Le président polonais meurt dans un crash en Russie avec 130 personnes

 |   |  265  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Lech Kaczynski se rendait à Katyn, près de Smolensk, pour rendre hommage aux prisonniers de guerre et aux intellectuels polonais exécutés au printemps 1940 par les services secrets russes.

Le président polonais Lech Kaczynski a trouvé la mort samedi dans un accident d'avion survenu à l'approche de l'aéroport de Smolensk, dans l'ouest de la Russie, où régnait un épais brouillard, annoncent les autorités. Aucune des 130 personnes qui étaient à bord n'a survécu, selon le gouverneur de la région, Sergueï Antoufiev, et l'agence de presse polonaise PAP.

Des images de télévision montrent le fuselage de l'appareil, un Tupolev TU-154, en flammes et des débris éparpillés dans la forêt alentour. L'accident s'est produit à deux kilomètres de l'aéroport de Smolensk. L'avion a pris feu après avoir touché le sol et des équipes de secours ont aussitôt tenté d'en extraire les passagers, a expliqué un porte-parole du ministère polonais des Affaires étrangères à Varsovie.

L'épouse du chef de l'Etat et le gouverneur de la banque centrale Slavomir Skrzypek, se trouvaient également à bord, tout comme le chef d'état-major de l'armée, Franciszek Gagor, et le vice-ministre des Affaires étrangères, Andrzej Kremer.

Le président du Parlement Bronislav Komorovski devrait assurer l'intérim à la tête de l'Etat, a annoncé son porte-parole, interrogé par Reuters. Des élections présidentielles anticipées ont été annoncées.

Lech Kaczynski se rendait à Katyn, près de Smolensk, pour rendre hommage aux prisonniers de guerre et aux intellectuels polonais exécutés au printemps 1940 par les services secrets russes (le NKVD ancêtre du KGB, devenu aujourd'hui le FSBà, quelques mois après le démantèlement de la Pologne par l'Allemagne nazie et l'Union soviétique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/04/2010 à 6:51 :
Oui, mais quelle idée de faire voyager tout ce monde important dans un même et seul avion !!! Au cours de ma carrière, j'ai réservé de nombreux billets d'avion, jamais je n'aurais fait une chose pareille .
a écrit le 10/04/2010 à 17:39 :
attention à toutes les speculations et manipulations autours de cette tragédie. Les russes ne sont pas responsables de cette accident qui reste une tragique accident. Rappelons que la dictature stalinienne a frappé non seulement les polonais mais aussi et en premier, le peuple russe d'origine qui a subit une extérmination massive et exile en Siberie, mais aussi, juifs, arméniens, tchetchens et autres. Les executions s'effectués par l'armée sovietique . Rappel; URSS était composé, avant sa dissolution, de 15 républiques fédérées et d'un certain nombre de républiques et régions autonomes et ces citoyens issus de ces Etats executés les ordres de Staline. Donc, il faur arrêter de dire que c'est les russes qui ont comis ces exécutions il y avait de tout dans l'armée. Aussi, Staline, n'est même pas russe d'origine, il est Géorgien. De plus on dit que les russes n'ont reconnu ces massacres qu'en 1990. C'est normal, car la Russie avant cette date n'existé pas en tant que Etat international, mais était un Etat fédéré comme la Californie des USA, sous le stricte régime URSS. Enfin, c'est une tragédie du jamais vue et bien évidement triste.
a écrit le 10/04/2010 à 13:32 :
Je vous remercie pour un bon résumé: Katyn est le mot clef. Néanmoins il manque une précision importante: les 21768 prisonniers polonais, dont au moins 5000 officiers, ont été exécutés par les Soviets. Pas par les Nazi. Votre phrase est trop ambiguë "pour rendre hommage aux prisonniers de guerre et aux intellectuels polonais exécutés au printemps 1940, quelques mois après le démantèlement de la Pologne par l'Allemagne nazie et l'Union soviétique."

Sans la raison émotionnelle de ce voyage - Katyn - il n'y aurait pas eu 6 généraux à bord, ni toutes ces personnes qui allait rendre un hommage et remplir un devoir de la Nation polonaise à ses victimes assassinées.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :