Détente sur la dette grecque après l'accord européen

 |   |  264  mots
Tant sur les CDS que sur les obligations d'Etat, la Grèce voit se détendre les tensions sur sa dette ce vendredi après l'accord européen conclu jeudi soir.

Les marchés financiers n'ont pas tardé à réagir après l'accord européen sur l'aide à la Grèce conclu à l'arraché jeudi soir. Le prix des CDS (credit default swaps, assurance contre le défaut de paiement d'une entreprise ou d'un pays) sur la Grèce est en recul ce vendredi.

De même, le "spread" (écart de taux de rendement d'un emprunt) de l'obligation grecque à dix ans s'est réduit de 12 points de base à 308 pdb par rapport à l'obligation allemande, le Bund, qui fait référence en Europe. Il reste tout de même élevé puisque l'Allemagne emprunte à 3% contre 6% pour la Grèce, à peu près au même niveau que le Vietnam.

"Certificat de solidarité"

Le président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, s'est voulu très rassurant ce vendredi à l'attention des marchés. "La Grèce est très gagnante, parce que la Grèce se voit délivrer un certificat de solidarité par les autres. Je voudrais que les marchés financiers lisent bien ce certificat : 'on ne laissera pas tomber la Grèce' ", a-t-il dit.

De plus, pour le président, la Grèce n'aura pas besoin du plan d'aide européen "parce qu'elle dispose d'un plan de consolidation crédible".

Interrogé sur la possibilité pour d'autres pays européens de courrir le même risque que la Grèce, le président de l'Eurogroupe a répondu que la situation budgétaire grecque était  "le résultat d'une mauvaise gestion du pays pendant de longues années", ce qui "n'est pas le cas du Portugal, de l'Espagne, de l'Italie".
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :