Industrie et services retrouvent le chemin de la croissance dans la zone euro

 |   |  342  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Selon l'enquête du mois d'octobre de la société Markit, l'activité des services de la zone euro a atteint son plus haut niveau depuis février 2008 et celle du secteur manufacturier a renoué avec la croissance pour la première fois en un peu plus d'un an. De leur côté, les commandes à l'industrie ont progressé plus que prévu en août.

L'activité dans les services de la zone euro a progressé en octobre à un rythme inédit depuis vingt mois, selon les premiers résultats de l'enquête mensuelle Markit auprès des directeurs d'achat publiée ce vendredi. L'indice reflétant l'activité du secteur a ainsi grimpé à 52,3 en octobre, contre 50,9 en septembre, atteignant son niveau le plus haut depuis février 2008, bien au-delà des prévisions des analystes qui attendaient un indice à 51,4.

Le secteur manufacturier a en outre renoué avec la croissance pour la première fois en un peu plus d'un an. L'indice est ressorti à 50,7, son meilleur niveau depuis dix-huit mois, alors que le marché l'attendait à 50,1. Il était monté à 49,3 en septembre, soit un plus haut depuis seize mois mais sous la barre des 50 qui sépare la contraction de l'activité de la croissance.

L'indice composite, qui regroupe services et industrie, a atteint en octobre un plus haut de vingt-deux mois à 53, contre 51,1 le mois précédent. Les économistes tablaient sur un chiffre de 51,6.

Par ailleurs, les commandes à l'industrie ont augmenté davantage que prévu en août grâce à la demande pour les biens intermédiaires, selon Eurostat. Par rapport à juillet, les commandes dans les seize pays de la zone euro ont progressé de 2%. Elles affichent en revanche une chute de 23,1% sur un an. Les commandes à l'industrie sont considérées comme un bon baromètre des tendances économiques car elles se traduisent par de l'activité sur les mois à venir.

Les chiffres du mois de juillet ont été révisés: hausse de 3% sur un mois et baisse de 24,9% sur un an, contre +2,6% et -24,3% en première estimation.

Le détail des statistiques montre que la hausse plus forte que prévu du mois d'août s'explique principalement par la demande pour les biens intermédiaires, en hausse de 3,8% sur le mois. Les commandes pour les biens d'investissement, les biens de consommation durables et non-durables ont en revanche diminué, ce qui semble indiquer une faiblesse de la demande des consommateurs et des investissements après le bond enregistré en juillet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :