Macron rencontre aujourd'hui les ex-salariés de Gad

Le ministre de l'Économie est attendu vendredi dans le Finistère. Suite à son faux pas sur les anciens employés de l'abattoir, le 17 septembre, il avait promis de les rencontrer et de s'excuser auprès d'eux.
Le 1è septembre, Emmanuel Macron avait dit: Il y a dans cette société [Gad], une majorité de femmes, il y en a qui sont pour beaucoup illettrées..
Le 1è septembre, Emmanuel Macron avait dit: "Il y a dans cette société [Gad], une majorité de femmes, il y en a qui sont pour beaucoup illettrées.". (Crédits : CHARLES PLATIAU)

Promesse tenue. Emmanuel Macron rendra bien visite aux ex-salariés de l'abattoir Gad, ce vendredi 23 janvier, à 17 heures. Une centaine d'anciens salariés sont attendus lors de cette rencontre à la mairie de Lampaul-Guimiliau, où se trouvait l'entreprise fermée en 2013 après le licenciement de près de 800 personnes.

Il avait commis un faux pas, le 17 septembre, peu de temps après avoir été nommé à Bercy, dès sa première intervention dans les médias, en parlant des salariés "illettrés" de l'abattoir breton. Emmanuel Macron avait déclaré précisément:

"Il y a dans cette société [Gad], une majorité de femmes, il y en a qui sont pour beaucoup illettrées, pour beaucoup on leur explique: 'Vous n'avez plus d'avenir à Gad ou aux alentours. Allez travailler à 50 ou 60 km !' Ces gens-là n'ont pas le permis de conduire, on va leur dire quoi?"

Il avait rapidement présenté ses "excuses les plus plates", exprimé ses "regrets" et promis de se rendre sur place pour s'excuser directement.

"J'aimerais qu'il revienne sur ses propos"

"J'aimerais qu'il revienne sur ses propos, parce qu'ils nous ont fait du mal", a indiqué à l'AFP Olivier Le Bras, ancien délégué FO de l'abattoir. Ce dernier qui avait mené la bataille contre la fermeture de l'abattoir. "Ça n'a pas été que des propos blessants, sur le terrain ça a eu des conséquences sur les éventuelles embauches", a-t-il ajouté, assurant que les anciens salariés de Gad n'étaient "ni plus ni moins" illettrés qu'ailleurs. Le syndicaliste espère que le ministre relèvera "un peu l'image des Gad" par sa venue.

Des 889 personnes licenciées en novembre 2013 —sur les sites de Lampaul, mais aussi de Saint-Nazaire et de Saint-Martin-des-Champs—,seules 193 ont retrouvé un emploi en CDI ou en CDD, a indiqué Olivier Le Bras, auteur d'un livre sorti le 16 janvier et intitulé "Le visage des Gad".

Commentaires 12
à écrit le 23/01/2015 à 19:48
Signaler
Illettrées peut-être, mais a-t-on besoin d'avoir un bac + 2 pour être femme de ménage ...oups, technicienne de surface ?? Le problème en France, c'est qu'on est au royaume du n'importe quoi et qu'on sacrifie des gens utiles à la société :-)

à écrit le 23/01/2015 à 19:14
Signaler
N'oublions jamais que pour un énarque , un inspecteur des finances, la nomenklatura nous ne sommes que des sous-hommes (se reporter à un article de l'Express paru en 1991/1992 ; article depuis inaccessible )

à écrit le 23/01/2015 à 17:32
Signaler
avec 150 000 jeunes sans formation par tranche d'âge, l'illettrisme n'est pas prêt de reculer...mais surtout ne pas stigmatiser, continuons à penser que tout va bien....l'éducation ne devait pas être une priorité de ce quinquennat? le salut du pays e...

à écrit le 23/01/2015 à 13:52
Signaler
Les illétrés de Gad n'ont qu'à le Ga"r"der en l'enfermant dans la salle d'abattage des animaux pour qu'il réalise lui même un bon mois de travail surveillé par les sans dents.

le 23/01/2015 à 14:21
Signaler
Si vous pouviez l'accompagner, ça serait par-fait!

le 23/01/2015 à 15:46
Signaler
Pourquoi, vous voulez les accompagner?? En sent que vous avez les nerfs.

le 23/01/2015 à 16:46
Signaler
hélas, après les sans-dents, les illettrés ; ce sera probablement : les niais !

le 23/01/2015 à 18:19
Signaler
Nous nous sommes le cumul illettrés et sans dents, et nous sommes disponibles pour surveiller le travail de Macron dans la salle d'abattage de Gad.

le 24/01/2015 à 12:12
Signaler
accompagner Macron, ca fait pas envie du tout, l'hypocrisie nauséabonde est une culture qui n'est pas la nôtre.

à écrit le 23/01/2015 à 13:15
Signaler
D'un côté, l'ex banquier devenu ministre qui redeviendra banquier (au FMI pourquoi pas). De l'autre, des sans dents, illétrés pour le ministre et licenciées pour pas un rond. C'est le symbole de la lutte des classes. Vive les camarades Holland...

à écrit le 23/01/2015 à 12:37
Signaler
Ceci est general au credit agricole quand votre pedigre est OUVRIER dans votre compte vous traite comme un etre inferieur niveau relationnel client

le 23/01/2015 à 16:19
Signaler
Le banquier "Obséquieux avec le riche , impitoyable avec le pauvre " Bonaparte : " Les banquiers n'ont pas de patriotisme , leur objectif , c'est le gain..."

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.