Le FMI s'inquiète à nouveau de l'ampleur des déficits

 |   |  317  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le Fonds monétaire international (FMI) a appelé ce mardi les Etats-Unis à prendre des mesures crédibles pour réduire leur déficit budgétaire et juguler leur dette publique record. Le Fonds se montre moins optimiste que Paris sur les déficits français.

Le déficit, voilà l'ennemi ! Pour le FMI, alors que nombre de pays développés ont déjà pris des mesures pour réduire leur déficit, les Etats-Unis comme le Japon repoussent la mise en oeuvre de mesures d'austérité pour privilégier la reprise.

"La plupart des pays avancés vont réduire leurs déficits cette année, mais les Etats-Unis ont décidé de différer la correction budgétaire et, au Japon, avant même le récent tremblement de terre qui va grever encore les finances publiques, l'ajustement avait été reporté par rapport au rythme envisagé dans l'édition de novembre du Moniteur des finances publiques (Fiscal Monitor)", explique le Fonds dans un nouveau rapport.

Plus généralement, "les ratios d'endettement sont encore en hausse dans la plupart des pays avancés et les besoins de financement ont atteint des sommets historiques". Le FMI estime que le Japon devra lui aussi élaborer un plan budgétaire à moyen terme dès que les coûts de reconstruction des dégâts causés par le séisme du 11 mars auront été évalués. Les autorités japonaises anticipent d'ores et déjà des dégâts économiques plus importants que prévu.

Concernant la France, le "Moniteur" du FMI table sur un déficit public à 5,8% du produit intérieur brut (PIB) cette année avant 4,9% l'an prochain. Des chiffres moins sévères que ceux du rapport de novembre (6,1% et 5% respectivement) mais supérieurs aux objectifs affichés par Paris (5,7% et 4,6%). Mais le rapport inclut la France parmi les pays exposés à court terme au risque électoral, expliquant que, comme aux Etats-Unis ou au Japon entre autres, le calendrier électoral pourrait compliquer la mise en oeuvre des réformes.

"Les pays qui repoussent les mesures d'ajustement en 2011 auront plus de difficultés à atteindre leurs objectifs à moyen terme", poursuit le FMI.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/05/2011 à 19:56 :
La dette astronomique des Etats européens ne peut être mangée que par l'inflation. A force d'attendre on ne sait quoi, tout sauf le remboursement impossible, la montagne de dettes va nous exploser à la figure. Alors qu'attend-t-on pour relancer l'inflation ? Certes, les gros bonnets vont également voir fondre leur montagne d'avoirs en tout genre.
a écrit le 13/04/2011 à 12:58 :
On va voir ce qu'il va faire notre petit DSK en venant du FMI s'il arrive en France. "T'inquiètes mon petit gars" risquent de dire certains "si tu nous sers la même potion qu'en Grèce ou ailleurs, on va te péter la g.. "pour reprendre une expression qu'aurait utilisé un jour Sarko dans un autre contexte."
a écrit le 13/04/2011 à 4:51 :
J'aime beaucoup ce discours donneur de leçons et notamment pour les japonais.
Mais j'aime encore mieux ce silence concernant la politique monétaire et budgétaire des USA . J'en conclus que le FMI a peur de se faire virer de New York si il l'ouvre.....
DSK quelle honte ; il faut quand même le dire!
a écrit le 12/04/2011 à 18:49 :
Il y a des dettes ? Mais qui est endettés ? Tout va super bien, la reprise est là, le prix de l'essence est parfait (bientot 2 euros), la nourriture reste très bon marché (+20%) et on va "donner" 400 millions à Ouattara (pourquoi faire au juste ?) . Alors pour ce qui est de rembourser des dettes on verra ça un autre jour, ce sera pour mes enfants moi je profite, je discute, je fais RIEN car tout va très bien !!!
Réponse de le 13/04/2011 à 5:58 :
il y avait longtemps qu'on avait pas parlé des enfants....et l'essence à deux euros, ils veulent en faire une prophétie autoréalisatrice ou justifier l'exploitation du gaz de schiste

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :