Le Liechtenstein sort de la "liste grise" de l'OCDE

 |   |  183  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
En signant son douzième accord d'échange d'informations fiscales, la petite principauté n'est plus un parados fiscal au sens de l'Organisation de coopération et de développement économiques.

Le Liechtenstein n'est plus officiellement un paradis fiscal au sens de l'OCDE, l'Organisation de coopération et de développement économiques, qui regroupe les pays les plus développés.

La petite principauté a en effet signé mardi son douzième accord d'échange d'informations fiscales ce qui lui permet de sortir de la fameuse "liste grise" (terme politiquement correct pour ne pas dire "liste noire").

A la suite de la crise économique et financière, les pays du G20, les plus puissants de la planète, avaient mise la lutte contre les paradis fiscaux sur leur liste de priorité. C'est l'OCDE qui a été chargé de mener le combat. Avec un certains succès puisque même la Suisse et son fameux secret bancaire a commencé à lacher du lest.

Au total, le Liechtenstein a conclu des accords avec la Belgique, les Pays-Bas, l'Irlande, Saint-Vincent-et-Grenadines, Saint-Marin, la France, l'Andorre, Monaco, l'Allemagne, le Luxembourg, le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Il mène en outre des discussions "avancées" en ce sens avec l'Italie, l'Australie, la Norvège, la Suède, la Finlande et l'Islande.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :