L'Allemagne pense à sortir définitivement du nucléaire dès 2020

 |   |  475  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Selon le Handelsblatt, le gouvernement pourrait aussi renoncer à l'impôt sur le nucléaire lancé cette année. La date de 2020 pour la fermeture du dernier réacteur est évoquée dans la majorité.

Convertie de la dernière heure à la pensée antinucléaire, Angela Merkel accélère désormais le pas pour mettre fin à la présence outre-Rhin de réacteurs atomiques. Un nouveau projet de loi devrait, début juin, être présenté. Tandis que la précédente loi, votée l'automne dernier, qui sanctionnait l'idée d'un prolongement de la durée de vie des réacteurs jusqu'au moins en 2035, moyennant le paiement par les groupes énergétiques d'un impôt sur le combustible nucléaire, sera sans doute réduite à néant. Si officiellement aucune décision n'est encore prise et que les consultations se poursuivent, le quotidien économique Handelsblatt affirmait mardi, qu'Angela Merkel envisagerait de définir une date de sortie définitive du nucléaire. Ce choix marquerait une rupture avec le système actuel qui établit des différences selon l'âge des réacteurs et permet de compenser la fermeture des anciens réacteurs par une durée de vie allongée pour les plus récents. L'idée est de marquer l'opinion par une décision claire, compréhensible et définitive. Quand sortir du nucléaire ? L'allié bavarois d'Angela Merkel, la CSU, a avancé, par la voix de son président Horst Seehofer, la date de 2020. Si une telle date était confirmée, l'Allemagne sortirait du nucléaire deux ans avant la date fixée par Gerhard Schröder en 2000. Mais Angela Merkel se veut prudente. Lundi, lors de l'inauguration d'une centrale d'éoliennes en mer du Nord, elle a indiqué qu'elle voulait un tournant énergétique mesuré et qui fonctionne.

Manque à gagner

Or, la première condition de cette réussite est de trouver des alternatives rapides au nucléaire qui représente encore 23 % de la production énergétique allemande. Outre le développement des énergies renouvelables, le gouvernement souhaiterait encourager le développement des centrales au gaz naturel dans les régions industrielles du pays. Johannes Teyssen, le président d'E.ON, premier groupe énergétique du pays, s'en est ouvertement réjoui. Mais il en faudra plus pour calmer la colère des industriels : RWE a déjà porté plainte contre le moratoire, décrété par Angela Merkel, sur la prolongation de la durée de vie des réacteurs et E.ON y réfléchit. Aussi le "Handelsblatt" évoque-t-il la possibilité d'une suppression de l'impôt sur le combustible nucléaire qui, il est vrai, ne se justifierait plus et permettrait de calmer la fureur des industriels. Sauf, évidemment, que cet impôt devait rapporter 2,3 milliards d'euros par an au budget fédéral et représentait ainsi plus d'un dixième des 80 milliards d'euros du plan de rigueur quadriennal du gouvernement. La volte-face énergétique d'Angela Merkel pourrait donc avoir un coût pour le budget de l'État.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/05/2011 à 21:34 :
Je ne suis pas un antinucléaire et je pense même que l'on doit continuer les recherches dans bien d'autres applications, néanmoins il faut convenir qu'un regard éclairé; notamment par l'aspiration des peuples à vivre moins dangereusement, sans être tributaires d'une pensée unique, cette aspiration qui ne fera que croitre amène à réfléchir sur un autre mode de vie. Nous avons les moyens technologiques d'y parvenir; Et de créer de l'emploi, bref une vie meilleure. Alors j'applaudis des dirigeants comme la chancelière allemenande. J'espère que le poid de l'allemagne arrivera à infléchir plus rapidement un renouveau où l'on doit trouver d'autres équilibres.
a écrit le 09/05/2011 à 12:02 :
Pour tordre le cou à quelques idées reçues propagées par le lobbying, tantôt nucléaire, tantôt fossile et reprises trop souvent ici sans vérification des chiffres :

Précisions de Bernard Laponche, physicien nucléaire, expert en politique énergétique :

"La France importe plus d'électricité d'Allemagne que celle-ci n'en importe de France. Donc l'hypocrisie est plutôt du côté de la France, qui importe une électricité dont la production génère des émissions de CO2, qui ne sont pas comptées en France. Deuxièmement, sur le pétrole par habitant, la France consomme un peu plus de pétrole que l'Allemagne. En ce qui concerne le charbon, il est surtout utilisé en Allemagne pour la production d'électricité, dont il représente 40 %. A comparer aux 80 % de nucléaire en France. D'autre part, si on regarde la production d'origine renouvelable, en 1991, l'année de la réunification de l'Allemagne, la part des renouvelables dans la production d'électricité en Allemagne était de 4 %. Aujourd'hui, elle est de 18 %, et l'objectif pour 2020 est de 35 %. C'est-à-dire supérieur à la part du nucléaire pour la production d'électricité en Allemagne, qui est de 30 %. A l'inverse, la France avait une proportion de production d'électricité d'origine renouvelable de 11 % en 1991, surtout basée sur la composante historique hydraulique, les grands barrages des années 1950, et cette proportion n'est que de 14 % aujourd'hui. Donc on voit bien que l'Allemagne s'est placée sur une trajectoire plus importante du côté efficacité énergétique, d'une part, et beaucoup plus importante du côté du développement des énergies renouvelables."

Atlas ci-après détaillé du potentiel des énergies renouvelables en Allemagne par secteurs : fort potentiel restant dans tous les secteurs (et pour mémoire le North Sea Grid avec plus de 9 pays concernés est en plein développement et il y a des
excédents réguliers d'énergies renouvelables dans le Nord de l'Europe) :

http://www.unendlich-viel-energie.de/fileadmin/content/Potenzialatlas%202%20Auflage%20Online.pdf
a écrit le 09/05/2011 à 9:27 :
L'Allemagne a déjà beaucoup développé les énergies alternatives et continuera à le faire, mais aura de plus en plus de mal. Il n'y a pas en permanence du vent et du soleil. On atteint vite des limites. La solution envisagée est le charbon et le gaz naturel. Le gaz est plus propre mais les deux produisent du CO2. Ce qu'on ne dit pas trop, c'est que l'Allemagne importera encore plus d'électricité nucléaire française qu'actuellement. "Not in my backyard", c'est la solution de facilité...
a écrit le 09/05/2011 à 5:43 :
Près de la moitié de l'électricité consommée en Allemagne provient des énergies renouvelables et ce n'est pas fini. Bravo l'Allemagne qui avec une population en baisse peut sortir du nucléaire et même vendre de l'électricité à la France qui, avec une démographie en croissance exponentielle est très énergievorace
Réponse de le 09/05/2011 à 22:33 :
En 2010, l'électricité consommée en Allemagne proviennait à 59% du thermique (charbon, lignite, gaz), 23% du nucléaire et seulement 18% d'énergies dites renouvelables.
Par contre, un fait peu pris en compte est la baisse de population de l'Allemagne dans les 40 ans à venir. L'Allemagne va passer de 82 millions d'habitants à 67 millions soit 20% de population en moins.
a écrit le 08/05/2011 à 16:22 :
Comme toujours les Allemands auront 20 ans d'avance sinon plus sur la France où rien n'est prévu comme toujours !
a écrit le 07/05/2011 à 20:02 :
Quelle portée pour un tel acte, avec des centrales nucléaires dans tous les pays à ses frontières, et ne parlons pas des Etats baltes, de l'Ukraine et de la Biélorussie ?

France Energies

http://www.france-energies-2012.fr/xwiki/bin/view/VP_FranceEnergies_Themes/035-Maitriser-le-risque-nucleaire
a écrit le 07/05/2011 à 18:01 :
oui c'est çà ouais !! et où est ce que vous comptez importer de l'électricité pour combler le manque !! En France bien sûr !!
Réponse de le 07/05/2011 à 22:44 :
Réaction individualiste de courte vue bien franchouillarde :o)) Ils peuvent en effet importer aussi les excédents de Scandinavie entre autres. Et quand on leur vend de l'energie çà nous rapporte. Mieux vaudrait coopérer plus amplement encore en Europe sur les énergies renouvelables (les allemands ayant déjà investi plus de 200 milliards dans le nuclaire et stoppé des réacteurs thorium estimant trop risquée également cette filière !), tout le monde aurait à y gagner. Pour mémoire aussi dès 2020 ils auront une part élevé de renouvelable et seront à 100% vers 2050.

Traduit en français pour 2020 :

http://translate.googleusercontent.com/translate_c?hl=fr&sl=de&u=http://www.erneuerbare-energien.de/inhalt/47338/4590/&prev=/search%3Fq%3Dwie%2BDeutschland%2Bf%25C3%25BCr%2Beine%2BFreisetzung%2Bder%2BKernenergie%2Bkompensieren%26hl%3Dfr%26sa%3DN%26biw%3D1237%26bih%3D699%26prmd%3Divns&rurl=translate.google.fr&usg=ALkJrhg6DSp9-N4RjeXkDuzXWYdrsSrQSg

Et pour 2050 :

http://translate.googleusercontent.com/translate_c?hl=fr&sl=de&u=http://www.erneuerbare-energien.de/inhalt/46952/4590/&prev=/search%3Fq%3Dwie%2BDeutschland%2Bf%25C3%25BCr%2Beine%2BFreisetzung%2Bder%2BKernenergie%2Bkompensieren%26hl%3Dfr%26sa%3DN%26biw%3D1237%26bih%3D699%26prmd%3Divns&rurl=translate.google.fr&usg=ALkJrhjJNBQNeS3q5ovR4b7LAYSi35guIg

Et nous d'ici là ?
Réponse de le 08/05/2011 à 9:16 :
et u crois qu'avec l'augmentation sans cesse de la population , y a suffisamment d'énergie pour tout le monde si tu renonces au nucléaire . A moins que tu inondes tout l'océan par des éoliennes !! Mais çà dénature le paysage !! C'est bien de penser écologique , mais il faut apporter aussi des solutions concrètes .
Réponse de le 08/05/2011 à 9:19 :
je ne comprends pas vraiment ta réaction vu que tu te prétends être verte !! Alors si j'ai bien compris t'acceptes encore l'idée que le nucléaire reste en France et que le pays pourra exporter vers ses voisins et comme çà rapporte des sous ?? mais voyons , on sait bien que les verts sont moins crédibles en France car la majorité des français , ne veulent pas changer à moins que vous nous donniez une proposition et une solution viable et concrète à long terme .
Réponse de le 08/05/2011 à 9:26 :
D'accord avec Ludo.
Réponse de le 08/05/2011 à 23:32 :
@ Ludo31 et Alan John : la réponse est dans les documents allemands précités. Ils sont comme d'autres pays tout à fait capables de sortir du nucléaire et ont des plans précis pour çà. En ce qui nous concerne nous avons également beaucoup de possibilités et avons trop de nucléaire désormais dont un grande part de centrales anciennes (imaginez en plus en cas de crash d'avion, de terrorisme ou guerre, c'est la catastrophe totale mais peu de gens pensent aux conséquences avant que cà n'arrive, comme à Tchernobyl ou Fukushima etc. De même il y a des plus en plus d'incidents graves avec le vieillissement des centrales et 6 sont en zone sismiques, plusieurs près de barrages etc). En plus le prix de l'uranium augmente et va manquer rapidement. La filière à neutrons rapides n'est pas prête et pose aussi des problèmes sans solutions de même que celle au thorium, bien que ces 2 solutions ensemble ont malgré tout un peu plus d'atouts que celle actuelle dépassée. Donc il y a un virage à prendre et il ne faut pas attendre. Les énergies renouvelables ce n'est pas seulement de l'éolien et du solaire, il y a de multiples solutions (parmi d'autres par exemple le biogaz a un potentiel important en France) mais les français sont un peu en retard et ont une vision trop passésiste. Ils sont volontairement mal informés, il suffit de voir les programmes télé sur le sujet, quand il y en a. Il faut anticiper et être tournés vers l'avenir plutôt que d'être à la remorque des autres. Il y a de multiples études en particulier universitaires sur le sujet qui expliquent les solutions dans différents pays et en pratique çà avance mais pas assez vite en France ou il faut de nouveau être en pointe. Pour l'autre question, oui les excédents d'énergies sont vendables en effet comme le font les espagnols ou les danois avec l'éolien ou nous avec le nucléaire, il n'y pas de mal à celà, on fait avec ce qu'on a actuellement. Mais il faut s'orienter dès à présent autrement pour l'avenir, raison pour laquelle même si je ne partage pas forcément toutes leurs idées je voterai Verts pour appuyer cette démarche de ne plus dépendre d'énergies dangereuses et polluantes alors que de meilleures solutions existent mais il faut bien sûr leur laisser un peu de temps pour se diffuser et évoluer encore et ne plus les bloquer comme avant. Plusieurs pays, régions, villes font des progrès sur ce plan dans le monde et nous le pouvons aussi. Sans oublier qu'il y a de très importants gaspillages d'énergies évitables à tous les niveaux et on commence à peine à améliorer cela progressivement (cogénération, efficacité énergétique etc). Donc ce ne sont pas les emplois et idées qui manquent en la matière, il y a de quoi faire mais c'est enthousiasmant pour un avenir meilleur avec moins de pollutions et de risques inutiles !
Réponse de le 09/05/2011 à 5:39 :
Les Allemands peuvent sortir du nucléaire car ils ont développé des énergies alernatives et leurs besoins énergétiques ont diminué suite à une baisse importante de leur démographie, les Allemands faisant de moins en moins d'enfants pour avoir une bien meilleur vie.
Réponse de le 09/05/2011 à 7:22 :
Oui mais l'Allemagne est pourtant bcp plus industrialisée (donc + forte consommatrice) que la France qui a plus de société de services et qui a bien plus de km de côtes, de vent, de potentiel biomasse, solaire etc, de même qu'un climat plus doux (= moindre dépense énergétique) et quand même un secteur renouvelable encore certes à développer. La France avait en outre une bonne position en énergies renouvelables dans les années 80. Historiquement ce sont donc plus une influence du tout nucléaire et de grandes entreprises avec des membres de conseils d'administration souvent communs, des intérêts et en définitive un choix politique. La droite et la gauche n'ont pas été assez innovants en la matière et ne le sont toujours pas assez alors que les problèmes d'énergie commencent à être important et demandent des décisions bien à l'avance.
a écrit le 07/05/2011 à 17:22 :
"La volte-face énergétique d'Angela Merkel pourrait donc avoir un coût pour le budget de l'État." C'est le coût d'une vie meilleure pour tous. Les pauvres riches devront se démener pour trouver une alternative au nucléaire. Ils feront preuve d'intelligence et de modernité. Ils n'ont plus le choix. Aussi, ne rêvons pas trop. Les lobby vont réagir et sûrement faire plier la démocratie corrompue. Comme d'hab.

Réponse de le 08/05/2011 à 4:42 :
Corrompue!VOUS ALLEZ AVOIR DES PROBLEMES COCO,DE GROS PROBLEMES...nous sommes dans un monde de gentils élus bisounours qui ne pensent uniquement qu aux l intérets du peuple!!
Réponse de le 08/05/2011 à 18:18 :
vous etes vraiment minable avec vos reflection on n auras besoin du nucleaire demain et dans les 50 annees a venir
Réponse de le 09/05/2011 à 6:57 :
@ boubooule: Combien d'énergie utilisons-nous pour des trucs inutiles. Ne confondons pas besoins et futilités. Merci à la modération de permettre les insultes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :