Bygmalion : des perquisitions chez Jean-François Copé

 |   |  347  mots
À l'Assemblée nationale, la perquisition s'est effectuée en présence du député, selon une source parlementaire.
À l'Assemblée nationale, la perquisition s'est effectuée en présence du député, selon une source parlementaire. (Crédits : reuters.com)
Des magistrats enquêtent sur un système de fausse facturation qui aurait permis d'imputer à l'UMP, dont Jean-François Copé était à l'époque le président, des dépenses de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012.

Le domicile parisien, le cabinet d'avocat et le bureau à l'Assemblée nationale de l'ancien président de l'UMP Jean-François Copé ont été perquisitionnés jeudi 22 janvier dans le cadre de l'affaire Bygmalion, ont confié des sources proches du dossier à Reuters. Des perquisitions étaient toujours en cours dans l'après-midi à Meaux (Seine-et-Marne), ville dont il est le maire, selon ces mêmes sources, confirmant une information de RTL.

Des magistrats enquêtent sur un système de fausse facturation qui aurait permis à la société événementielle Bygmalion d'imputer à l'UMP des dépenses de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012. Président du parti à l'époque, Jean-François Copé a dit tout ignorer des difficultés financières de l'UMP mais a été contraint à la démission le 27 mai.

Levée d'immunité

À l'Assemblée nationale, la perquisition s'est effectuée en présence du député, les magistrats ayant demandé une heure auparavant d'accéder aux locaux, comme le veut l'usage, selon une source parlementaire.

Le bureau de l'Assemblée nationale a levé mercredi 21 janvier l'immunité du député UMP Philippe Briand, ancien trésorier de la campagne de Nicolas Sarkozy, que les juges chargés de l'affaire Bygmalion souhaitent entendre. Ils ont également demandé la levée de l'immunité du député européen UMP Jérôme Lavrilleux, ancien bras droit de Jean-François Copé à la tête de l'UMP et directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012.

Plusieurs cadres déjà mis en examens

Trois anciens cadres de l'UMP et quatre anciens cadres de la société Bygmalion ont été mis en examen dans ce dossier. Après s'être portée partie civile, l'UMP réclame 28 millions d'euros à Bygmalion, jugeant avoir été victime de la société de communication.

Une autre enquête, ouverte début octobre par le parquet de Paris, concerne le paiement par l'UMP des pénalités infligées à Nicolas Sarkozy pour dépassement de ses comptes de campagne en 2012. Elle est ouverte des chefs d'abus de confiance, complicité et recel de ces délits.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/01/2015 à 15:18 :
pendant qu'on accuse l'UMP d'avoir dépasser son budget de campagne de quelques millions, que fait la gauche ?
elle s'achéte ses voies avec l'injustice des régimes spéciaux, quelques 22 milliards de gains possibles non réalisés, donc elle s’achète ses voies avec 22 milliards d'argent public !!

elle est pas belle la vie quand on est du bon coté ?
a écrit le 23/01/2015 à 11:32 :
Extraordinaire le Jeff !! Enfin voilà un garçon, que dis -je, le gendre idéal au discours clair, à l'élocution parfaite, avec un sens aiguisé de l'argumentation structurée, capable de nous présenter un avenir bien meilleur avec lui, brillant (pas le pedigree "pale"), des études, des notes excellentes à l'école, enfin tout quoi, sa place au Panthéon toute chaude...qui se permet de dire "tout ignorer des difficultés "d'un parti qu'il prétend diriger avec brio et dont il s'est arrogé la présidence. HALLUCINANT !! Non Jeff, la FRANCE est un camion trop dur pour toi à conduire et dont on doit te retirer les clés avant que tu veuille le démarrer...Peut-être vas tu meme é...Copé d'une peine d'inéligibilité. Moche.
a écrit le 22/01/2015 à 22:30 :
" les magistrats ayant demandé une heure auparavant d'accéder aux locaux, comme le veut l'usage," C'est quoi ce délire ? On les prévient une heure avant pour leur laisser le temps de détruire les preuves ??? QU'est ce que c'est que cette magouille ??
a écrit le 22/01/2015 à 20:37 :
Pour Copé, comme pour sarkozy, la clémence est de mise, ils ne sont pas en préventive pour abus de biens publics, ni pour trafic d'influence, ni pour tous leurs faits condamnables !

le citoyen lambda il serait déjà en train de croupir en tôle,

pour Nicolas, il est invité dans les télévisions pour parler de balivernes sans intérêt.
a écrit le 22/01/2015 à 20:19 :
Vivement que le jour soit fait sur cette affaire et d'autres, nous en avons marre de ses non-dits, de ses affaires qui tournent toujours autour de ses mêmes personnages, nous ne voulons plus les voir, les entendre, les écouter, trop c'est trop a quand une nouvelle garde plus prés des réalités!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :