Les banques françaises quitteront les paradis fiscaux en mars 2010

 |   |  366  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
A l'issue d'une réunion avec le gouvernement au sujet des décisions du G20, les banques françaises ont annoncé la fermeture de leurs filiales et succursales dans les paradis fiscaux en mars 2010.

"Les banques françaises ont pris la décision d'engager la fermeture de leurs filiales et de leurs succursales dans les paradis fiscaux qui resteront sur la liste grise de l'OCDE en mars 2010", a déclaré François Pérol, le président de BPCE (union des Banques Populaires et des Caisses d'Epargne) mais également vice-président de la Fédération bancaire française.

Les grands établissements financiers de l'Hexagone ont participé ce matin à une réunion avec Nicolas Sarkozy et d'autres membres du gouvernement. Il s'agissait d'apporter des précisions aux décisions prises la semaine dernière, lors du G20 de Pittsburgh en matière de régulation financière.

La mesure la plus spectaculaire concerne ainsi les paradis fiscaux. Le G20 a décidé de sanction à l'encontre de ces places financières à partir de mars 2010 et les Français ont traduit cette résolution par la décision de quitter ces pays purement et simplement. Déjà il y a quelques jours, Baudouin Prot, le directeur général de BNP Paribas avait donné un avant-goût de cette décision en annonçant la fermeture de deux succursales et six filiales au Panama et aux Bahamas, deux pays placés sur la liste grise de l'OCDE des paradis fiscaux.

La réunion du jour n'a pas apporté de révélations fondamentales concernant les rémunérations des opérateurs de marché. Et pour cause: les principes adoptés au G20 de Pittsburgh sont ceux proposés et déjà adoptés par la France. En revanche, l'événement a été l'occasion de confirmer que Christine Lagarde, la ministre de l'Economie, publiera un arrêté dans les jours à venir pour confirmer ces règles, en particulier sur les rémunérations variables.

A noter qu'en marge de ces annonces, Bercy a déclaré que Crédit Mutuel avait remboursé les aides accordées à l'Etat en raison de la crise financière. Le groupe, qui n'est pas coté en Bourse, avait perçu 1,2 milliard d'euros. Cette annonce fait suite à celle de BNP Paribas, qui a lancé une augmentation de capital de 4,3 milliards d'euros mardi pour rembourser les 5,1 milliards qu'il doit à l'Etat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
quelle bonne blague. Comme si les banques allaient quitter tous les paradis fiscaux...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Mais quel rapport entre la crise financière et les paradis fiscaux? C'est pas la Fed qui avait foutu la m... comme en 1929?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Sarkozy s'improvise banquier, maintenant? Dans un pays où la simple vie de citoyen s'apparente à celle qu'on a connue dans les démocratie populaire: fais pas ci! Fais ça!... on étouffe dans la bonne "république française"; et on nous prétend que tous ces déficits sont pour notre bien. Chacun fasse CE QUE DOYT sans retenue et les vaches seront bien gardées
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
D'autres prendront la place et les bénéfices.La prohibition aux US n'a eu aucun résultat sur l'acoolisme.C'est pas parceque les banques françaises se retirent que l'argent sale disparait.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
heureusement les banques peuvent rester dans les dictatures et les pays qui égorgent tant que leurs dirigeants taxent leurs sujets plus que nous et achètent des chateaux en France et y déposent leurs fortunes .
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
De quels paradis fiscaux parlons-nous ? Le président l'a dit, Eric Woerth s'est faché tout rouge contre Eva Joly : IL N'Y A PLUS DE PARADIS FISCAUX ! ..... on nous aurait menti ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ils auront beau redorer leur pillule, les banquiers n'en restent pas moins que des marginaux et des voyoux qu'il faille faire internationalement tomber sous le coup de la loi. Ils endettent tout l'occident, le Japon compris... Ce sont des esclavagistes, et des voleurs qui viendront vous piller dès que vous serez obligé d'hypothèquer vos biens, car une reconnaissance de dette, un emprunt en somme, n'est pas obligatoirement un fond propre que possède le banquier, l'argent fictif existe aussi. Les banquiers nous endettent sur du vent, de l'argent inexistant, et ces salopards touchent en plus des intérêts. C'est de l'usure. Faut les mettre en taule et créer un nouveau système où l'argent ne fera plus la loi de l'oppression.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Précision utile : les britannikes ont obtenu ke Guernesey, Jersey et Hong-Kong ne figurent pas sur la liste des paradis fiscaux. Autrement dit : les britanniques ont obtenus le monopole du paradis fiscal selon le G20. Et qui va se gaver des bonnes centaines de milliards qui vont y migré ?
Pendant ce temps, notre paon national se répand sur ses succès...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :