Etats-Unis : dépenses en hausse, revenus en baisse, bond de l'immobilier

 |  | 362 mots
Lecture 2 min.
Alors que les dépenses de consommation ont continué de progresser (+0,4%) par rapport à mai, les revenus des ménages ont à l'inverse enregistré leur plus forte baisse depuis janvier 2005 avec un recul de 1,3%. Par ailleurs, les promesses de ventes immobilières progressent de nouveau.

Les dépenses de consommation des ménages américains ont augmenté en juin pour le deuxième mois consécutif. La hausse ressort à 0,4% par rapport au mois précédent, selon les chiffres publiés mardi par le département du Commerce. Cette hausse des dépenses de consommation est supérieure à celle attendue par les analystes, qui tablaient sur 0,3%. En mai, la hausse avait été de 0,1%. Soutenue par des mesures de relance budgétaire au printemps 2008, la consommation s'était effondrée à partir du quatrième trimestre de la même année à un rythme jamais vu depuis la récession du début des années 1980, contribuant à une chute brutale du produit intérieur brut.

A l'inverse, les revenus des ménages, qui avaient bondi de 1,6% en mai grâce à des versements de prestations sociales et des baisses d'impôt dans le cadre du plan de relance, ont chuté de 1,3% en juin. C'est leur plus forte baisse depuis janvier 2005. Elle est bien plus importante que ce que prévoyaient les économistes, qui s'attendaient à un recul de 1% seulement.
 
Leur taux d'épargne, qui avait grimpé ces derniers mois à des niveaux jamais vus lors de cette décennie, est descendu à 4,6% du revenu disponible en juin, contre 6,2% en mai (le taux plus élevé depuis février 1995). 

Mesurées en dollars constants, les dépenses de consommation ont reculé de 0,1% en juin, et les revenus de 1,8%. L'indice des prix lié aux dépenses de consommation (PCE) a en effet augmenté de 0,5% par rapport au mois précédent, et de 0,2% hors énergie et alimentation. Les prix de l'essence, remontés avec les cours du pétrole, ont notamment contribué à cette hausse.

Sur un an, l'indice des prix PCE hors et énergie et alimentation, qui sert de référence à la politique monétaire, est en hausse de seulement 1,5% en juin, après 1,6% en mai.

Par ailleurs, les promesses de ventes immobilières progressent de nouveau aux Etats-Unis (+3,6% en juin selon la NAR, National Association of Realtor contre +0,6% attendu et + 0,8% en mai, chiffré révisé, initialement de +0,1%), et ce pour le conquième mois consécutif. Ce n'était pas arrivé depuis six ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :