Pour Trichet, un dollar fort est dans l'intérêt de tous

 |   |  285  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Alors que l'euro est à son plus haut niveau depuis 16 mois face à la devise américaine, le président de la Banque centrale européenne a déclaré ce jeudi sur BFM partager le point de vue des autorités américaines qui jugent de l'intérêt des Etats-Unis que le dollar soit fort face aux grandes devises convertibles.

Quand les autorités américaines disent qu'un dollar fort vis-à-vis des autres grandes devises convertibles est dans l'intérêt des Etats-Unis, Jean-Claude Trichet applaudit. Le Président de la BCE l'a dit ce jeudi sur BFM : "Je crois que c'est dans l'intérêt de l'ensemble de la communauté internationale et j'approuve ces propos". La force de l'euro face au dollar, "c'est plutôt un phénomène dollar qu'un phénomène euro que nous observons en ce moment" a expliqué Jean-Claude Trichet.

"J'ai confiance dans les Etats-Unis pour redresser (leur) situation budgétaire" a, par ailleurs, déclaré Jean-Claude Trichet, saluant l'engagement en ce sens des autorités américaines. Des propos qui tranchent avec ceux tenus par l'économiste en chef du Fonds monétaire international, Olivier Blanchard, qui estime, lui, dans un entretien publié mercredi par Le Monde que les Etats-Unis manquent d'un plan crédible à moyen terme pour réduire leur déficit.

"Je crois qu'on peut dire qu'au niveau mondial, aussi bien qu'au niveau de chacun des grands continents économiques (...) on est en présence en ce moment d'une reprise qui se consolide et qui apparaît se soutenir elle-même" observe le Président de la BCE. Même la situation qui prévaut en Grèce n'inquiète pas outre-mesure Jean-Claude Trichet. Ce pays doit appliquer de près le plan d'ajustement en cours : "Le plan est suivi de très très près tous les trimestres" insiste Jean-Claude Trichet. Selon une enquête Reuters, 46 des 55 économistes interrogés jugent que la Grèce sera contrainte de procéder à une restructuration, après avoir bénéficié d'une aide internationale de 110 milliards d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :