Retraites : la réforme concernera "tout le monde" selon Nicolas Sarkozy

 |   |  252  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le chef de l'Etat s'est engagé à garantir la pérennité du système des retraites, sans toucher au niveau des pensions qu'il juge trop bas. La réforme à venir s'appliquera à tout le monde, privé comme public.

La prochaine réforme des retraites s'appliquera à tout le monde, privé comme public, a assuré ce lundi soir Nicolas Sarkozy lors de son entretien télévisé sur TF1 au cours duquel il s'est aussi exprimé sur le cas Proglio. Sur les retraites, des décisions seront prises avant la fin de l'année, a-t-il indiqué. "Il faut trouver des solutions" pour équilibrer le régime des retraites et "on ne peut pas les différer".

"Deuxièmement, je n'accepterai pas qu'on revienne sur le régime par répartition. Je ne changerai pas le régime par répartition (...) par un régime où chacun épargnerait de son côté", a ajouté le chef de l'Etat.

Nicolas Sarkozy s'est également engagé à ne pas réduire le montant des pensions - une piste qu'il a dit vouloir fermer "tout de suite" - car ces pensions "sont trop basses". Il a en revanche dit travailler sur la perspective d'un allongement de la durée de cotisation et sur la question de la pénibilité du travail.

Le président a souhaité "qu'il y ait le consensus le plus large possible, parce que c'est une affaire qui engage les 20 ans, les 30 ans, les 40 ans, les 50 ans qui viennent", estimant qu'il était de son "devoir" de discuter avec la première secrétaire du PS, Martine Aubry, qui a évoqué un départ à la retraite à "61, 62 ans".

Il a par ailleurs promis que le chômage allait baisser dans les semaines et les mois qui viennent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/02/2010 à 18:34 :
Comment imposer une retraite à 61, 62 voire plus selon les débats à venir, pour des personnes qui comme moi traîne leur lot de précarité à + de 50 ans lorsque ce n?est pas le chômage total ?

Travailler ? Je veux bien mais ce n?est pas l?avis des employeurs qui me jugent trop « vieille » à 53 ans !!!

Comment dans ce cas gérer ce paradoxe ?
a écrit le 10/02/2010 à 8:05 :
Il faut mettre tout le monde dans le même bateau, 42 années de cotisations pour tout le monde. Par contre tu commence à 18 ans départ 60 ans, tu commences à 20 ans départ à 62 ans, commence à 22 ans départ à 64 ans et ainsi de suite; Pas de régimes spéciaux et tout le tralala.
a écrit le 03/02/2010 à 7:40 :
Lui aussi devra être concerné !! Il n'y a pas de raison !
a écrit le 27/01/2010 à 15:35 :
Le problème mon cher Laurent68 c'est qu'on pioche toujours au même endroit : les pauvres classes laborieuses qui paient l'impôt sur le revu à 14% et qui se serrent la ceinture depuis si longtemps... Il serait quand même raisonnable d'imposer plus les gros revenus afin de laisser quelques graines à ceux qui ont toujours travaillé sans avoir jamais eu de retour et qui n'ont jamais bénéficié de quoi que ce soit. Ceux là ont quand même le droit à avoir plus que ceux qui sont assistés en permanence et devrait pouvoir bénéficier d'une douce fin de vie sans être inquiété... Une taxe sur une petite pension ou sur des petits revenus ajouté sans cesse ici et là est un moins à vivre et éprouvant tandis qu'une taxe sur un gros salaire, il en reste toujours quelque chose...
a écrit le 26/01/2010 à 17:41 :
Quelques remarques : 1 Ceux qui sont partisans des carrières longues sont ceux qui vont y échapper, 2 Si on repousse l'age de la retraite, cette mesure n'aura pas d'effet immédiat, 3 Personne n'ose toucher aux retraites liquidées, pourquoi ne pas écrêter les pensions les plus fortes, en tenant compte de tous les revenus. 4 Les parlementaires et les divers élus au plus haut niveau ne devraient -ils pas montrer l'exemple et s'aligner sur les autres régimes de retraite ? 5 même chose pour les patrons avec leur retraites chapeau
a écrit le 26/01/2010 à 12:09 :
Ouff, la sueur m'as prise, j'attendais ce qu'il avait as dire,
a écrit le 26/01/2010 à 11:45 :
Des milliards pour nous aussi.
Le président de l?UMP a eu hier soir un retour des français sur la politique économique qu?il mène.
Après avoir donner des milliards, à ceux qui ont la chance de faire des heures supplémentaires, des milliards à ceux qui peuvent s?acheter des voitures et de faire de l?année 2009, l?année ou il s?est vendu le plus de voiture en France en pleine crise, des milliards à ceux qui ont la chance d?hériter, des milliards à ceux qui ont la chance d?aller au restaurant, des milliards à ceux qui ont la chance de payer plus de 50% d?impôts, des milliards aux entreprises pharmaceutiques avec la crise de la grippe A, que reste-t-il aux autres ? D?autant plus que ces milliards ce sont aussi ceux qui n?ont pas la chance d?en profiter qui paient.
C?est pourquoi, les français sont venus lui dire hier soir qu?eux aussi en avaient besoin.
Malheureusement, les réformes jusqu?ici n?ont augmenté le pouvoir d?achat que de ceux qui ont la chance de ne pas en avoir besoin.
Des exemples de réformes juste pourtant il aurait pu en faire, par exemple lors de la réforme de l?audiovisuel, il aurait pu supprimer la redevance audiovisuel pour tous. Car chapeau, il avait réussi à taxer les chaines privées pour financer l?arrêt de la publicité, mais la redevance audiovisuel est un impôt injuste car il touche tout le monde, riche et pauvre et son montant est fixe.
Je ne dis pas que le président de l?UMP est mauvais mais sa politique économique injuste.
Bientôt, il faudra se réveiller, et malheureusement rembourser les milliards distribués.
a écrit le 26/01/2010 à 8:52 :
Quelle est selon vous la solution pour pereniser le systeme par repartition ?
Dire que le systeme a ete tue par le gouvernement c'est facile. Le nombre de retraites augmente de plus en plus et l'esperance de vie augmente. Si on ajoute a ca une hypertrophie du fonctionnariat, on arrive a des taux d'imposition tels qu'ils sont aujourd'hui. Maintenir le depart a la retraite a 60 ans avec des rentes elevees impliquerait d'augmenter les cotisation, ce qui engendre du chomage.
Le discour demago a la mode Besancenot ou Aubry c'est qu'il faut taxer les revenus du capital encore plus. L'experience montre que ca ne marche pas car si ils sont trop taxes, les capitaux s'en vont tout simplement. Je vous invite a regarder l'industrie dans les pays scandinaves ou les avantages sociaux sont incroyables, au prix de taxes enormes, vous serez surpris car il n'y en a plus.
Je pense que nous sommes un peuple fort qui peut etre uni en cas de coup dure, il faut donc se serrer les coudes aussi bien pour lutter contre le chomage que pour sauver notre systeme de retraite comme notre systeme social. Il faut donc que chacun fasse des efforts: travailler plus longtemps, accepter (au moins a titre provisoire) de travailler un peu plus loin de chez soi, cotiser dans une complementaire retraite etc...
Si nous sommes une majorite a voter pour nos interets personnels (retraite, avantages des regimes speciaux....), notre pays ira dans le mur. C'est peut etre un discour vielliot mais soyez patriotes !
a écrit le 26/01/2010 à 8:52 :
RAS LE BOL a raison l'imposition des indemnités de départ à la retraite dès le premier euro est injuste pour les travailleurs par rapport à tant d'années de travail. C'était au départ une compensation par rapport au manque à gagner futur ... Les élus votent les lois sans réflexion et toujours EN LEUR FAVEUR et en défaveur des salariés qui sont toujours ponctionnés d'année en année... Il VA bien falloir revoir la retraite dorée des élus et des grands patrons pour un système plus équitable et qui n'est plus en rapport avec le monde d'aujourd'hui ...
a écrit le 26/01/2010 à 8:04 :
Ayant déjà réduitle montant des pensions Sarko a obligé de nombreux salariés à se payer des retraites complémentaires.Le régime par répartition il l'a déjà passablement démoli.En réduisant encore les pensions ce qu'il va faire il continue et l'achève
a écrit le 26/01/2010 à 6:20 :
Pensions "sont trop basses". Alors MERCI d'avoir fait passer l'imposition des indemnités de départ à la retraite dés le 1er ? et applicable le 1er janvier 2010 (info découverte dans la presse écrite) quelle surprise pour mon départ en mars avec 168 trimestres on se demande pourquoi on travaille tant. Un autre mandat ? je sais pour qui voter

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :