La France fera (un peu) moins appel au marché en 2011 pour financer sa dette

 |   |  336  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Après 188 milliards d'euros de dettes à moyen et long termes en 2010 (nettes des rachats de dette), l'AFT placera 184 milliards en 2011, soit 2 milliards de moins qu'initialement annoncé le 29 septembre dernier.

Du fait de la réduction de son déficit budgétaire et des rachats de dette effectués cette année, l'Agence France Trésor (AFT), qui gère la dette de l'Etat, a annoncé mardi qu'elle émettra moins l'an prochain. Après 188 milliards d'euros de dettes à moyen et long termes en 2010 (nettes des rachats de dette), l'AFT placera 184 milliards d'euros en 2011, soit 2 milliards de moins qu'initialement annoncé le 29 septembre dernier. Ce programme est inférieur à celui de l'Allemagne, qui a annoncé la semaine dernière un montant d'émissions d'environ 195 milliards d'euros.

"En 2011, l'Etat doit financer un déficit budgétaire prévisionnel de 91,6 milliards d'euros, assurer le remboursement de 94,8 milliards d'euros de dette à moyen et long terme venant à échéance ainsi que de 0,6 milliard d'euros de dettes reprises par l'Etat. Son besoin de financement est donc de 187 milliards d'euros", précise l'AFT. "Ce besoin sera couvert à hauteur de 184 milliards d'euros par les émissions à moyen et long terme (OAT et BTAN) nettes de rachats, auxquelles s'ajoutent des annulations de titre par la Caisse de la dette publique à hauteur de 2,9 milliards d'euros", ajoute l'institution.

Rachats de dette records en 2010

En 2010, l' AFT a notamment procédé à des rachats de titres arrivant à échéance en 2011 et 2012 pour un montant total de 22,7 milliards d'euros, un record pour ce type d'opérations. Grâce à ces rachats, le total des remboursements de dette de moyen et long terme arrivant à échéance en 2011 a été réduit de 18,2 milliards d'euros, dont 2 milliards depuis l'adoption fin septembre du Projet de loi de finances (PLF) pour 2011. Outre ces rachats, une meilleure centralisation des surplus de trésorerie des administrations publiques et la réduction du déficit budgétaire 2010 de 152 milliards d'euros à 149,7 milliards) a également joué sur la baisse du besoin de financement de l'Etat.

Pour ce qui est de la dette à court terme, l'encours sera réduit de 1,1 milliard d'euros en 2011, 187 milliards. L'encours aura été réduit de 214 milliards d'euros à 188 milliards en 2010, alors que l'objectif initial était simplement de le stabiliser.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/12/2010 à 10:45 :
A propos de la dette: http://plumaplumbum.over-blog.com/article-dette-a-claque-41025848.html
a écrit le 22/12/2010 à 23:07 :
Eh oui, continuons à emprunter pour financer des dépenses de consommation et non des investissements et nous irons droit dans le mur
a écrit le 22/12/2010 à 9:17 :
2 Mds sur 184 Mds cela fait, si je compte bien ,"1,09 %"....cela justifie surement une déclaration de M. BAROIN pour montrer sa détermination à emprunter moins. 184 Mds moins 94 Mds de remboursement cela fait quand même 90 Mds de plus...La dette totale de la France devrait flirter avec les 1.800 Mds.....jusqu'ou.......
Réponse de le 22/12/2010 à 11:58 :
Le gouvernement n'a aucune détermination ! Et pour les français, c'est la meme chose ! Personne ne veux faire, ou n'est prèt à accepter les sacrifices utiles ! Un sondage prétend que la priorité des français est le poouvoir d'achat, la réduction des déficite passe en 5 voir 7ième position ! Alors tout est dit !
Jusqu'ou est votre question ! Et bien permettez moi de donne mon avis en disant la borne superieures est 1.900 à 2.000 Mds ! soit 100 à 105% du PIB ! car si on ajoute les engagements de l'etat soit 1.000 Mds pour les retraitres et encore 500 Mds pour les collectivités locales on en sera à 250 voir 300% du PIB!!!!!
Quand est la question suivante ! 1.800 mds fin 2011 et 1.900 fin 2013 ! Etrange c'est en 2013 qu'officiellement les dettes des etats europeens les plus faibles (Grece, irlande) seront restructurables ! Oui, Etrange !
a écrit le 22/12/2010 à 7:38 :
La France va encore emprunter et c'est là que le bât blesse ! Sarkozy me fait penser à l'ancien maire de la ville où j'habite qui n'a pas arrêté d'emprunter mettant ainsi la ville sous quasi-tutelle du préfet. Nous l'avons chassé et c'est une vraie bénédiction. Le nouveau maire, dès son arrivée a annulé le dernier emprunt que l'ancienne municipalité voulait encore contracter et depuis, grâce à une réduction drastique des dépenses, plus d'emprunt, plus d'augmentation des impôts. Sarkozy va bientôt mettre la France sous tutelle duFMI. Il faut le chasser en 2012 et le remplacer par Marine Le Pen !
Réponse de le 22/12/2010 à 9:49 :
Et que propose madame Le pen?
Réponse de le 22/12/2010 à 10:43 :
Marine Le Pen a un programme de raison qui prend en compte la conjoncture et les enjeux. Elle veut une révision des très hautes et hautes rémunérations du secteur publique y compris des membres du gouvernement et des assemblées, un contrôle réel avec une maîtrise des dépenses des organismes sociaux dont elle veut aussi augmenter la productivité par des simplifications de processus, et surtout supprimer les ruineuses interventions militaires en Afrique et en Afghanistan et partout ailleurs dans le monde où nous voulons dominer d'autres Etats !
Réponse de le 22/12/2010 à 12:03 :
Votre remarque est a mons sens bien etrange M Le Pen s'occupe de la grandeur de la france ! Et donc la france pour sa grandeur doit maintenir des armées en afriques etc.... !! Donc non pas de réduction du budget avec M Le Pen !!!!! Quand à la réforme des administration et de l'état. C'est impossible ! Comment gouverne sans administration, ou avec des administrations qui parce que vous voulez les réformer, favorise les lenteurs buraucratiques !
Non, M Le Pen n'est pas la "sauveur" !!! Comme beaucoup d'autre avant elle, la réalité du terrain, la rétissance aux changements innérantes à toutes personnes l'obligeront à mettre en veille ses prétentions !
Réponse de le 22/12/2010 à 13:36 :
La grandeur de la France pour le FN, ce n'est pas le fait de guerroyer et de montrer bêtement les muscles mais d'avoir une bonne santé financière, une bonne éducation, des technologies de pointe, des entreprise performantes et des citoyens satisfaits. Certes, s'endetter comme le fait Nicolas Sarkozy et dépendre d'une puissance étrangère à qui il faudra lècher les bottes est ressenti par le FN comme une honte !
Réponse de le 22/12/2010 à 13:38 :
M Le Pen prêche pour une paroisse totalement obsolète. Comment croire que la France pourra, a elle seule, être compétitive ? Comment croire que notre protectionnisme n'engendrerait pas le protectionnisme des autres pays ? Croyez vous vraiment que nous sommes capable de vivre en autarcie et en paix ? Tout cela est non seulement inhumain mais également utopique!
Réponse de le 22/12/2010 à 15:36 :
Qui parle d'autarcie ? Notre premier marché est l'Europe et là rien ne sera changé, tous les accords interentreprises resteront ! Par contre, il ne sera pas question d'importer de la camelote dangereuse, toxique et néfaste d'Asie, car ces échanges là sont malhonnêtes et ne permettent que d'enrichir outre l'Asie, toute la finance internationale au détriment physique, sanitaire et financier des européens. Ce sont des échanges quasi-criminels quasi-mafieux
Réponse de le 22/12/2010 à 16:38 :
Sans rentrer dans un débat politique,
La Chine est une puissance qui sera une des premières puissances économiques dans les années à venir, parce qu'elle détient avec la Russie les plus grosses réserves de matières premières et que sa population est amenée à s'équiper en produits manufacturés. Le potentiel de marché est énorme. Elle est déjà au coude à coude voire à dépasser le Japon.
Refuser cet état de fait revient à la perte de l'Europe. C'est un partenariat qu'il faut construire, la Chine se réveille et nous dépassera si nous adoptons la position que vous proposez Eiffel.
Quant aux problèmes de qualité, on ne peut pas effectivement nier qu'il en existe, mais il faut les relativiser. Quelle part cela représente t il sur l'ensemble des importations ? C'est avec les Chinois qu'il faut construire à la réduction de ces problèmes. Notre survie dépendra de notre capacité à innover et non à rester dans notre pré-carré.

Réponse de le 23/12/2010 à 8:32 :
Justement, je ne partage pas votre jugement sur la Chine qui est à mon avis un colosse avec des pieds d'argile qui finira par s'effondrer avec fracas. Ce colosse est victime de tous les dérèglements et notamment le citoyen compte pour du beurre et est victime d'un système injuste qui se moque du BIP (Bonheur intérieur brut) pour ne voir que le PIB.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :