Démission de la ministre de l'Enseignement Supérieur Geneviève Fioraso

Également chargée de la recherche, Geneviève Fioraso a démissionné pour "raisons de santé". Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education nationale, récupère son portefeuille... En attendant un remaniement.
La démission de la secrétaire d'État faisait l'objet de rumeurs depuis plusieurs jours.
La démission de la secrétaire d'État faisait l'objet de rumeurs depuis plusieurs jours. (Crédits : Reuters)

La secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur et à la Recherche a remis ce jeudi 5 mars sa démission du gouvernement « pour des raisons de santé ».

La nouvelle était attendue depuis quelques semaines. Hier, à l'issue du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, avait évoqué les "problèmes de santé assez graves" de Geneviève Fioraso. Elle pourrait "possiblement" quitter le gouvernement, affirmait-il alors. C'est donc fait.

En attendant un remaniement plus conséquent

Un communiqué de l'Elysée indique que "Le Président de la République a remercié Geneviève Fioraso pour l'action accomplie au service de l'excellence de la recherche française et de la modernisation de l'Enseignement supérieur. Il lui adresse ses vœux de rétablissement".
Pour l'heure, François Hollande a chargé Najat Vallaud-Belkacem de reprendre les fonctions de Geneviève Fioraso. Déjà ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem était la ministre de tutelle de Geneviève Fioraso, il s'agit donc du choix le plus simple... mais sans doute provisoire. En effet, il est fort probable qu'un remaniement gouvernemental intervienne à l'issue du deuxième tour du scrutin départemental le 29 mars - qui s'annonce très délicat pour la majorité - dans la perspective du congrès du parti socialiste du mois de juin. Pour calmer les esprits "frondeurs" au sein du PS quelques proches de Martine Aubry pourraient entrer au gouvernement. Un retour des écologistes n'est également pas exclu.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 08/03/2015 à 8:31
Signaler
il lui faut du temps pour réviser, et passer ses diplômes .

à écrit le 06/03/2015 à 13:05
Signaler
Peut-être un bilan de santé public de nos élus avant qu'ils prennent en charge des responsabilités nationales? Cela éviterait les multiples situations à risque, déjà vécues dans le passé y compris avec des présidents.

à écrit le 05/03/2015 à 23:16
Signaler
Chantons ce n'est qu'un au revoir, ça va à la santé en cure iodée? On part avant la claque, on n'aime pas les sifflets? Comme les sifflets à la circulation?

à écrit le 05/03/2015 à 23:08
Signaler
Plute à jus d'orange. Y a des coups de barre qui se perdent à la saoulerie du buffet gratuit du ministère!

à écrit le 05/03/2015 à 23:01
Signaler
C’est une démission pour abandon de poste, pour impéritie, pour programmes nuls alors qu’on parle suppression du bac, promotion à l’ancienneté ou pour illétrarisme subventionné ? Mme la çonne s'en va?

à écrit le 05/03/2015 à 20:14
Signaler
Ce serait bien que le (ou la ) prochain ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche ait des compétences scientifiques et une expérience de la recherche; ainsi il pourrait comprendre la recherche, cela serait un grand changement et un gran...

le 06/03/2015 à 8:14
Signaler
Ben vous êtes sauvé, Mme Belkasem répond tout à fait votre description...mdr

à écrit le 05/03/2015 à 18:47
Signaler
NVB n'avait déjà aucune compétence spécifique pour le ministère de l'EN. Elle n'en a pas plus pour s'occuper de l'enseignement supérieur et de la recherche. Dans ce gouvernement, plus on est incompétent, plus on va loin (voir aussi Moscovici)

le 05/03/2015 à 20:20
Signaler
c'est axact

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.