Moody's pourrait encore abaisser la note espagnole

 |   |  424  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'agence de notation a annoncé ce mercredi avoir mis la note Aa1 de l'Espagne sous revue pour un abaissement possible en raison "de ses besoins élevés de refinancement en 2011". Dans la foulée, l'euro a reculé contre le dollar.

Après avoir abaissé la note maximale "Aaa" en septembre de l'Espagne, cette fois Moody's envisage d'abaisser la note "Aa1" du pays. L'agence de notation explique ce mercredi ce possible déclassement en raison des besoins élevés de financement, des doutes sur le secteur bancaire et des inquiétudes sur les finances publiques régionales du pays.

Du coup, l'euro a reculé face au billet vert (cours en temps réel). Il se traitait vers 07h20 GMT en baisse de 0,55% à 1,3305 dollar contre 1,3340 dollar avant l'annonce de Moody's, naviguant autour d'un niveau de résistance de 1,3280 à 1,3325.

"Moody's ne croit pas que la solvabilité de l'Espagne est  menacée", explique l'analyste en chef de Moody's pour l'Espagne, Kathrin Muehlbronner. Cette dernière a déclaré que le pays ne devrait pas avoir recours au Fonds européen de stabilité financière (FESF). Elle a également expliqué que "les besoins importants de financement de l'Etat espagnol, des régions et des banques, rendent le pays susceptible de connaître de nouvelles difficultés pour se financer sur les marchés".

Elle souligne encore que Moody's continue de considérer l'Espagne comme un emprunteur plus solide que les autres Etats périphériques de la zone euro, menacés par la propagation de la crise de la dette. Elle estime que sa note se maintiendra quoi qu'il en soit dans la tranche Aa.

Mais la "vulnérabilité (du pays) a été récemment accentuée par la fragilité de la confiance des marchés", selon cette analyste. Du coup, l'agence appréhende  "une hausse du ratio de dette publique si le coût de la recapitalisation des banques s'avère être plus élevé que prévu".

Le gouvernement espagnol n'a de cesse d'assurer qu'il n'aura pas besoin de faire appel à l'Union européenne et au Fonds monétaire international comme la Grèce (en mai) et l'Irlande, et estime que sa situation économique n'est en rien comparable avec celle de l'Eire.

Plusieurs analystes ont en outre prévenu ces dernières semaines qu'un sauvetage de l'Espagne, quatrième économie de la zone euro, assècherait le Fonds européen de stabilité financière, composante d'un filet de sécurité global de 750 milliards d'euros.

De son côté, mardi, l'agence Standard & Poor's a mis en garde contre un possible abaissement de la note de la Belgique. Ce déclassement pourrait être effectif dans les six mois de la note souveraine belge si l'impasse politique y persiste et si l'état de la dette n'est pas amélioré.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2010 à 11:28 :
La Tribune est le meilleur journal . Amis journalistes je compte sur vous pour surveiller sérieusement les agences de notation et lever le voile sur ce qu'elles nous cachent.
Un grand MERCI A LA TRIBUNE qui aura le courage de nous sauver et d'etre le premier journal au monde qui va essayer de trouver la vérité et la révéler enfin.
a écrit le 17/12/2010 à 11:05 :
Qu'attendez vous pour dénoncer ces agences de notation complices des spéculateurs,
cols blancs et autres requins de la finance???
a écrit le 17/12/2010 à 11:03 :
Que les ageces de notation se melent de leurs affaires et combines.
Qui sont les complices des spéculateurs cols blancs de la finances et autres requins??? Alors Téchnocrates ouvrez les yeux Qu'attendez vous pour les dénoncer à votre tour???ENFIN Je n'affirme rien je lis seulement beaucoup de journaux.
a écrit le 15/12/2010 à 14:52 :
Pour faire de l'argent tout est est bon , les agences de notation ne sont pas des arbitres indépendant mais des acteurs intéressés.Cherchez l'erreur ?
a écrit le 15/12/2010 à 10:36 :
D'un autre cote, les politiques, qui eux non plus, n'avaient pas vu le crise des subprimes, ont fait le maximum pour nous convaincre que tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.Si il est prouve qu'ils avaient tort, que faudrait il faire contre eux?
Réponse de le 15/12/2010 à 15:18 :
Le problème n'est pas de "voir arriver". Le problème c'est de mettre la notation maximale à des produits pourris. Quand une entreprise commerciale (les agences "vendent" de la notation) vend de mauvais produits, et que cela se sait...Elle coule ! Ce qui n'a pas été le cas des agences de notation, on a même l'impression qu'elles ont gagnées de l'influence ! Incroyable non ?
De plus, sur les politiques, on est en France, vous savez, ce pays merveilleux aux frontières duquel les nuages radioactifs s'arrêtent...Cela fait longtemps qu'ils avaient moins de crédibilité que ces fameuses agences !!! Aujourd'hui, au moins, tout le monde est dans le même sac.
a écrit le 15/12/2010 à 10:30 :
Ces" agences de notation" ont la tete dure.Pas la moindre inquietude a avoir puisque Lagarde, Zapatero, Trichet , DSK ( et de nombreux autres eminents economistes))nous ont maintes fois affirmer qu'is avaient entiere confiance en la capacite qu'avait l'Espagne a resoudre ses problemes.Au fait, esc-ce- que Mekel s'est exprimee sur le sujet?
Réponse de le 17/12/2010 à 11:19 :
Ces agences de notation sont les vrais responsables des crises financières.
Elles les créent les crises ne serait elles les vrais complices d'un système financier
mondial complètement, pourri ne seraient ces agences qu'il faudrait noter et surveiller???
a écrit le 15/12/2010 à 10:14 :
Les agences de notation qui n'ont objectivement PAS FAIT leur boulot en notant impartialement subprimes et compagnie, nous mettent maintenant la pression sur les états depuis plusieurs semaines, avec à la clé un renchérissement de l'endettement des dits Etats et donc une pression supplémentaire sur le peuple...Non mais on marche sur la tête là...Chercherais-t-on à aiguiser les sentiments révolutionnaires et poujadistes de la vieille Europe ? Ne serait il pas temps de nationaliser les systèmes de notation (par ailleurs fort utiles quand ils sont...bons) ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :