OCDE : perspectives de reprise en 2010, la France et la zone euro à la traîne

 |  | 721 mots
Lecture 3 min.
Les perspectives économiques mondiales s'améliorent pour la première fois depuis deux ans mais la montée du chômage et l'explosion des déficits budgétaires risquent de faire dérailler la fragile reprise qui se dessine, estime l'OCDE dans son rapport semestriel. La zone euro et la France risquent en revanche d'être à la traîne.

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), dans un rapport publié ce mercredi, constate que la récession touche à sa fin dans ses trente pays membres et prévoit une croissance de 0,7% l'an prochain pour l'ensemble après une contraction de 4,1% cette année, sans précédent depuis la Deuxième Guerre mondiale. Dans ses précédentes perspectives économiques, l'organisation basée à Paris anticipait une récession de 4,3% en 2009 suivie d'une contraction de 0,1% en 2010.

"C'est la première fois depuis 2007 que nous avons relevé la projection," a déclaré Jorgen Elmeskov, chef économiste de l'OCDE, cité par Reuters. "La mauvaise nouvelle, c'est qu'on s'approche seulement du fond et que la reprise qui suivra sera très progressive et probablement fragile."

Après un plongeon historique de 16% sur l'ensemble de l'année, le commerce mondial se reprendra graduellement à la fin 2009 pour progresser modestement de 2,1% en 2010, estime l'OCDE. L'organisation salue "l'effort extraordinaire" des autorités américaines qui ont, selon elle, ouvert la voie à un redémarrage au deuxième semestre 2009. De même, le Japon montre des signes positifs mais la reprise y sera lente et le sous-emploi des capacités risque d'y accentuer la déflation.

En revanche, la zone euro reste à la traîne, en raison des effets conjugués, selon les pays, de l'éclatement de la bulle immobilière, du recul des exportations et des dommages subis par le secteur financier. "Lorsqu'elle s'amorcera, la reprise pourrait aussi être lente, notamment dans la mesure où la montée du chômage n'incite guère les ménages à dépenser," observe l'OCDE. En Chine et dans d'autres grands pays non membres de l'OCDE, la reprise semble déjà s'amorcer et devrait être plus forte.

Au total, l'organisation voit l'économie américaine se contracter de 2,8% cette année avant un rebond de 0,9% l'an prochain, tandis qu'au Japon le PIB chuterait de 6,8% avant de se reprendre de 0,7%. Dans la zone euro, la récession serait de 4,8% cette année (-6,1% en Allemagne) avant une croissance zéro annoncée pour 2010, mais la France résisterait mieux avec une décroissance de 3% suivie d'une modeste reprise de 0,2%.

L'éditorial du rapport, intitulé "Le bout du tunnel ?", souligne que la répartition des risques qui entourent les prévisions est plus équilibrée qu'avant. "Les prévisions supposent que la situation restera à peu près inchangée sur les marchés financiers jusqu'à la fin de l'année, avant de se normaliser dans le courant de 2010, mais cette hypothèse pourrait se révéler excessivement prudente," explique le rapport.

"S'agissant des risques à la baisse, l'un serait qu'on n'ait pas des plans convaincants en matière d'assainissement budgétaire (...) L'autre est que la poussée du chômage pèse davantage sur les dépenses des ménages que ce que nous avons prévu," a déclaré aussi Jorgen Elmeskov.

Le taux de chômage dans la zone OCDE atteindrait 9,8% l'an prochain (10,1% aux Etats-Unis, 12% dans la zone euro) contre 8,5% en 2009 et 5,9% en 2007.

Pour ne pas entraver la reprise, il est important de ne pas relâcher les efforts de stimulation budgétaire trop tôt, note encore l'OCDE. Les pays caractérisés par un niveau d'endettement relativement faible - le rapport cite l'Allemagne, le Canada, certains pays nordiques et la Suisse - disposent encore de marge d'assouplissement discrétionnaire de leur politique budgétaire en 2010. En revanche, l'état des finances publiques de certains autres pays - le Japon, l'Italie, la Grèce, l'Irlande et l'Islande sont cités - "ne leur permet pas d'accroître le soutien apporté à l'activité, ni d'adopter des mesures de relance sans s'exposer à une forte réaction négative sur les marchés des capitaux."

Le rapport exhorte aussi les banques centrales à maintenir leurs taux directeurs à un niveau proche de zéro tout au long de 2009 et de 2010 dans les économies ayant déjà pleinement exploité le levier de la politique monétaire classique, et ajoute que la Banque centrale européenne (BCE) n'est pas encore à ce stade.

De même, les dispositions non conventionnelles appliquées, telles que les achats d'obligations d'Etat à long terme et de certains titres privés, "devraient être maintenues jusqu'à ce qu'une reprise soit engagée et que la situation des marchés financiers se normalise."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'économie mondiale sera instable jusqu'à la mise en place d'une gouvernance mondiale avec des objectifs de régulation démographique seule voie de résolution réelle de la crise. D'ici là nous aurons des oscillations des marchés sans jamais retrouver un vrai équilibre.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ils doivent vraiment justifier leurs salaires tout ces gens ! Qu'ils arrêtent de nous raconter des histoires, ils n'en savent rien du tout et c'est juste pour tenter de nous faire croire que tout ira mieux. S'ils sont si doués comment ce fait-il qu'ils n'aient pas vu la crise arrivée ? N'importe quoi .
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
j abonde dans le sens de FL. La régulation démographique me semble un passage incontournable , et cela sur le plan mondial .
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Et JC n a pas tord non plus !!!!!!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
T'as raison JC, moi aussi je coix pas à cett e reprise. Jusuq'à maintenant toutes les prévisions se sont revelé fausse (petrol, immobilier, natixis et j'en passe) Il n' y pas un mot dans ce rapport sur l'endettement énorme des USA et UE, et comment ils comptent rembourser ces prêts?. Sur quoi on va se fonder pour redresser l'économie. Cest pas si facile. En 1929 après le début de la crise, plusieurs fois il y eu des signes très positifs et une certaine redressement de l'économie, mais lorsque une maison est construite sur le sable elle finira par s'effondrer tôt ou tard. Cette semble aujourd hui, sont les milliards de dollares injecté à travers l'endettement des Etats pour faire quoi? Pour tuer une mouche avec un marteau ... Et ça les investisseurs le comprennent peu à peu. Donc, vendez tout ce que vous avez et partez dans la forêts canadienne pour une dizaine d'année. (ne pas oublier qu'après la Grande crise des années 30 il a fallu 20 ans pour redresser l'économie, donc faut arreter de nous dire qu'une crise dure forcément 5 ans...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Au moins une citation de cet article mérite une traduction : "La mauvaise nouvelle, c'est qu'on s'approche seulement du fond et que la reprise qui suivra sera très progressive et probablement fragile."

"On approche du fond" signifie qu'on n'a pas encore atteint le fond donc que l'économie va continuer à plonger.

"La reprise qui suivra sera très progressive..." indique que lorsqu'on aura atteint le fond on restera très près de lui pour un bon bout de temps.

"... et probablement fragile" montre que l'OCDE n'est même pas certaine de l'efficacité de la reprise qu'elle annonce.

Un prudence bien insuffisante. Si, comme moi, on considère que la crise est la conséquence de l'étranglement du pouvoir d'achat qui résulte des politiques néolibérales adoptée par les pays de l'OCDE, on ne peut voir dans l'augmentation du chômage que le préalable à la recherche d'un double fond encore plus dramatique dans la récession. Dès que les personnes licenciées atteindront la fin de leur droits, une nouvelle chute de la demande est inévitable. Or ce ne sont pas les politiques économiques actuelles -notamment celle de la France- qui permettront de compenser cette deuxième vague de pertes de marchés pour les entreprises.

a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
la France .... à la traîne C'EST MAINTENANT UNE CERTITUDE - l'OCDE se VOIT CONFORTEE PAR LES CHOIX ERRONNéS de NICOLAS FRANCOIS - CLAIREMENT LES MINISTERES CLéS COMME l'INDUSTRIE sont AUX MAINS DE MINISTRES ET DE SECRETAIRES dETATS qui ne comprennent rien à l'industrie ... SANS INDUSTRIE, SANS INNOVATIONS VALORISEES, la FRANCE VA TRAINER et SE FAIRE TRAINER ... AUCUNE PERPSECTIVE DE REMONTEE ... NOUS RESTERONS EN BAS et peut etre même NOUS CHUTTERONS ENCORE PLUS FORT, PLUS LONGTEMPS - LES ENFANTS DES FRANCAIS FINIRONT COMME MANNARDS DANS LES PAYS EMERGEANTS.. quelle perpsective triste.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
qu'est-ce qu'ils ont fumé à l'OCDE ?
les sommes folles dépensées par les USA vont précipiter leur chute et celle du dollar, de plus en plus d'américains ayant perdu leur emploi vont également perdre leur maison en laissant des grosses dettes auux banques ... donc deuxième effet kiss-cool sous peu
le japon est complétement planté et ils nous annoncent des signes de reprise

la zone euro devrait finalement s'en sortir mieux que les us

on les paie combien ces nullards de l'OCDE ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
je de trouver un truc marrant :"
HSL reports rumors that "Some U.S. embassies worldwide are being advised to purchase massive amounts of local currencies; enough to last them a year. Some embassies are being sent enormous amounts of U.S. cash to purchase currencies from those governments, quietly. But not pound sterling. Inside the State Dept., there is a sense of sadness and foreboding that 'something' is about to happen ... within 180 days, but could be 120-150 days."

pour un pays prêt à sortir de la crise .. on a vu mieux
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il faudrait arrêter les majuscules! -Monsieur du post-précédant!
Les prédicateurs de l'apocalypse, très peu pour moi : cette forme de lâcheté qui n'accepte pas le deuil de ses fantasmes de richesses faciles...
Quand on est dans une équipe, on ne crie pas à tout va que tout est perdu par avance, ni en sport ni à la guerre, vous l'autoprophètiseriez sinon et surtout vous ne rendriez service à personne, pas même à vous.

L'avenir ne se bâti pas par des peureux, où alors révisez vos cours d'histoire.
Quant à vos fantasmes sur Sarkozy responsable de la crise...et de son dénouement! Vous êtes très fort!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :