Le gouvernement grec adopte le projet de réforme des retraites

 |   |  325  mots
Le gouvernement grec a adopté ce lundi sa réforme des retraites, l'une des mesures phares de son plan d'austérité, prévoyant des baisses des pensions et le recul de l'âge de départ effectif à 65 ans. Par ailleurs, les taux obligataires ont reculé de manière spectaculaire après la décision de la BCE de racheter des obligations des Etats en difficulté.

Une nouvelle étape vient d'être franchie en Grèce avec l'adoption ce lundi, par le gouvernement, de la réforme des retraites, mesure phare de la cure d'austérité exigée par le FMI et les institutions européennes pour l'aider à traverser la crise financière qui frappe le pays.

Ce projet prévoit des coupes claires dans les pensions et le recul de l'âge de départ effectif à 65 ans, a indiqué le ministre de la protection sociale, Andreas Loverdos, à sa sortie du conseil des ministres. "Nous sommes devant un dilemne historique: permettre ou éviter l'effondrement du système" des retraites qui "risque l'effondrement après 2011" si rien n'est fait, a précisé le ministre.

Selon les chiffres officiels, le financement des retraites représentera l'équivalent de 13,2% du PIB en 2020 si aucune mesure n'est prise.

Le gouvernement socialiste s'est engagé à appliquer un plan d'austérité - le plus drastique qu'ait connu la Grèce - promis à l'Union européenne et au Fonds monétaire international (FMI) en échange d'une aide de 110 milliards d'euros pour lui éviter la banqueroute.

Par ailleurs, les taux des obligations d'Etat grecques ont enregistré lundi une détente spectaculaire après l'annonce d'un vaste mécanisme de secours de l'Union européenne et la décision de la Banque centrale européenne (BCE) de racheter des obligations des Etats en difficulté. A 18h00, le taux de l'obligation grecque à 10 ans chutait à 6,717%, soit un plongeon de 540 points de base par rapport aux 12,171% atteints vendredi soir. Il avait atteint vendredi en séance son plus haut niveau depuis l'entrée de la Grèce dans la zone euro en 2001, à 12,65% en séance. Le différentiel ("spread") avec le Bund allemand à 10 ans (référence sur le marché obligataire européen) s'est réduit à 377 points de base, contre 930 points de base vendredi.

La détente était encore plus impressionnante pour les taux grecs à échéance deux ans, passé de 18,405% vendredi à 5,480% ce lundi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :