Le baril de pétrole tombe sous la barre des 67 dollars

Face au rebond du dollar, aux prévisions pessimistes de la Banque mondiale et aux tensions en Iran, les prix du pétrole ont terminé en forte baisse ce lundi. A la clôture, le baril de "light sweet crude" pour livraison en juillet s'échange à 66,93 dollars le baril. Le Brent de la Mer du Nord, à échéance août, est à 66,98 dollars le baril.

Les prix du pétrole ont fini en nette baisse ce lundi. Ils sont passés nettement sous la barre des 70 dollars le baril, après les prévisions mauvaises de la banque mondiale et le raffermissement de la monnaie américaine.
A la clôture, le baril de "light sweet crude" pour livraison en juillet s'échange à 66,93 dollars le baril, en baisse de 2,62 dollars par rapport à son cours de clôture de vendredi. Le Brent de la Mer du Nord, à échéance à échéance août a lâché de son côté 2,21 dollars à 66,98 dollars.

Le marché se concentre sur les nouvelles prévisions de la Banque mondiale, craignant que la hausse des prix de l'or noir ne soit exagérée par rapport aux espoirs de la reprise. "La Banque mondiale prédit une récession un peu plus sévère que lors de ses précédentes prévisions, avec une contraction de 2,9% de l'économie mondiale", a souligné Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

De plus, l'expiration du contrat pour livraison en juillet ajoute un élément de faiblesse sur le marché. Le contrat pour août deviendra contrat de référence mardi.

Le dollar est en hausse par rapport à l'euro. La devise américaine s'échange à 1,38 euro.

Et enfin, les marchés sont tendus face à la situation incertaine, ce lundi, en Iran. Le deuxième exportateur de brut au sein de l'Opep (organisation des pays exportateurs de pétrole), qui produit 3,7 millions de barils par jour, a subi un week-end ensanglanté après l'appel du candidat de l'opposition, Mir Hossein Moussavi, à poursuivre la contestation née de la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
La cause fondamentale de la crise est la trop forte tension exercée sur les matières premières par la consommation des grands titans surpeuplés comme l'Inde et la Chine. Par conséquent, l'activité et le prix du baril de pétrole par exemple, vont su...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Le prix de l essence augmente pourtant a nouveau...reveillez vous!! faites du velo !!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.