Japon : le retour à la croissance se fait attendre

 |   |  345  mots
Copyright Reuters
En octobre, la production industrielle et la consommation des ménages ont reculé, le chômage a progressé.

Le Japon semble parti, comme le pensent les analystes, pour un trimestre de contraction au vu d'une série d'indicateurs macroéconomiques pour octobre publiée ce mardi, qui marque une baisse de la production industrielle et de la consommation des ménages, et une hausse du chômage. En outre, l'indice PMI du secteur manufacturier de novembre, tout en progressant légèrement à 47,3, est resté sous la barre de 50 qui sépare croissance et contraction pour le troisième mois de suite.

La composante des nouvelles commandes à l'exportation de cet indice est tombé à 46,9 contre 48,4 le mois précédent, ce qui indique que ces commandes ont subi leur rythme de baisse le plus marqué depuis dix-neuf mois.

Tous ces chiffres laissent entendre que le retour attendu à la croissance au début de l'année prochaine - sous l'impulsion d'exportations vers une Asie en pleine expansion - sera lent et précaire. Dans ce contexte, la Banque du Japon n'aura guère d'autre choix que de continuer à appliquer une politique monétaire extrêmement accomodante.

La production industrielle, avec une baisse de 1,8% en octobre, a reculé bien moins que prévu, puisque les économistes interrogés par Reuters attendaient une chute de 3,2%, mais il s'agit néanmoins de son cinquième mois consécutif de repli. "La production industrielle a moins baissé que prévu mais elle accuse quand même un recul important depuis son pic en mai. Les ventes d'automobiles et les exportations sont en déclin et le yen s'est renforcé (...)", a déclaré Takeshi Minami, économiste chez Norinchukin Research Institute.

D'autres données officielles ont montré que le taux de chômage s'était établi à 5,1% en octobre, contre 5% le mois précédent. Les chiffres du ministère des Affaires intérieures montrent cependant qu'il y a une amélioration en matière d'offres d'emplois.

La consommation des ménages, qui a notamment pâti de l'expiration de mesures favorisant l'achat de voitures "propres", a reculé de 0,4% en octobre sur un an alors qu'elle était restée inchangée en septembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :