Obésité : les adultes européens également menacés

 |   |  339  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
En vingt ans, la proportion d'obèses dans la plupart des sociétés européennes a plus que doublé, selon une enquête de l'OCDE et de la Commission européenne.

La moitié des adultes vivant dans l'Union européenne souffrent de surcharge pondérale ou d'obésité, qui affectent un enfant sur sept, souligne une étude diffusée mardi par l'OCDE et la Commission européenne.

En vingt ans, la proportion d'obèses dans la plupart des sociétés européennes a plus que doublé, dit cette enquête, passant à 15%. Pays par pays, la situation varie de moins de 10% en Roumanie et en Italie à plus de 20% au Royaume-Uni, en Irlande et à Malte.

En France, l'obésité touche 11% de la population adulte.

"Cela a des implications considérables pour le coût de la santé", soulignent les auteurs de ce Panorama de la santé en Europe. Les enfants obèses ou en surpoids sont plus exposés que les autres avec un risque accru au fil de leur vie de développer des maladies cardiaques, du diabète, certaines formes de cancer, d'arthrose ou encore d'asthme.

L'enquête de l'Organisation pour la coopération et le développement économiques se penche également sur les dépenses de santé, qui sur les dix dernières années ont progressé dans la totalité des Etats membres de l'UE à un rythme supérieur à la croissance de l'économie.

En 2008, les dépenses moyennes consacrées à la santé représentaient 8,3% du PIB, contre 7,3% en 1998. En France, comme en Suisse, en Allemagne et en Autriche, elles sont supérieures à 10%.

Dans le même temps, cependant, l'amélioration des conditions de vie et les progrès de la médecine ont permis un allongement de la durée de vie à la naissance, passée, toujours en données moyennes, de 72 ans en 1980 à 78 ans en 2007.

Les maladies cardiaques sont la principale cause de décès dans l'UE (40% en 2008), suivies du cancer (26%).

L'étude de l'OCDE et de la Commission retient comme seuil de l'obésité la définition de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), soit un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 30; le surpoids est défini par un IMC compris entre 25 et 30.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/02/2011 à 9:25 :
souvent bonne bouffe = bouffe chère donc tout le monde comprend ! on a favorisé les Mac Do , avec leurs burgers et on s'étonne ! l'obésité coutera cher à la sécu
c'est encore un "choix de politique" à l'électeur de réfléchir quand il vote !
je recommande les pâtes à mes grands enfants dont le budget est étroit : les pâtes préparées à la maison ne sont pas mauvaises pour la santé et je leur donne "mes recettes"....
a écrit le 09/12/2010 à 15:36 :
Voilà où nous méne le modèle américain!!
Battons nous pour garder notre foie gras et nos produits du terroir.
Heureusement l'EUrope veille sur le bien être du peuple et nous imposera aux nom de la libre concurrence tous les produits industriels qui nous feront rattraper voir dépasser les américains!
a écrit le 08/12/2010 à 8:51 :
Pendant que certains meurent d'avoir trop mangé,d'autres meurent de faim,cherchez l'erreur!!!
Réponse de le 08/12/2010 à 21:26 :
merci a vous freddy vous avez raison au lieu de juger il faut bien chercher l' erreur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :