Bruxelles prône la diminution des subventions agricoles dans son prochain budget

 |   |  198  mots
Manifestation de producteurs de lait à Bruxelles en juillet dernier, visant à obtenir de l'exécutif européen des aides supplémentaires au secteur.
Manifestation de producteurs de lait à Bruxelles en juillet dernier, visant à obtenir de l'exécutif européen des aides supplémentaires au secteur. (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Selon une proposition de la Commission européenne, la part consacrée à la politique agriculture commune (PAC) dans le prochain budget de l'Union serait fortement diminuée, au profit d'autres priorités comme l'emploi, l'environnement et la politique extérieure.

La Commission européenne prône dans le futur budget de l'Union européenne une diminution "significative" des fonds alloués à la Politique agricole commune (PAC) au profit de "nouvelles priorités" que seraient l'emploi, l'énergie et la protection du climat, et enfin la politique extérieure.

Il ne s'agit encore que d'une proposition figurant dans un document devant être publié fin novembre. A l'heure actuelle, le budget de la PAC (aides directes et développement rural) représente 47% du budget total de l'Union européenne, qui s'élève pour sa part à 116 milliards d'euros en 2008. Le budget en cours, sur sept ans, arrive à échéance fin 2013.

Tractations en 2011

La part des subventions agricoles est en constante diminution, souligne l'exécutif européen. Si cette proposition aboutissait elle passerait de 61% du budget global en 1988 à 32% en 2013.

Les tractations sur le futur budget de l'UE ("perspectives financières") se tiendront réellement en 2011 et seront menées par les Etats européens, en liaison avec le parlement.

La politique de cohésion, qui vise à venir en aide aux régions défavorisées, devrait être l'autre grande victime du projet de Bruxelles, qui la juge pas assez efficace aujourd'hui.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/11/2009 à 13:36 :
de plus exploiteurs
a écrit le 26/10/2009 à 14:02 :
Au passage, demandons-nous pourquoi des aides destinées en majorité à l'industrie agro-alimentaire européenne sont qualifiées d'agricoles!
Cela étant, transformer le budget agricole en subventions ou aides au revenu, c'était condamner à terme le dit budget dès sa mise en place, et également tous ceux qui auront appris à en vivre.
Arrêtons l'hypocrisie de ces bouées qui maintiennent l'économie agricole européenne à la surface du marais où elle (s')est enfoncée et imaginons les utilisations de ce budget pour les investissements ou les structurations permettant à l'économie agricole de naviguer en haute mer sans risque de naufgrage. Si le modèle est efficace, les citoyens européens auront envie de créer d'autres budgets européens. Pour le moment, vu l'efficacité des 2 principaux budgets, on comprend leurs réticences.
a écrit le 26/10/2009 à 12:28 :
Payons les productions agricoles au prix normal et arretons les subventions aux riches agriculteurs .Ce qui arrive est la faute de la FNSEA qui n'a point instauré de solidarité au sein du monde agricole ,les gros céréaliers se gavent et les "petits paysans " qui entretiennent nos territoires de montagne ,rament et survivent comme ils peuvent.
Le libéralisme c'est l'absence de régulation et dieu sait que le syndicat majoritaire agricole est libéral surtout pour les autres !et ne se gène pas de demander l'aide de tous lorsque les marchès s'écroulent.
Moralité ,agriculteur réflèchissez un peu avant de voter pour vos fossoyeurs .
a écrit le 26/10/2009 à 3:58 :
il faut arr&ter avec les subventions. Ces gens sont des nantis. Ils possédent tous le foncier, ils sont régi par des règles spéciales (droit de construire sur des terrains agricoles , safer, administrateur du CA chambre d'agriculture,etc). L'agriculture c'est une nation à l'intérieur de l'état. De plus c'est en parti à cause de eux qu'on a un incapable au sommet de l'état. En plus les élections au senat et dans les conseils généraux avantages trop le monde rural. Je prends mon ex il faut payer d'énormes impots locaux pour financer des gens qui sont 100 fois plus riches que moi. drole de démocratie que la démocratie francaise 1 rural vaut 10 urbains
a écrit le 24/10/2009 à 10:49 :
faire ce genre de propositions au moment où les agriculteurs ont des revenus si bas c'est mettre le feu aux poudres
a écrit le 24/10/2009 à 4:45 :
Quand on se rendra compte qu'en Europe, on veut des agriculteurs qui produisent de la nourriture, on se rendra compte qu'il eut fallu les nourrir.
Il sera alors trop tard.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :