L'inflation est encore un risque selon Jean-Claude Trichet

Le président de la Banque centrale européenne a mis une nouvelle fois en garde les pays européens contre l'inflation, précisant qu'il pourrait relever son taux directeur.

1 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Jean-Claude Trichet met en garde les pays de la zone euro contre l'inflation. En raison "des menaces inflationnistes provenant des matières premières", les pays membres ne doivent pas arrêter les processus de réformes qui ont commencé depuis la crise financière, selon les déclarations de Jean-Claude Trichet, le patron de la Banque centrale européenne rapportées par le Wall Street Journal.

Le patron de la BCE a déclaré au journal "dans notre cas, nous considérons que l'inflation des matières premières n'est pas un bon indicateur de l'inflation globale future".

Selon lui les dernières mesures d'aide au système bancaire n'excluent pas un éventuel relèvement du taux d'intérêt directeur: "Nous n'associons pas les deux mesures. Nous pouvons faire bouger les taux d'intérêt d'un côté, et nous pouvons faire bouger les mesures non conventionnelles d'un autre côté de façon indépendante".

"Plus équilibrer les dépenses publiques n'entraveraient pas la croissance - au contraire, cela créerait de la confiance qui la favoriserait", a-t-il ajouté.

 

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 24/01/2011 à 22:31
Signaler
Pourtant, Goldman Sachs vient d'annoncer, aujourd'hui, que la BCE n'osera pas remonter ses taux avant octobre (!!), parce qu'elle préfère les laisser bas pour aider les banques qui ont un problème d'"insolvabilité" (bref, les banques zombies en FAILL...

à écrit le 24/01/2011 à 21:25
Signaler
quand je lis le niveau des interventions je me dis que l on serait bien inspires de confier la BCE a un allemand... Ras le bol des montagnes de dettes, de liquidites gratuites qui viennent speculer sur les marches de matieres premieres apres avoir sp...

le 24/01/2011 à 22:33
Signaler
Vous avez entièrement raison. Mais comme je le dis au dessus, l'inflation n'est pas la priorité de la BCE en ce moment, sa priorité est e sauver les banques insolvables, celles qui empruntent massivement les liquidités illimitées à taux 1% fournies p...

à écrit le 24/01/2011 à 18:24
Signaler
il y a des moments ou je me demande si JC Trichet n'a pas un peu vielli. 1) l'inflation est un gonflement de la masse monétaire 2) la hausse des prix est une des conséquences de l'inflation. La hausse des matières premières est le résultat de la ...

à écrit le 24/01/2011 à 13:47
Signaler
A tout ceux qui reprochent à Trichet de toujours s'occuper de l'inflation, allez donc lire les statuts fondateurs de la BCE. La BCE a été créé avec commer 1er objectif de contenir l'inflation. Il ne fait que suivre cette directive à l'accent très ger...

le 24/01/2011 à 14:52
Signaler
Entre contenir et ^etre plus souple il y a une marge

le 24/01/2011 à 15:07
Signaler
Il est bien évident qu'il ne faudrait pas revenir à une inflation comme nous l'avons connue de 10 à 12 % dans les années 80, mais un peu d'inflation ne serait pas déraisonnable.

à écrit le 24/01/2011 à 13:39
Signaler
Heureusement cette année M. Trichet va etre remplacé.

à écrit le 24/01/2011 à 13:31
Signaler
Mr. Trichet est obsédé par l'inflation. Mais pourtant un peu d'inflation n'aurait rien de dramatique au contraire.

à écrit le 24/01/2011 à 10:49
Signaler
L'inflation est un risque pour qui ? Pour les financiers certainement, surement pas pour les salariés, encore que pouvoir d'achat ne veut plus rien dire. L'important aujourd'hui c'est de bassiner le peuple, pour que les moutons se dirigent dans la bo...

le 24/01/2011 à 11:14
Signaler
Oui, une nouvelle forme de propagande fait croire au bon peuple, que l'inflation serait une bonne chose, contre la finance. Vous auriez dû vivre au Brésil en 94, quand l'inflation était de 50% par mois. Votre salaire partait en fumée aussitôt, et à l...

le 24/01/2011 à 12:10
Signaler
Le problème, c'est que quand c'est la crise, on ne peut pas augmenter les salaires, et quand c'est la croissance, il ne faut pas les augmenter pour ne pas alimenter l'inflation ! Mais pour les prix, quand c'est la crise, ils augmentent pour ne pas di...

le 24/01/2011 à 12:38
Signaler
Je ne connais pas le Brésil de 94, mais j'ai connu la France des années 74 à 80, c'est à dire les années Giscard. Touis les français à cette époque ont pu s'acheter un patrimoine avec 10% d'inflation par an et 10% d'augmentation de salaire chaque ann...

le 24/01/2011 à 18:46
Signaler
Oui Alain, mes parents vivaient très bien de leurs rentes à cette belle époque de l'inflation. Ensuite celle-ci se réduisant, ils ont investi dans l'immobilier, participant de la hausse des prix du patrimoine. Au contraire c'est avec une inflation qu...

à écrit le 24/01/2011 à 8:56
Signaler
J.C. TRICHET n'a eu de cesse depuis qu'il est à la tête de la BCE, de s'attaquer à la seule "inflation" alors que d'autres grands pays,les USA pour ne citer qu'eux, ont une politique de taux qui vise à juguler l'inflation et aussi et surtout à relanc...

le 24/01/2011 à 22:38
Signaler
La politique des taux bas des USA que vous vantez est l'origine de la crise monumentale que nous visons depuis mi 2007. C'était une catastrophe. Les taux bas dont vous parlez font le bonheur eds financiers, qui empruntent pour quasiment zéro pour spé...

à écrit le 24/01/2011 à 8:24
Signaler
il serait temps qu'il se réveille aprés toutes les hausse provoquées par notre gouvernement; heureusement il sera bientot en retraite et j'espére que l'allemand sera son remplacant

à écrit le 24/01/2011 à 7:48
Signaler
Qui dit hausse des taux d'intérêt directeurs dit hausse des taux pour les particuliers et les entreprises...Tiens donc, comment va se comporter le marché de l'immobilier en France si cette hausse est trop forte ?

le 24/01/2011 à 22:39
Signaler
Il faut espérer que la hausse des taux, inévitable, ramènera les prix immobiliers à un prix raisonnable. Une correction ne ferait pas de mal et assainirait un marché aux prix totalement déconnectés des salaires et des réalités économiques.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.