Retraites : le PS défendra l'âge légal à 60 ans

Revenant sur ses propos de dimanche sur une retraite possible à 61-62 ans, Martine Aubry a réaffirmé mardi au nom du PS la "défense" de l'âge légal du départ à la retraite à 60 ans. Le secrétaire d'Etat à l'Emploi Laurent Wauquiez a jugé ce rétropédalage "indigne" et "surréaliste".
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)

Le Parti socialiste reste attaché à l'âge légal du départ à la retraite à 60 ans. Son Bureau national a approuvé mardi soir un texte allant dans ce sens, au lendemain de l'annonce par Nicolas Sarkozy de décisions avant la fin de l'année sur la réforme des retraitres.

Le dimanche précédent Martine Aubry avait pourtant évoqué l'idée d'aller "vers 61 ou 62 ans" comme âge légal de la retraite, à condition de "prendre en compte la pénibilité" et "l'emploi des seniors". Ces propos avaient immédiatement soulevé la polémique au sein de son parti. Elle avait précisé quelques jours plus tard qu'elle ne parlait pas de l'âge légal, mais de l'âge effectif de départ. Au final, le texte du PS réaffirme donc le principe du "maintien de l'âge légal du départ à la retraite à 60 ans, c'est-à-dire la possibilité de faire valoir ses droits [à 60 ans], quel que soit le montant de sa retraite".

"Position indigne", selon Laurent Wauquiez

"Ce n'est pas de la clarification, c'est du reniement", a estimé le secrétaire d'Etat à l'Emploi Laurent Wauquiez, jugeant que la patronne du PS avait cédé face "à la pression de tout l'appareil socialiste". "J'ai trouvé la position de Martine Aubry indigne, elle vient de faire un rétropédalage qui est surréaliste", a-t-il déclaré ce mercredi sur France Info.

Le parti socialiste reconnaît dans le même temps que "l'accroissement de l'espérance de vie, associée à une arrivée plus tardive sur le marché du travail, entraîne un départ réel à la retraite à 61, 62 ans". Mais "nous voulons que les salariés puissent faire valoir leurs droits à la retraite dès lors qu'ils ont cotisé le nombre de trimestres requis, ce qui signifie que pourraient partir à 58 ou 59 ans par exemple des salariés qui ont commencé à travailler tôt".

Le PS souhaite en outre "faire en sorte que les salariés qui ont occupé des emplois pénibles puissent bénéficier d'une retraite anticipée". ll se prononce également pour la sauvegarde du "système par répartition", avec un niveau de pension permettant aux retraites de vivre correctement.

Pour Martine Aubry, il est par ailleurs nécessaire de "réfléchir d'abord aux recettes" notamment en abondant le "fonds de réserve des retraites" et en "trouvant d'autres ressources" que les cotisations sur les salaires.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 04/02/2010 à 8:28
Signaler
Je dis simplement que pour les personnes qui ont travailler depuis l'age de 16ans doit pouvoir partir a 60ans et avoir une retraite bien mérité.Et de pouvoir l'aisser la place pour les jeunes qui cherche du boulot.

à écrit le 03/02/2010 à 13:29
Signaler
QUE PENSEZ VOUS DES SOCIALISTES ESPAGNOLS AVEC LEUR RETRAITE A 67ANS?

à écrit le 30/01/2010 à 15:55
Signaler
Défendra sa connerie, oui!!!

à écrit le 27/01/2010 à 9:41
Signaler
JE NE DIRAI QU'UN MOT AFFLIGEANT ET TRES REVELATEUR DE L INCURIE DU PS

à écrit le 27/01/2010 à 9:32
Signaler
Martine Aubry avait esquissé un pas vers l'intelligence, sachant qu'on sera bien obligé un jour de travailler officiellement jusqu'à 65 ou 70 ans. Le parti socialiste à préféré le rétro-progrés C'est une position purement électoraliste qui consiste...

à écrit le 27/01/2010 à 8:49
Signaler
C'est inoui, Martine Aubry qui a spolié la SS pour les 35 H n'a tjrs rien compris, elle sait très bien qu'il n'y a plus d'argent dans les caisses. Quelle solution apporte-t-elle ?? aucune, il n'y en a pas. Elle raconte n'importe quoi pour avoir l...

à écrit le 27/01/2010 à 8:10
Signaler
Les salariés qui ont commencé à travailler aux environs de 18 ans auront cotisé 42 ans à l'anniversaire de leur 60 ans, il est donc bien normal que ces derniers puissent prendre leur retraite à 60 ans. Ceux qui poursuivent leurs études en ne commença...

à écrit le 27/01/2010 à 8:04
Signaler
C'est stratégique ce revirement, ce n'est qu'une posture électoraliste. Par hypothèse, la gauche au pouvoir, sera tout autant confrontée à cette réforme abordée avec courage par le gouvernement actuel C'est incontournable

à écrit le 27/01/2010 à 7:11
Signaler
surtout defendre les privileges des fonctionnaires et des politiques .... DROITE et GAUCHE en parfait accord pour croquer le mille feuilles socialiste et politiques = egoistes

à écrit le 27/01/2010 à 7:03
Signaler
Voila des propositions concretes et pragmatiques. Si je traduis bien, c'est statut quo avec une elevation du niveau des pensions, et aucune proposition detaillee sur le mode de financement. Tout un programme ! Il est non seulement imprecis mais meme ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.