé benoîtement la période des fétes...
a écrit le 04/01/2015 à 11:39 :
Ses dépenses ont été validées par la direction de la CGT, ses méthodes (abusives mais légales) sont celles du syndicat... virer un individu ne changera RIEN au problème !!
Réponse de le 04/01/2015 à 12:14 :
Supprimer la CGT serait la solution? Si beaucoup sont pourris, ils y en a quand même qui cherchent à faire leur travail correctement et défendent les ouvriers/employés... Mieux vaudrait faire en sortent que les élus ne soit plus élus en fonctions de leur dire et plus sur ce qu'ils font réellement. Bien sûr il faudrait étendre le principe aux politiques.
Réponse de le 06/01/2015 à 3:09 :
il faudrait que tous les dirigeants de la cgt défendent clairement l'honneteté de thierry ( en l'aidant aussi ...) s'ils sont d'accord pour reconnaitre qu'il en est bien ainsi , sans céder ni paniquer au véritable lynchage médiatique et aux réactions de quelques "beaufs" de terrain dont il est victime en ne cherchant qu'a le faire démissionner alors qu'il n'y a aucune bonne raison pour cela !!! ...thierry à toujours été un honnête homme et un homme honnête !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :