Moody's met en garde les Etats-Unis

 |   |  340  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Au lendemain de l'annonce du maintien de tous les avantages fiscaux, l'agence de notation avertit que le triple A américain pourrait être remis en question.

Le triple A américain n'est pas encore menacé... mais il pourrait bien l'être dans deux ans. C'est l'avertissement lancé ce mardi par Moody's à l'administration américain, au lendemain de l'annonce de mesures fiscales très coûteuses. "Nous avons des inquiétudes sur le long terme au sujet du profil de crédit des Etats-Unis et rien n'a encore été fait pour les apaiser. Nous attendons de voir si les problèmes vont être traités sur les deux prochaines années", a expliqué l'agence de notation.

"Dans deux ans, le calendrier va se compliquer d'un point de vue politique avec les élections présidentielles de 2012", poursuit-elle, redoutant que la campagne ne débouche sur une surenchère électorale entre les deux partis. Les démocrates devraient par exemple plaider pour le maintien des prestations sociales, notamment en matière de retraite et de santé. Les républicains feront campagne sur la baisse des impôts, et plus particulièrement pour que les avantages fiscaux temporaires deviennent permanents.

L'ensemble des avantages fiscaux accordés sous la présidence Bush auraient d'ailleurs dû s'interrompre à la fin de l'année. Mais Barack Obama a accepté de les étendre. Initialement, le président américain ne souhaitait converser que les déductions visant les classes moyennes, mais il a dû approuver le maintien de celles concernant les américains les plus aisés afin de trouver un compromis avec les républicains, indispensable à l'adoption rapide d'un ensemble de mesures.

Le coût de ces mesures s'élèvera au minimum à 450 milliards de dollars l'an prochain, dans un contexte pourtant de lutte contre le dérapage incontrôlé du déficit budgétaire. "Sur le court terme, la priorité va être de soutenir l'économie, la question de la dette ne viendra que plus tard", explique Michelle Meyer, économiste chez Bank of America Merrill Lynch. La dette américaine s'élève à près de 14.000 milliards de dollars et pourrait encore se creuser de 8.000 milliards au cours des dix prochaines années.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/12/2010 à 13:33 :
"Nous attendons de voir si les problèmes vont être traités sur les deux prochaines années", a expliqué Moody's. Qui peut croire que les marchés auront cette patience? Si une agence favorable aux usa (car elle-même américaine) en arrive à proférer ce type de menace on peut vraiment être inquiet. Le compte à rebours du krach est bien déclenché, la seule question est dans combien de mois?
a écrit le 08/12/2010 à 11:54 :
C'est une bonne leçon donnée à ceux des politiques qui ne font preuve d'aucune nuance, qu'ils soient de droite ou de gauche. Bonne leçon pour les EU qui n'en font qu'à leur tête et vivent à crédit sur le dos du reste du monde. (indirectement à nous qui vivons à crédit sur le dos de nos descendants). Maintenant quelles en seraient les conséquences ? Une certaine récession sans doute. Il faudrait une fois de plus compter sur les pays émergents pour tirer notre épingle du jeu. Il y aurait sans doute un coup à jouer pour l'euro, mais pour celà il faudrait que la construction de l'Europe s'accélère. On peut rêver.
a écrit le 08/12/2010 à 10:14 :
Incroyable! Les Etats-Unis menace de perdre le triple A rating ? Est-ce bien serieux? Et le dollar, que deviendra-t-il ? La monnaie chinoise dont je ne connais meme pas le nom(rembini?) est elle prete pour rependre le flambeau? Parceque si l'on compte sur l'Euro..........
a écrit le 08/12/2010 à 8:48 :
ça y est ! depuis le temps que cela était prévisible ! Tout ce qui est logique finit par arriver un jour ! La suite, maintenant et elle ne sera pas triste !
Réponse de le 08/12/2010 à 15:23 :
@ Eiffel: D'autres empires se sont écroulés et on s'en est remis. L'empire américain n'en est qu'un parmi d'autres.
a écrit le 08/12/2010 à 8:21 :
ce sont les guerres qui maintiennent l'économie américaine, a quand la prochaine, l'Iraq fut un ratage pour les investisseurs de Bush
a écrit le 08/12/2010 à 6:32 :
Ces agences de notations ce sont bien les "partenaires" aveugles dans les affaires Enron et consort sans parler de l'affaire Madoff et des quelques banques (pratiquement toutes) impliquées dans les produits financiers dits toxiques?
a écrit le 08/12/2010 à 5:11 :
MOODY'S a raison...la DETTE AMERICAINE vaut maintenant PEANUTS...elle est détenue en plus par la CHINE et les EMIRATS, à l'inverse du JAPON ou ce sont les Particuliers qui la détiennent....Le particulier AMERICAIN lui est surendetté....La PLANCHE à BILLET peut faire encore ILLUSION mais plus LONGTEMPS....et la
LA chutte sera VERTIGINEUSE...
Réponse de le 08/12/2010 à 12:41 :
l'europe est la première zone économique du monde, baisser l'euro enverrait l'inflation importée, et n'augmenterait pas nos exportations vendus déjà en dollars (sauf le tourisme).
que le yen remplace le dollar, c'est du rêve, les chinois dépendent du monde et particulièrement des usa qui leur achètent leur produit d'exportation,demain cela peut être le brésil, l'inde... déjà Merkel le fait
a écrit le 07/12/2010 à 22:32 :
Ils ont tout à fait raison, mais je suis surpris qu'ils n'aient pas réagi pus tôt, comme l'agence de notation chinoise qui a déjà baissé la note des USA depuis longtemps. Il serait grand temps que les USA apprennent à avoir un minimum de rigueur budgétaire. Avec ses mesures fiscales, Obama se montre incapable de prendre la bonne voie. Signe de plus du déclin des USA : "no they can not". Blocage total du pays par les lobbys = pays foutu.
a écrit le 07/12/2010 à 22:04 :
Encore une fois, les tâcherons de Moody's ne savent pas de quoi ils parlent. Le Trésor US emprunte dans sa propre monnaie, qu'il peut imprimer à foison. Rien à voir avec l'Irlande ou la Californie...
Réponse de le 08/12/2010 à 8:08 :
Le problème est le même. Les USA jusqu'ici n'ont été sauvé que parce qu'ils savaient créé de l'emploi et de la croissance et parce qu'ils avaient la seule monnaie forte. S'ils n'y arrivent plus, ils finiront comme les autres.
Réponse de le 08/12/2010 à 13:30 :
Oui mais ils sont encore 1ère puissance mondiale avec tout ce que ça veut dire y compris au plan de la monnaie, et du business, même le pire!
Réponse de le 08/12/2010 à 15:37 :
Si, dans le cas présent ils savent de quoi ils parlent: faire marcher la planche à billets, ce qui diminue automatiquement la valeur de chaque dollar remboursé, est un autre moyen de faire défaut sur sa dette. D'où la menace de dégradation de la note.
a écrit le 07/12/2010 à 21:47 :
C'est du Bla bla
Réponse de le 08/12/2010 à 12:36 :
je suis d'accord. c'est politique
a écrit le 07/12/2010 à 21:31 :
qui peut encore croire que les USA pourront un jour,rembourser leurs dettes.
les finances américaines ne sont qu'une énorme pyramide de ponzi.
le moment de vérité est reculé artificielement,mais il va arrivé un jour ou l'autre et la,la catastrophe sera térrible.
Réponse de le 07/12/2010 à 22:20 :
Tout à fait d'accord ! C'est la raison pour laquelle, je prêche pour une Europe indépendante et soucieuse de ses propres intérêts plutôt que de ceux des US comme le fait Sarko.
Réponse de le 08/12/2010 à 8:10 :
Terrible en effet. Mais malheureusement pas seulement pour les USA mais pour le monde entier. On va droit vers une crise de la dette. Nous devons absolument reduire notre dette en Europe, c'est la seule possibilite pour nous de profiter de la grave crise qui se profile aux USA. L'allemagne a deja pris le bon chemin esperons qu'elle va entrainer le reste de l'UE.
Réponse de le 08/12/2010 à 15:41 :
@Laurent68:
Avouez que ce serait amusant: 1945, les américains sauvent l'Europe du danger allemand ; 2011, les allemands sauvent l'Europe du danger américain!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :