Gros succès pour la nouvelle émission obligataire de la Grèce

 |  | 481 mots
Lecture 2 min.
Le pays en crise a mandaté cinq banques pour un nouvel emprunt "benchmark" à sept ans ce cinq milliards d'euros, son premier test du marché après la mise au point la semaine dernière d'un mécanisme d'aide impliquant à la fois la zone euro et le Fonds monétaire international (FMI). La demande approchait les 7 milliards d'euros.

Après avoir obtenu un soutien des pays de la zone euro en fin de semaine dernière, la Grèce a décidé de tester immédiatement le marché en lançant ce lundi une émission obligataire à sept ans. Le montant de cet emprunt n'a été dévoilé qu'à la mi-journée : cinq milliards d'euros à 310 points de base au-dessus des mid-swaps. Des sources bancaires ont indiqué que le montant du livre d'ordre a atteint près de 7 milliards d'euros après avoir successivement franchi le palier des 4 puis des 5 milliards. 175 institutions ont fait des demandes.

On sait que le gouvernement hellène a mandaté les banques Société générale (SG), Crédit agricole, ING, Bank of America-Merrill Lynch, ainsi que Alpha Bank et Emporiki, filiale grecque du Crédit agricole. Les chefs de file ont fait état d'un spread indicatif de l'ordre de 310 points de base au-dessus de la courbe des swaps. L'actuel emprunt grec à sept ans a un coupon de 4,3% et donne un rendement de 6,01%.

Dès ce week-end, l'agence de gestion de la dette publique grecque avait annoncé au Financial Times que le gouvernement d'Athènes voulait emprunter quelque 5 milliards d'euros (6,7 milliards de dollars) sur les marchés obligataires. Il faut dire que la Grèce, notée A2 par Moody's et BBB+ par Fitch et Standard & Poor's, a 23 milliards d'euros d'échéances obligataires à rembourser d'ici la fin mai. Le pays va donc devoir lever au moins 16 milliards d'euros par des émissions obligataires dans les semaines qui viennent pour respecter ses engagements.

Pas d'appel au FMI

Cette première émission obligataire intervient quatre jours après l'approbation par les pays de la zone euro de l'UE, à l'issue d'âpres tractations, d'un plan d'aide à la Grèce financé par des prêts européens et du Fonds monétaire international (FMI), un mécanisme inédit depuis le lancement de la monnaie commune.

Le directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn, a indiqué ce lundi que la Grèce n'avait pas sollicité d'aide auprès de son institution et qu'il n'était pas évident à l'heure actuelle qu'elle ait besoin d'une aide. "Nous sommes prêts à aider la Grèce, tout comme n'importe lequel de nos membres, mais il n'est pas évident aujourd'hui que cette aide soit absolument nécessaire", a-t-il observé.

Dans le sillage de ces déclarations, le dirigeant a appelé à une plus grande coordination de la zone euro pour éviter la formation de grands déséquilibres dans le système. "L'une des leçons de la crise en Europe est qu'une monnaie unique sans coordination économique suffisante peut aboutir à des déséquilibres énormes". "A la suite de cette crise, il faut accélérer l'intégration européenne et non la ralentir (...) Le temps est venu de porter le projet européen au niveau supérieur", a estimé Dominique Strauss-Kahn.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/03/2010 à 19:54 :
Est-ce qu'on nous roule dans la farine ?? !Ce n'est pas une délégation spécifique de la BCE qui en a la responsabilité ? Quelle confiance dans ce gouvernement Grec méprisant et irresponsable, c'est lui qui mandate les banques !! il a été dit et redit que les investisseurs n'avaient plus confiance dans les assurances des chefs d'Etats Européens qui ne respectent pas les règles du traité de Maastricht, et à fortiori, ils n'ont pas confiance dans le gouvernement grec à tenir ses engagements budgétaires. La Grèce a une dette de 123,3% de son PIB - en milliards ? dites-le nous La Tribune- que valent leurs obligations notées A2 ? qui va payer l'echéance obligataire de 23 milliards d'ici fin mai ? J'ai bien peur que D. Strauss-Kahn nous lâche (lâche la Grèce ) il donne trop d' explications maintenant, " la grèce n'a pas besoin d'une aide ..." et que NOUS ayons la charge économique que craignait Angéla Merkel. Quelle engeance cette Communauté !!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :