Dialogue social : le Medef veut reprendre des discussions "informelles"

 |  | 280 mots
Lecture 2 min.
Le gouvernement qui, accord ou pas, entendait légiférer pour simplifier et améliorer le dialogue social en entreprise, doit réunir les partenaires sociaux le 19 février.
Le gouvernement qui, accord ou pas, entendait légiférer pour simplifier et améliorer le dialogue social en entreprise, doit réunir les partenaires sociaux le 19 février. (Crédits : © Robert Pratta / Reuters)
Les partenaires sociaux ont mis fin à leurs négociations sur la réforme du dialogue social sur un constat d'échec. Le gouvernement doit reprendre a main et légiférer mais Pierre Gattaz, à la tête du syndicat patronal, ne veut pas "se voir imposer de décisions de l'extérieur".

"À situation inédite, réponse inédite." Dans une interview accordée au Figaro et publiée samedi 24 janvier, Pierre Gattaz, le président du Medef, propose aux syndicats de rediscuter de la réforme du dialogue social mais d'une façon informelle pour obtenir une feuille de route commune après l'échec des négociations. Il précise :

"Un tel document aurait une force politique, le gouvernement ne pourrait pas l'ignorer. Nous devons prendre notre destin en main plutôt que de nous voir imposer des décisions de l'extérieur."

Les partenaires sociaux ont mis fin jeudi 22 janvier à leurs négociations sur la réforme du dialogue social sur un constat d'échec après plus de trois mois de discussions sur ce dossier jugé crucial par le gouvernement, qui a décidé aussitôt de reprendre la main.

Pour la CFDT, "le gouvernement a tout la légitimité de légiférer"

Dans un entretien également accordé samedi au Figaro, le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger estime que s'"il n'a pas été possible d'aboutir cette fois, ce n'est pas un drame ou la fin du dialogue social", pointant qu'à l'échelon des entreprises "le dialogue social fonctionne"Et d'ajouter :

"On nous a donné la possibilité de nous mettre d'accord et on n'y est pas arrivé. Le gouvernement a donc toute légitimité pour légiférer après concertation."

Le gouvernement qui, accord ou pas, entendait légiférer pour simplifier et améliorer le dialogue social en entreprise, doit réunir les partenaires sociaux le 19 février, après des échanges avec chaque organisation à partir de la semaine prochaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/01/2015 à 8:32 :
Rassurez vous syndicalistes il y a de moins en moins de patron en France. Tout devrait bientôt s'aarranger avec les fermetures des usines qu'il reste .
a écrit le 25/01/2015 à 14:06 :
pour aidez les petite entreprises a avoir une representation syndicale ,il sufirais d a voir une reprentation du syndicat le plus proche de l entreprisse avec un NUMEREAUX DE TELEPHONE AFFICHEZ dans les petites entreprises afin que chaque salarie qui a bessoin d etre defendue puissent le faire intervenir EN CAS DE PROBLEME DANS SONT ENTREPRISE???
Réponse de le 26/01/2015 à 6:39 :
C'est vrai cela, pourquoi avoir un délégué salariale dans chaque entreprise?, Pourquoi ne pas avoir un numero anonyme pour aider les salariés qui ont une question de droit en terme de code de travail? Cela desengorgerais les prud'hommes et les pachas aka delegues syndicaux qui ne defendent personne a par les copains.
a écrit le 25/01/2015 à 11:16 :
Il faut dire aussi que Gattaz représente plus les firmes que les TPE/PME. De plus, son mode de fonctionnement et son approche sont dignes d'un temps passé. Il est inaudible, peu crédible et dépassé. Bref, au suivant !
a écrit le 25/01/2015 à 10:59 :
le patronnat reve de detruire le syndicalisme, SANS SYNDCALiSME IL N Y A PLUS DE DEFENSE DES OUVRIERS DANS L ENTREPRISE? PLUS DE DIALOGUE POSSIBLE? LE MONDE OUVRIER N EST PAS RESPONSABLE DE LA CRISE INTERNATIONNALE / // LE PATRONNAT OUI EST LE MONDE FINANCIER OUI // /???
a écrit le 25/01/2015 à 9:35 :
il faut que l'on vous plume encore, votre magot doit être partagé, vous ne l'emporterez pas en enfer.
a écrit le 25/01/2015 à 9:21 :
le patron du medef a le physique et la posture du polichinelle. Il sent à présent, après l'échec des négociations avec les syndicats, que le gouvernement va reprendre la main et légiférer . Il sait aussi que les décisions qui seront prises ne seront pas forcément favorables au patronat. Il essaye donc, par un tour de passe passe, de renouer le dialogue avec les partenaires syndicaux de "manière informelle" pour faire comme ci. Personne n'est dupe.
a écrit le 25/01/2015 à 8:35 :
Au secours, venez à mon aide....j'ai déconné et je risque de me prendre les conséquences en pleine poire!
a écrit le 24/01/2015 à 22:38 :
Faire du bruit ou pas ,raler encore ,declarer tout et rien, rien n y fera .La seule solution francaise est dans ses entreprises (salaries et patrons) Il faut liberer les createurs d entreprise. En dehors de cela pas de salut. Pas d entreprises pas de salariés. entreprises non concurrentielles chomage en augmentation. Les gesticulite ne sert plus a rien. sans les entreprises le chomage augmente et le gouvernement a son coup de couteau mensuel a l annonce des chiffres.Le patronat ne se sent pas fort: il EST fort . Il lui suffit de ne pas bouger. Et alors , que faire ?
a écrit le 24/01/2015 à 20:48 :
quelque part si le patronat se sent fort, ce n'est pas la faute uniquement des syndicats ouvriers, mais celle des salariés qui s'estiment capables de négocier tout seul, pour eux mêmes! les négociations doivent avoir lieu par branche et non pas par entreprise, il faut se souvenir des sommes colossales de l'UIMM, pour fluidifier les négociations!
Réponse de le 25/01/2015 à 10:36 :
... et QUI touchaient les sommes colossales de l'UIMM ? Qui acceptaient de fluidifier les négociations, si ce ne sont les syndicalistes salariés ???
Réponse de le 25/01/2015 à 10:38 :
Pour qu'il y est corruption, il faut qu'il y ait corrompus dans l'autre camp !!
a écrit le 24/01/2015 à 18:13 :
De la puérile irresponsabilité des syndicats patronaux et employés qui attendent l'intervention de l'Etat ( papa) pour régler leur chamaillerie.
Les patrons, comme toujours ne lacheront rien.
Ils ont déjà annoner que la contre parti des milliards d'allègement de "charges" (cotisations) sera non pas d'embaucher mais au mieux de ne pas licencier.
Renouons avec l'idée que les avancées sciales ont toujours été le résultat d'un combat.
Réponse de le 25/01/2015 à 10:40 :
Qui a déclaré, avant la négociation: "nous ne lacherons rien!" ?? Les syndicats salariés!!!
a écrit le 24/01/2015 à 17:58 :
C'est patron, ils sont en train de nous le mettre dans le baba
a écrit le 24/01/2015 à 17:56 :
Dialogue social !!!!!agmenter les bas salaires de 500 euros ainsi que les petites retraites de 500 euros aussi!!! Comment ?En récupérant les 80 milliards d'évasions fiscales ,en rétablissant l'impôt sur le revenu progressif .Cela permettrait de diminuer les charges des PME aussi.
Quant à la CFDT je me demande à quoi sert ce syndicat qui à signer l'ANI ?
Réponse de le 24/01/2015 à 19:08 :
A signer , quoi d autre !
a écrit le 24/01/2015 à 17:49 :
le medef exige et toujours impose
refuse le dialogue veut des compensations
le syndicat le plus egoiste et une caste a supprimer
comme toute les organisation ne des gouvernement de collaboration de 39 a 44
a écrit le 24/01/2015 à 17:25 :
GATTAZ PERE A DIT TOUT HAUT CE QUE VEUT LE FILS :.LES SYNDICATS NE DEVRAIENT PLUS EXISTER ILS SONT NUISIBLES A L"ENTREPRISE. ALORS ON COMPREND MIEUX SON REFUS DE NÉGOCIER IL VEUT REVENIR AUX MISÉRABLES IL VEUT COSETTE A L'USINE DES 9 ans THENARDIER C'EST LUI
a écrit le 24/01/2015 à 16:50 :
Dommage de voir le dialogue social dans les mains du gouvernement c'est un échec pour tout le monde. A dire vrai les syndicats ne servent à rien dans une entreprise, ils les mettent en danger (voir GOOD YEARS AMIENS). Les délégués ne sont intéressés que par les heures de délégations. L'entreprise, le personnel se n'est pas un problème...
Réponse de le 24/01/2015 à 17:04 :
détrompe toi , il existe encore beaucoup de camarades qui fond ce pourquoi ils ou elles sont élu(es). pour ce qui est des heures de délégations , elles sont très souvent insuffisantes , un bon nombres d'entre nous , prenons sur notre temps privé. ton ignorance me fait bcp de peine............
Réponse de le 24/01/2015 à 17:39 :
n'importe quoi !!vive le 19 ieme siècle ,les enfants dans les mines ,et 7 jours sur 7 de travail pour tout le monde .
Réponse de le 24/01/2015 à 18:41 :
ce n'est pas parce que vous ne savez pas qu'il faut renier le combat, l'engagement et le travail des délégués.
Ne pas oubliez qu'ils renoncent a toute progression professionnelle pour aider les autres et d'après vous a quoi servent les heures de délégations à ça a se former pour aider pour les autres. Mais cet engagement ce n'est pas donné a tout le monde de le faire!!!
Ne faites pas d'un cas isolé une généralité merci
Réponse de le 24/01/2015 à 19:00 :
avez vous eu seulement le courage de vous presente en tant que delegue ,voire d'etre syndique Par contre vous avez surement acepte les avantages obtenus
a écrit le 24/01/2015 à 16:49 :
Je ne vois pas en quoi réduire les moyens des pauvres élus du personnel fera augmenter la croissance et la productivité de ce pays ! Ce n'est pas à cause des delegues du personnel qu'on n'est plus capables de fabriquer un grille pain en France !
a écrit le 24/01/2015 à 16:47 :
Faudrait peut-être qu'il arrête de prendre les salariés pour des billes. Un peu de respect!
Ca fait des semaines qu'il ne fait que de la communication, .........trop de temps perdu.
Que l'état prenne ses responsabilités, des décisions, que les députés amendent.
Il sera toujours temps après de corriger, renégocier, compléter, améliorer,........
a écrit le 24/01/2015 à 16:34 :
Monsieur Gattaz devrait s'intéresser à la transition énergétique; cela concerne les entreprises et permettrait d'appliquer le pacte de responsabilité.
a écrit le 24/01/2015 à 16:34 :
Plus aucune discussion avec le père Gattaz qui se grille à longueur de discussion. Il est bon à démissionner comme Le Paon.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :