Ces villes qui domineront le monde dans l'avenir

407 villes émergentes contribueront à 37 % de la croissance mondiale d'ici à 2025, selon le McKinsey Global Institute.
Infographie La Tribune/BHEDOUIN
Infographie La Tribune/BHEDOUIN

Ahmedabad, Huambo, Fushun, Viña del Mar. En 2025, 600 villes contribueront à environ 60 % du produit intérieur brut (PIB) mondial, soit autant qu'actuellement. Mais dans un rapport consacré à la « capture des opportunités de croissance urbaine » pour les entreprises, le McKinsey Global Institute prévient : « Ces villes ne seront pas les mêmes. » « Au cours des quinze prochaines années, la composition de ce groupe de 600 villes changera à mesure que le centre de gravité du monde urbain se déplacera vers le Sud et résolument vers l'Est. » Les milieux d'affaires doivent donc se préparer au fait que 230 villes auront alors intégré ce « top 600 ». Toutes seront localisées dans des pays émergents et 216 d'entre elles seront chinoises. Or, beaucoup restent largement négligées par les services de prospective des multinationales occidentales.

735 millions de foyers

« Aujourd'hui, les stratégies d'entreprise tendent à se focaliser, en premier lieu, sur les économies des pays développés et les mégalopoles », qui représentent 73 % du PIB mondial, note le rapport. Cependant, ces villes ne contribuent qu'à 30 % de la croissance mondiale. « Ce que les entreprises ne voient pas, c'est que d'ici à 2025, 407 villes émergentes, de taille moyenne, vont contribuer à 37 % de la croissance » globale, insistent ses auteurs. Leurs projections donnent le vertige : le PIB combiné des 600 villes majeures aura augmenté de 34.000 milliards de dollars entre 2007 et 2025. Près de 735 millions de foyers vivront dans ces cités, soit 310 millions de plus qu'actuellement.

Les retombées économiques seront énormes, notamment pour les secteurs associés à la consommation mais aussi à l'éducation. « Nous estimons que le nombre d'enfants nés dans des foyers dont les revenus annuels sont supérieurs à 20.000 dollars est susceptible de croître dix fois plus vite dans les villes des régions en voie de développement que dans celles des économies développées », estime McKinsey. Ainsi, en 2025, 55 % des enfants appartenant à cette catégorie sociale vivront dans une ville du « top 600 ». Les deux tiers habiteront en Chine, en Amérique latine ou dans le sud de l'Asie.

Dans les infrastructures, certains pays devront consacrer des efforts financiers colossaux pour faire face à l'urbanisation galopante de leur population... ce qui représentera des opportunités gigantesques pour les sociétés occidentales. « En raison d'années de sous-investissement chronique, l'Inde est très en retard par rapport à la Chine en matière de parcs d'infrastructures installés », remarque le McKinsey Global Institute. Le sous-continent devra investir 1.200 milliards de dollars dans ses villes au cours des vingt prochaines années, soit 134 dollars par habitant et par an, contre 17 dollars actuellement. L'empire du Milieu consacre déjà 116 dollars par an et par habitant à ses infrastructures urbaines.

Pour tirer parti de cette croissance, McKinsey recommande aux entreprises occidentales de viser des « clusters » de villes ? soit des cibles urbaines dans un « rayon gérable de 200 à 500 kilomètres » - ce qui leur permettra de rayonner aussi sur les agglomérations moyennes et les zones rurales environnantes. Harbin, Guiyang, Hyderabad ou Barranquilla deviendront alors des marchés prioritaires et accessibles.

Retrouvez les données de l'étude McKinsey ici

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 01/04/2011 à 15:03
Signaler
Cluster ? Allons, un effort, ouvrez votre dictionnaire.

à écrit le 31/03/2011 à 11:48
Signaler
On le dit et on le redit: à Fukuchimma, les centrales nucléaires innondent la région de radiations mortelles à base d'Iode. Ce problème va devenir, avec les tremblements de terre, le réchauffement climatique et la crise des tantes, l'un des problèmes...

à écrit le 31/03/2011 à 10:51
Signaler
Certains d'entre vous sont ridicules... Certes, le débat sur le bonheur fait à peu près sens, mais quel est l'intérêt de comparer ces villes et Fukushima ? Quel rapport entre cette catastrophe nucléaire et les opportunités économiques dans les villes...

le 31/03/2011 à 11:00
Signaler
l'industrie nucléaire est une industrie très dangereuse et il ya également des risques sismiques graves pour la centrale nucléaire de Fessenheim que nous avons eu le génie de construire sur une faille ! Par ailleurs, les cotes françaises peuvent égal...

le 31/03/2011 à 11:45
Signaler
Aujourd'hui, on ne peut plus l'ignorer: le danger nucléaire est devenu la préoccupation majeure des Brançais. Il n'y aura ni PIB à 37%, ni 407 villes (cette précision est d'ailleurs ridicule) qui émergeront. Sur plusieurs d'hectares, des zones gigant...

le 31/03/2011 à 11:51
Signaler
@EIFFEL: Et alors, je comprends pas le rapport avec le sujet (Il ne faut pas tout confondre!)

à écrit le 30/03/2011 à 11:05
Signaler
L'avenir des villes surpeuplées de laplanète n'est-t-il pas à l'image de Fukushima ville de 2 106 000 habitants ?

le 01/04/2011 à 9:31
Signaler
La surpopulation tuera la planete de toutes façons.

à écrit le 27/03/2011 à 19:33
Signaler
N'importe quoi..c'est ridicule!

le 31/03/2011 à 10:52
Signaler
quelle argument!

le 31/03/2011 à 11:55
Signaler
Quelle faute d'orthographe !!!! Argument est masculin !!!

le 07/04/2011 à 19:51
Signaler
excellent!!

à écrit le 27/03/2011 à 15:35
Signaler
Ce modèle de développement générerait du malheur on devine sous le verbe l'idée de profits accrus par la concentration , langage qui ressemble à celui des analystes d'après guerre convaincus que le développement des grandes cités était la solution ,o...

le 28/03/2011 à 20:56
Signaler
@ ron: sauf que s'ils rêvent d'argent, ils n'ont rien à cirer de ton bonheur. Le but semble plutôt d'accumuler les gueux dans des centres de production :-)

le 30/03/2011 à 11:00
Signaler
Ces centres de production sont très déhumanisés et sont alimentés par des centrales nucléaires qu'ont peut désormais appelées des nécrocentrales car l'histoire l'a montré maintenant à 2 reprises, elles déploient à terme, des zones inhabitables sur pl...

à écrit le 27/03/2011 à 10:24
Signaler
Ces villes sont menacées par des périls mortels tels que famine, criminalité, etc, car elles ne sont plus à taille humaine !

le 27/03/2011 à 15:27
Signaler
L'histoire a pourtant montré que l'empilement sans limite des populations a forte densité finit en général assez mal... Et pendant ce temps, on continue... On n'apprends décidément jamais rien en dehors des catastrophes.

le 31/03/2011 à 14:50
Signaler
à vous entendre en 2012 c'est vraiment la fin du monde... enfin vous avez peut être raison...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.