La reprise de l'économie mondiale s'annonce plus laborieuse que prévu

Le ralentissement de la reprise économique mondiale devrait être plus important que prévu et la croissance des pays du G7 pourrait fléchir à près de 1,5% au deuxième semestre, annonce ce jeudi l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

"La reprise pourrait être plus lente que prévu", affirme ce jeudi l'OCDE, organisation qui réunit les pays les plus riches de la planète. Dans un rapport présenté ce jeudi et qui révise ses prévisions publiées le 26 mai, l'organisation estime que la croissance des pays du G7 (Etats-Unis, Japon, Canada, Allemagne, France, Italie, Royaume-Uni) pourrait ainsi tomber à environ 1,5% au second semestre de l'année (en rythme annualisé).

Après une croissance de 3,2% au premier trimestre (en rythme annuel), de 2,5% au deuxième, le taux de croissance de la zone pourrait ainsi poursuivre son fléchissement à 1,4% au troisième trimestre et à 1% au quatrième. En mai, l'OCDE tablait pourtant sur des taux de croissance annuels optimistes pour la zone : 2,7% en 2010 et 2,8% en 2011.

La consommation freinée par le chômage

Plusieurs "incertitudes considérables" planent sur la reprise, explique l' OCDE, citant notamment l'évolution de la consommation privée qui "pourrait être freinée par de nouveaux ajustements des dépenses des ménages" en raison du chômage élevé et des doutes sur la robustesse de l'économie.

Si cet essoufflement s'avérait durable, "un soutien monétaire supplémentaire pourrait se justifier, sous la forme d'un assouplissement quantitatif et d'un engagement à maintenir les taux d'intérêt à un niveau proche de zéro pendant une longue période", prévient le chef économiste de l'OCDE, Pier Carlo Padoan. Par ailleurs, selon l'économiste, "l'assainissement budgétaire pourrait être un peu plus lent que prévu" dans les pays "où l'état des finances publiques le permet".

Baisse de régime aux Etats-Unis, stabilisation au Japon, fort ralentissement en France

Dans le détail des pays, l'OCDE s'attend pour les Etats-Unis à une baisse de régime, avec 2% de croissance au troisième trimestre et 1,4% au quatrième, après 3,7% affiché au premier trimestre et 1,6% au deuxième.  Le Japon connaîtrait une stabilisation après le trou d'air du deuxième trimestre à 0,4%, la croissance du PIB remontant à 0,6% et 0,7% au troisième et quatrième trimestres respectivement.

En France, la croissance décélèrerait de 2,5% au deuxième trimestre à 0,7% au troisième et 0,3% au quatrième. La zone euro en général devrait ralentir fortement dans la deuxième partie de l'année après un deuxième trimestre qui a surpris par sa vigueur, notamment en Allemagne. Les trois principales économies de la zone - Allemagne, France, Italie - verraient la croissance de leur PIB réel pondéré revenir de 5,1% au deuxième trimestre à 0,4% au troisième trimestre et à 0,6% au quatrième. L'Allemagne passerait d'une croissance annualisée de 9,0% au deuxième trimestre à 0,7% au troisième avant une légère amélioration à 1,1% en fin d'année.

En revanche, dans les grandes économies émergentes, la croissance reste soutenue. La Chine, désormais deuxième économie mondiale, a annoncé pour 2009  une croissance de 9,1%, et une croissance de 11,9% au premier trimestre 2010. Le FMI table pour le Brésil sur une croissance de 7,1% en 2010.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.