Forte chute des investissements à l'étranger en 2009

 |   |  367  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Les investissements directs à l'étranger ont chuté de 39%, selon une étude de la CNUCED. Une "reprise timide" est attendue en 2010. La Chine dépasse désormais la France.

Conséquence directe de la récession économique, les investissements directs à l'étranger (IDE) ont chuté de 39% en 2009. Ils se sont élevés à 1.000 milliards de dollars (697 milliards) l'an passé contre 1.700 milliards en 2008, selon les chiffres publiés ce mardi par la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced). Le repli a été particulièrement marqué pour les fusions acquisitions à l'étranger: -66% à 240 milliard de dollars.

Après avoir atteint un niveau record en 2007 (1.900 milliards de dollars), les IDE ont pâti du plongeon des profits des entreprises - quand elles n'étaient pas dans le rouge. "Les bénéfices réinvestis, qui sont normalement une composante relativement stable des investissements à l'étranger, ont été comprimés", explique ainsi James Zhan, le directeur de la division investissements et entreprises de la Cnuced.

Les IDE devraient atteindre 1.200 à 1.400 milliards de dollars en 2010 et 1.500 à 1.800 milliards de dollars en 2011. Un rebond qualifié de "timide" alors que "les indicateurs du quatrième trimestre 2009 n'ont pas montré de signe de reprise". Mais la CNUCED s'attend à ce que "les conditions d'investissement s'amélioreront dans de nombreux pays".

Les Etats-Unis restent de loin les premiers bénéficiaires des investissements à l'étranger, avec 135,9 milliards de dollars. Passée de la sixième à la deuxième place, la Chine (90 milliards, soit une baisse de seulement 2% sur un an) devance la France (65 milliards, -36%), la Russie (41 milliards, -41%) et les Pays-Bas (38 milliards). Globalement, les IDE ont reculé de 41% dans les pays développés, "poursuivant leur déclin spectaculaire". Ils ont notamment plongé de 93% au Royaume-Uni.

Nouveauté cette année, les investissements dans les pays en développement s'affichent également en baisse (-35% à 405 milliards de dollars). Ils avaient progressé lors des six dernières années. La chute est particulièrement forte pour les pays d'Amérique latine et des Caraïbes, notamment le Brésil (-50%) et l'Argentine (-41%). En Asie, si la Chine a très bien résisté, Hong-Kong (-43%), la Malaisie (-67%) et la Thaïlande (-54%) ont souffert. En Afrique, les IDE ont baissé de 37%.

CLIQUEZ ICI pour retrouvez l'ensemble de ces chiffres (FDI inflows = Flux d'IDE / Cross-border M&As = fusions et acquisitions à l'étranger)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :