La reprise américaine "se développe", selon le Conference Board

 |   |  365  mots
L'indice des indicateurs avancés américains calculé par le Conference Board a enregistré en septembre sa sixième hausse consécutive et atteint son meilleur niveau depuis octobre 2007, il y a deux ans, confirmant la tendance à l'amélioration de la conjoncture économique.

L'indice des indicateurs avancés américains calculé par le Conference Board, publié ce jeudi et censé préfigurer l'évolution de la tendance économique aux Etats-Unis à un horizon de six à neuf mois, a progressé de 1%, à 103,5, après une hausse révisée à 0,4% en août. Les économistes s'attendaient en moyenne à une hausse de 0,8% après celle de 0,6% initialement annoncée pour août.

"Cela suggère qu'une reprise se développe", a déclaré Ken Goldstein, économiste du Conference Board, dans un communiqué. "Cependant, l'intensité de cette reprise dépendra de l'ampleur et du calendrier de la reprise de la demande."

Côté emploi, les inscriptions au chômage ont augmenté nettement plus que prévu la semaine dernière, selon les chiffres publiés également ce jeudi par le département du Travail. Le nombre des inscriptions s'est établi à 531.000 contre 520.000 (révisé de 514.000) la semaine précédente. La moyenne mobile sur quatre semaines a en revanche baissé à 532.250 contre 533.000 (révisé de 531.500) la semaine précédente.

Le nombre de personnes percevant régulièrement des indemnités est ressorti également en baisse lors de la semaine au 10 octobre - dernière semaine pour laquelle ces chiffres sont disponibles - à 5,923 millions contre 6,021 millions (révisé de 5,992 millions) la semaine précédente. C'est le niveau le plus bas depuis la semaine close le 28 mars dernier, quand le nombre de ces allocataires était de 5,85 millions.

Autre bonne nouvelle, le nombre de licenciements massifs par les employeurs américains a chuté de 129 unités entre août et septembre, selon un rapport gouvernemental publié jeudi qui suggère que le fragile marché de l'emploi tend à se stabiliser. Le département du Travail a précisé que le nombre d'actions visant à supprimer massivement des emplois, soit la suppression d'au moins 50 personnes par un même employeur, était tombé à 2.561 le mois dernier et concernait 248.006 personnes. Ce chiffre porte le total de ce type d'actions à 23.745 depuis le début de l'année, et à 47.230 depuis le début de la récession en décembre 2007. Au mois de septembre, 856 annonces de licenciements massifs ont été faites dans le seul secteur manufacturier, a précisé le département du Travail.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :