La dette des Etats-Unis a augmenté de 17,5% en 2010

 |  | 118 mots
Lecture 1 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le Trésor américain a annoncé mardi soir l'augmentation de la dette nette publique du pays de plus de 2.000 milliards de dollars en 2010.

La dette nette publique de l'Etat américain a augmenté de plus de 2.000 milliards de dollars sur l'année fiscale 2010, selon un rapport publié mardi soir par le Trésor.

Au total, selon le Financial Report of the United States, la dette publique fédérale a atteint 13.473 milliards de dollars (10.300 milliards d'euros). Elle était de 11.456 milliards dollars il y a un an.

Le déficit, qui tient compte des intérêts sur la dette et du coût des dépenses sociales, ressort à 2.080 milliards de dollars pour l'exercice clos le 30 septembre, contre 1.253 milliards l'année précédente.

Le déficit budgétaire proprement dit s'est réduit à 1.294 milliards de dollars sur l'exercice 2010, contre 1.417 milliards en 2009.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/01/2011 à 8:30 :
Un tel déficit de 2000 milliards de dollars par an n'est pas viable et montre l'incompétence des dirigeants US en matière de gestion. Le modèle capitaliste US qui est aussi celui de l'Europe bat de l'aile !
a écrit le 22/12/2010 à 23:33 :
comme l'avait préconnisé le Général De Gaulle en son temps,il fallait revenir à l'étalon or, mais personne n'en à voulu.. surtout pas les Américains.qui faisaient tourner la planche à billets..et maintenant il ne nous reste plus qu'à payer pour eux!!!ne riez pas c'est ce qui va vous arriver incessamment sous peu!!!!
a écrit le 22/12/2010 à 22:23 :
Bof, au point où ils en sont, imprimer quelques confettis de plus ne fera qu'ajouter à l'humeur festive de tous ceux qui nous disent que tout va très bien madame la marquise :-)
a écrit le 22/12/2010 à 21:54 :
Deuxième essai, après censure (texte disparu).
Dans le commentaire précédent j'ai oublié de vous dire que la machine à fabriquer les dollars fonctionne parfaitement car là-bas il n'y a pas 27 guignols qui doivent donner leur avis. Cela fait 70 ans que les USA nous prennent pour des "glans" avec succès. Pourquoi changer ! Je pense que le refrain signalé dans ce commentaire devrait être notre hymne national. Vue la situation de la France actuelle, il serait parfait...Amicalement...Jean-Claude Meslin
a écrit le 22/12/2010 à 16:40 :
Bravo pour toutes ces gentillesses à l'égard de l'Amérique.
Pour couronner le tout; disons mettre la cerise sur le gateau, nous avons en France comme ministre des finances une experte de la gestion à l'
américaine et une marionnette des USA à l'Elysée.
<Tout va très bien Madame La Marquise !> Jean-Claude Meslin
a écrit le 22/12/2010 à 14:23 :
Alan John... Ce n'est aucunement du crime économique. Bien au contraire. C'est de la nécessité du "business as usual". Cela induit un autre mode de pensée (er), mais tout système atteint toujours ses limites, lisez Marx. Dont le système a AUSSI atteint ses limites, entre nous... ;-)
a écrit le 22/12/2010 à 10:49 :
Pays en perdition, battant bientôt pavillon chinois !
a écrit le 22/12/2010 à 9:54 :
Bien, non, plus que cela,brillant, le modèle américain qu'on nous décrier comme étant la voix a suivre "corruption, injustice, délinquance, drogue, violence, armes a feu, pauvreté, obésité, manipulation, mensonge, inégalités, mépris, impérialisme, guerre d'intérêts, pillage organisé, corporatisme, décadence"
Un état gouverné par des banquiers, une monnaie privée, une pratique généralisé de l'usure.... et la cerise sur le gâteau..... un modèle présenté comme un exemple a suivre à tous les habitants de notre terre !
a écrit le 22/12/2010 à 9:11 :
Et il continue avec leur Quantitative Easing. Benanke et Obama devrait etre traduit devant le tribunal de La Haye pour crimes economiques
Réponse de le 22/12/2010 à 22:24 :
@ alan john: "quantitative easing" se dit "planche à billets" en français :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :