Cette bactérie mortelle qui inquiète les Allemands

 |  | 306 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Une personne est morte ce mardi en Basse-Saxe des suites d'une infection par la bactérie escherichia coli. Le nombre d'infection par cette bactérie alimentaire a explosé en Allemagne depuis quinze jours, sans raison apparente.

Depuis quelques jours, toute l'Allemagne ne pense qu'à l'EHEC. Derrière cet acronyme aux allures d'école de commerce se cache en réalité une bactérie fort dangereuse qui menace la république fédérale. L'EHEC, en bon français l'escherichia coli, est un microorganisme que l'on trouve ordinairement dans la viande cru, les légumes et les produits laitiers frais. Elle provoque ordinairement des coliques, diarrhées et vomissements, mais peut entraîner des complications graves, notamment le syndrome hémolytique et urémique (SHU), et peut se révéler mortelle.

Sans raison apparente, les infections se sont multipliées en Allemagne, d'abord dans le nord du pays, puis dans le sud. On compte actuellement 80 cas avérés de SHU contre une cinquantaine par an en temps ordinaire. Les femmes adultes semblent être plus touchées que les autres. Aucun élément permettant d'identifier un vecteur commun à ces infections n'a pour le moment pu être identifié.

Cette bactérie de type escherichia coli est particulièrement résistante

Alors que les autorités continuent de rechercher la cause de cette infection, la bactérie vient de faire une première victime, une femme de 83 ans vivant en Basse-Saxe, au nord-ouest de la république fédérale. Mais deux cas de décès semblent également suspects et pourraient être liés à la bactérie escherichia coli. Particulièrement résistante, l'EHEC se transmet assez facilement de l'homme à l'homme et de l'animal à l'homme si l'hygiène n'est pas optimale.

Le Robert-Koch-Institut, un des principaux instituts de biologie outre-Rhin, n'hésite pas à parler de situation "effrayante", estimant possible que l'EHEC fasse nouvelles victimes. Selon son président, il n'est pas certain que la source de cette infection soit découverte. L'essentiel semble plutôt désormais de savoir comment stopper sa diffusion.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :