Le printemps arabe au coeur des annonces du G8

 |   |  575  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Les pays les plus riches de la planète vont lancer un "partenariat durable" avec la Tunisie et l'Egypte. Une façon pour Nicolas Sarkozy de relancer son Union pour la méditerranée en perte de vitesse.

Invités d'honneur du sommet du G8 de Deauville, l'Egypte et la Tunisie n'auront pas fait le déplacement en vain. Dans la déclaration finale qui doit être prononcée ce vendredi par Nicolas Sarkozy, les huit pays les plus riches de la planète devraient annoncer un « partenariat durable » avec les deux leaders du printemps arabe. Une série de mesures économiques et politiques pour « soutenir les réformes démocratiques et répondre aux aspirations pour la liberté et l'emploi, en particulier des femmes et de la jeunesse », selon des extraits de la déclaration finale que s'est procurée la presse. Si les détails concrets de ce programme de soutien ne sont pas encore connus, Le Caire a d'ores et déjà réclamé entre 10 et 12 milliards de dollars d'ici mi-2012 pour relancer son économie et consolider la démocratie naissante. Pour sa part, Tunis estime ses besoins à 25 milliards de dollars sur cinq ans.

Alors que les pays du G8 ont du mal à s'accorder sur les autres sujets d'actualité brûlants -la politique internationale sur le nucléaire après la catastrophe de Fukushima au Japon, ou la réaction vis-à-vis de la Libye ou de la Syrie-, ce consensus sur un dossier fort est une bouffée d'air frais pour Nicolas Sarkozy. L'hôte du sommet, en quête de stature internationale à un an de la présidentielle française, a ainsi l'occasion d'afficher son volontarisme en relançant l'Union pour la Méditerranée (UpM), crée en 2008 sous sa propre impulsion. « Il faut dire les choses, l'UpM est une montagne qui a accouché d'une souris. La chance de Nicolas Sarkozy est de pouvoir incarner, grâce à sa casquette de président du G8, une coopération entre les pays industrialisés et les pays de la rive sud de la Méditerranée », décrypte un diplomate français. « Alors que l'UpM n'avait pas réussi à devenir indispensable, les évènements en Egypte et en Tunisie lui donnent une raison d'être inespérée pour Sarkozy », poursuit ce spécialiste.

Soutien officieux à Christine Lagarde

Ce programme de soutien aux deux foyers des révoltes arabes vient appuyer d'autres annonces plus symboliques. Les pays du G8 affichent leur "confiance" dans la capacité du Japon à surmonter la catastrophe de Fukuskima. Ils appellent également la Syrie et à la Libye à «mettre un terme aux violences», et condamnent l'usage de la force au Yémen, autre pays arabe au bord de la guerre civile dont la répression de la contestation sociale a causé 28 morts depuis le début de la semaine.

A moins d'une mesure sortie du chapeau qui aurait été tenue secrète jusqu'à demain, la nouveauté de Deauville 2011 sera la reconnaissance du rôle des Etats dans la réglementation d'Internet. Comme souvent dans ce genre de sommets, les évènements à la marge suscitent plus de passion que les sujets inscrits sur l'agenda. Même si la déclaration finale ne fera pas référence à la succession de Dominique Strauss-Kahn à la tête du FMI, les différents dirigeants ont apporté un soutien officieux à Christine Lagarde. L'accord franco-russe sur la livraison de quatre avions Mistral après plusieurs années de négociations a également constitué un petit évènement en soi. Mais rien de comparable avec l'émoi suscité par le ventre rond de Carla Bruni-Sarkozy, radieuse sous les crépitements des flashs des photographes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :