Direction de la BCE : Axel Weber jette l'éponge

Selon l'agence Reuters, Axel Weber, actuel président de la Bundesbank et candidat potentiel à la direction de la BCE, ne sera pas dans la course à la succession de Jean-Claude Trichet.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Nicolas Sarkozy va être content : le président de la Bundesbank, Axel Weber, ne sera finalement pas candidat à la succession de Jean-Claude Trichet à la tête de la Banque centrale européenne (BCE), annonce ce mercredi l'agence Reuters qui cite deux sources européennes.

"La candidature de Weber à (la tête de) la BCE n'est plus à l'ordre du jour", a déclaré une des sources. L'euro a baissé face au dollar après cette information.

Axel Weber était jusqu'alors considéré comme le favori pour succéder à Jean-Claude Trichet, dont le mandat à la présidence de la BCE expire en octobre. Mais cette candidature potentielle n'était pas soutenue par Nicolas Sarkozy qui ne partageait pas ses vues orthodoxes en matière de politique monétaire.

Berlin pourrait alors présenter un autre candidat. Plusieurs noms circulaient le mois dernier : Jürgen Stark, Klaus Regling, actuel président du fonds de stabilisation européen, qui séduirait la France, ou encore l'ancien directeur du FMI Horst Köhler, mais sa démission surprise l'an dernier de la présidence fédérale allemande n'en fait pas un candidat idéal.

Des candidtas alternatifs

Faute de trouver un d'accord sur un Allemand, on estimait il y a encore quelques semaines que le président de la Banca d'Italia, Mario Draghi, pourrait avoir ses chances. Cette nomination devrait toutefois tenir compte aussi de la désignation d'un nouveau membre au directoire de la BCE, pour succéder à l'autrichienne Gertrude Trumpel-Gugerell, dont le mandat de huit ans s'achève en juin prochain. L'équilibre entre "petits" et "grands pays" doit en effet être respecté, de même que la répartition des nationalités des membres de l'institution.

Si un Italien devenait président, alors Lorenzo Bini-Smaghi laisserait sans doute son fauteuil au directoire à un Français. L'option d'un troisième homme "neutre" est aussi possible, comme le président de la banque de Pays-Bas, Arnout Wellink. Mais alors, à la fin de l'année, les petits pays nordiques pourraient détenir deux postes et la France aucun, ce qui n'est pas envisageable. Le nom du président de la banque centrale luxembourgeoise, Yves Mersch, comme solution alternative, a également été évoqué par la presse. La solution qui permettrait de contenter chaque pays n'est pas encore trouvée .

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 09/02/2011 à 21:56
Signaler
Sans doute une coquille, il s'agit de Bob l'éponge, merci à la Tribune de rectifier.

à écrit le 09/02/2011 à 14:18
Signaler
Quand les incompétents dictent aux compétents.... je trouve cela pitoyable! La BCE ne devrait pas avoir à écouter les diktats de Sarko....Espérons que les autres européens IMPOSERONT un homme ou une femme de confiance, comme les français ont imposé e...

à écrit le 09/02/2011 à 13:05
Signaler
Pour laisser la place à Mario "Goldman-sachs" Drahgi ?

à écrit le 09/02/2011 à 12:42
Signaler
si c'est pour y mettre un figurant comme à la présidence de l'europe autant supprimer la BCE . weber était excellent

à écrit le 09/02/2011 à 12:04
Signaler
c'est bien dommage...

à écrit le 09/02/2011 à 11:52
Signaler
Pas folle la guepe! Peut etre que les candidats qui partagent les vues du grand economiste Sarkhosy ne sont pas legion.Je parle de candidats competents.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.