L'Allemagne en état d'alerte après la découverte d'un colis suspect

 |   |  783  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Un paquet contenant un détonateur et un mécanisme d'horlogerie figurait parmi les bagages prêts à être embarqués dans un avion d'Air Berlin reliant la capitale namibienne Windhoek à Munich. Il a été découvert avant d'être embarqué à bord. Informés de projets d'attentats islamistes fin novembre sur le territoire allemand, les autorités ont relevé leur niveau d'alerte, notamment dans les gares et les aéroports.

Un paquet suspect contenant un détonateur et une horloge a été découvert en Namibie juste avant d'être embarqué à bord d'un Airbus d'Air Berlin assurant la liaison entre Windhoek et Munich, ont indiqué jeudi les autorités allemandes et namibiennes.

Cette découverte a été faite lors du passage des bagages aux rayons X avant leur embarquement dans l'appareil, a précisé Vilio Hifindaka, inspecteur général adjoint de la police namibienne, sans dire si l'objet contenait ou non un explosif.

Il n'a pas été précisé si cette découverte avait donné lieu à des arrestations et n'a fait aucun commentaire sur l'information au sujet du détonateur et de l'horloge, communiquée par la police allemande.

Cette dernière a, elle aussi, dit ignorer si l'objet contenait un explosif. Air Berlin, deuxième compagnie allemande, a confirmé quant à elle que le paquet en question avait été découvert à l'aéroport et pas dans l'avion.

Ce paquet, n'exclut-on pas de source allemande, portait peut-être une étiquette indiquant qu'il s'agissait d'un simple exercice de sécurité, mais on ignore qui aurait été à l'origine de cette initiative.

Mia Davids, responsable des relations publiques des aéroports namibiens, a cependant rejeté cette thèse, affirmant: "Ce n'était pas un exercice". "Nous ferons part dès que possible des conclusions de l'enquête", a déclaré pour sa part l'inspecteur de police namibien Jay Nangolo.

Des policiers allemands sont en route pour Windhoek afin de participer à l'enquête. "Cela prendra peut-être des jours avant qu'on puisse se prononcer", a dit un porte-parole allemand.

NIVEAU D'ALERTE RELEVÉ

"Les passagers du vol, les bagages et l'appareil lui-même ont été soumis à des contrôles supplémentaires avant de décoller et d'arriver sans encombres dans la nuit à Munich", a ajouté la police allemande dans un communiqué. L'avion et ses 296 occupants avaient six heures de retard à leur arrivée dans la capitale bavaroise, selon une représentante de la compagnie.

Les autorités allemandes ont relevé mercredi leur niveau d'alerte, notamment dans les gares et les aéroports, sur la base d'indices concrets évoquant des projets d'attentats islamistes fin novembre.

"La sécurité en Allemagne est devenue davantage préoccupante", a déclaré mercredi le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maiziere, lors d'une conférence de presse. "Nous avons des indices concrets faisant état d'une série d'attentats planifiés pour la fin du mois de novembre."

Ces informations, a-t-il dit, ont pu être obtenues après l'envoi fin octobre du Yémen de colis piégés destinés à des centres communautaires juifs aux Etats-Unis.

Au même moment, d'autres colis piégés partis de Grèce avaient été envoyés dans plusieurs pays d'Europe, notamment à la chancelière allemande Angela Merkel.

L'ALLEMAGNE CIBLE POTENTIELLE

La décision allemande fait suite à "une information fournie par un de nos partenaires internationaux après l'affaire yéménite", a précisé Thomas de Maiziere.

Les enquêtes de la police, menées "conjointement avec des membres de la sphère islamique, confirment indépendamment les efforts continus de groupes islamiques en vue de commettre des attentats en Allemagne", a encore dit le ministre.

"Il y a des raisons d'être inquiets mais il ne faut pas tomber dans l'hystérie. Nous ne nous laisserons pas intimider par le terrorisme international, que ce soit dans notre manière de vivre ou dans notre culture de liberté", a-t-il ajouté.

L'Allemagne reste une cible potentielle pour les terroristes, avec ses 4.600 hommes qui servent dans les forces de l'Otan en Afghanistan. Il s'agit du troisième contingent en termes d'effectifs après ceux des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne.

En 2002, 14 touristes allemands figuraient parmi les vingt personnes tuées dans un attentat suicide contre une synagogue de Djerba, en Tunisie. En 1986, deux soldats américains avaient été tués et plusieurs autres blessés dans un attentat à la bombe contre une boîte de nuit de Berlin-Ouest. La Libye avait été mise en cause.

En mars dernier, à Düsseldorf, quatre activistes islamistes, trois Allemands et un Turc, ont été jugés coupables de complot en vue de commettre en 2007 des attentats contre des objectifs américains en Allemagne. Ils ont été condamnés à des peines allant de cinq à douze ans de prison.

Les membres de ce "groupe du Sauerland", ainsi désigné d'après la région de Rhénanie-du-Nord-Westphalie où ils ont été arrêtés, voulaient attaquer des objectifs américains avec trois voitures piégées contenant 350 kg d'explosifs chacune. Ils avaient désigné des aéroports, des discothèques et la base aérienne américaine de Ramstein comme des objectifs possibles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :