"En indemnisant la victime présumée, DSK peut se sortir d'affaire rapidement"

 |   |  494  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Robert Zara, avocat au barreau de New York, décrypte pour La Tribune les aspects juridiques de l'affaire DSK. Après avoir décrit le système pénal américain, l'accord à l'amiable, très fréquent aux Etats-Unis, la possibilité offerte à la victime de retirer sa plainte, il évoque le pouvoir de l'argent dans une procédure de ce type.

Dans notre dernier entretien, vous avez suggéré qu'un arrangement financier à l'amiable avec la victime pouvait mettre fin à la procédure en cours. Quels seraient les montants en jeu ?

Quelques millions de dollars, assurément. Le versement d'une telle somme pourrait offrir a DSK une sortie de secours.

En France un tel scénario serait probablement interprété comme une preuve incontestable de sa culpabilité. Qu'en pensez-vous ?

Un ami français résident depuis longtemps à New York m'a tenu le même propos. Je lui ai dis que c'est une erreur de penser de la sorte.

Pourquoi ? S'il dédommage la victime présumée, DSK n'admet-il pas sa culpabilité? S'il est innocent, ne devrait-il pas consacrer son argent pour défendre sa réputation ?

Il faut comprendre qu'en l'absence de preuve vidéo, un procès n'est en fin de compte que l'opposition de deux interprétations diamétralement opposées d'un événement passé. Et que les interprétations peuvent être différentes. Tout dépend notamment de la façon dont les éléments du dossier leur seront présentés. Les témoignages divers, les photos, les nombreuses appréciations d'experts qui leur seront présentés sont des éléments fragmentaires et isolés qui peuvent donner lieu à des interprétations aléatoires.

Et les preuves dites scientifiques comme l'ADN ?

Même les preuves dites scientifiques et donc supposées infaillibles, comme les traces ADN, ne pourront en aucune manière trancher si la relation a été consentie ou non.

On ne peut donc rien prouver alors ?

Il faut bien admettre que des individus peuvent avoir des interprétations différentes. Chacun de nous interprète le monde à travers un système de valeurs qui est le fruit de son expérience personnelle. Je veux rappeler le cas de l'espagnol Joaquín José Martínez accusé d'un double meurtre en 1996 en Floride. Il fut jugé coupable par un premier jury qui l'a condamné à la peine de mort. Puis, lors d'un second procès, le jury composé d'autres individus l'a acquitté, bien qu'aucun élément nouveau n'ait été apporté au dossier. Simplement, l'interprétation des faits a été différente. Je veux bien croire à son innocence mais personne ne sait réellement s'il a commis le double crime en question. Seul lui le sait.

Quel est le rapport avec le cas DSK ?

Aux Etats-Unis, même si vous êtes complètement innocent, comparaître devant un jury comporte certains risques. Décider de ne pas les prendre est, je pense, totalement légitime. Si DSK fait le choix de dédommager la victime présumée, il ne faut pas en déduire qu'il est coupable. Il faut se rappeler qu'il risque d'être condamnée à passer plus de vingt ans derrière les barreaux. Quand vous risquez une peine aussi longue, et que vous en avez les moyens, tous les moyens sont bons pour se sortir de cette situation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/07/2011 à 11:21 :
DSK va tu rentrer dans le côtée sombre de la forçe, il y est déjà, encore une affaire classée.
a écrit le 01/07/2011 à 9:04 :
voilà une illustration parfaite de la justice de classe et de l'hypocrisie du système judiciare qu'il soit US ou français.
a écrit le 01/07/2011 à 8:47 :
avec l'argent on fait tout même des salopperies ....
Réponse de le 03/07/2011 à 16:22 :
Il s'avère que c'est la femme de chambre qui croyait tirer profit de cette énorme affaire ! il s'avère qu'elle est malhonnête .....
Réponse de le 04/07/2011 à 17:56 :
MIMOSA mais non de non quand savez-vous vous êtes aller aux ETATS-UNIS au moment des faits.
a écrit le 01/07/2011 à 8:01 :
Les Américains ont une curieuse conception de la justice. Il semble pour eux qu'il n'y ait aucun absolu et que l'argent règle tout. La civilisation américaine, apparemment forte et dominante, me paraît très fragile car finalement pas basée sur des valeurs fondamentales.Il est bien que l'on continue à s'en démarquer. Cela me conforte d'ailleurs dans mon opinion sur les pratiques économiques des USA, très hypocrites.
Réponse de le 01/07/2011 à 17:35 :
Pas du tout, si vous avez pas d'argent, et que votre culpabilité est douteuse, la justice ne va pas dépenser un argent fou pour prouver votre culpabilité. DSK va payer car il est riche, et non le contraire. C'est purement et simplement de l'extorsion comme l'explique l'avocat. Il faut voir cela comme un impôt progressif, plus vous êtes riches, plus vous payez cher si vous avez des problèmes avec la justice.
Réponse de le 02/07/2011 à 10:19 :
Grosse Fatigue, vous allez le plaindre moi non, il est riche et si on vous fesait payer son proçès vous risquez de ne pas être content.
a écrit le 01/07/2011 à 7:44 :
La bombe vient d'éclater car la soit-disante victime a menti. C'était une machination. Maintenant la question "à qui aurat profité le crime".?
Réponse de le 01/07/2011 à 8:54 :
Peut-être, mais ce n'est pas forcément parce que son frère n'est pas net (et dans les milieux immigrés et pauvres, il n'est pas rare qu'il y ait quelques dealers) qu'elle a menti sur l'affaire DSK. Wait and see, et pas de conclusions hâtives SVP.
Réponse de le 02/07/2011 à 10:23 :
Cendu DSK est très fort en économie et même M.Lagarde n'est pas aussi compétente que lui, mais c'est sa vie privée elle n'est pas franchement pûre comme du cristal.
Réponse de le 02/07/2011 à 10:28 :
Cendu, il est irréprochable en économie et c'est un très bon négoçiateur, mais on ne parle pas de sa ve privé, il y à eue pas mal d'enchoches de fait dans son mariage.
Réponse de le 02/07/2011 à 14:27 :
A Pathinder : Pardon mais je ne comprends pas ce que vous voulez dire. Je voulais juste dire à Michel P. qu'il est prématuré de dire que l'employée du Sofitel est une "soit-disante" victime et que toute cette affaire est une "machination" (outre que DSK a de nombreux antécédents très fâcheux). Quant à dire que DSK est "irréprochable en économie", ma position est que c'est l'avenir qui le dira (je ne crois pas que les grecs aient la même opinion que vous, et il n'est pas impossible que nous les rejoignons un jour).
a écrit le 01/07/2011 à 7:39 :
il ne pourra peut etre pas se presenter comme president mais il va etre tres courtisepar les candidats à la presidentielle qui pourraient lui promettre la place de premier ministre avec des pouvoirs plus etendus sutout en matiere de finances que celle qu'occupe le premier ministre actuel.à defaut d'etre president il peut devenir le faiseur de roi.
a écrit le 01/07/2011 à 6:44 :
si je comprend bien, friqué on peut officiellement et je dis bien officiellement, violer, tuer....et s'en sortir dés lors où on paye?!!!!!!je savais que cela existait mais pas officiellement!Cette planète est incontrolable, c'est l'anarchie, Sex Pistols devrait être heureux.
Réponse de le 01/07/2011 à 8:45 :
hé oui c'est comme ca!!
a écrit le 01/07/2011 à 6:33 :
Hébé ! j'en connais qui doivent se sentir un peu mal, comme Bernard Debré, dont j'espère que les journalistes vont l'interroger sur ses sources pour avoir dit que DSK était bien connu pour des faits similaires dans cet hôtel même. Et aussi Atlantico ...
Sarko a été bien inspiré de rester (officiellement) silencieux.
Avec un peu de chance, les policiers vont trouver un lien entre Diallo et des français ?
Réponse de le 01/07/2011 à 6:48 :
Vous allez vite en besogne !Debré ne l'a pas accusé d'être un violeur ,il a dit qu'il etait connu pour ses habitudes sexuelles deplacées ce qui n'est pas contestable .Quant à ceux qui pourraient se sentir mal ,je compte beaucoup de ses pretendus amis socialistes qui l'ont assez vite largué pour ne pas couler avec lui !!
a écrit le 30/06/2011 à 22:25 :
Quand je pense que notre "gouvernement" (on va dire) ne rêve que d'une chose: copier tout ce qui se fait aux USA: rémunérations des banquiers, prisons, universités, police, assurances, santé,... N''hésitons pas, rajoutons la "JUSTICE"... et la boucle sera bouclée. "Si à 50 ans on n'est pas capable de se payer un avocat qui a une Rolex..."
a écrit le 30/06/2011 à 20:54 :
philantrope malgré vos dires, l'argent est roi surtout chez les nantis
a écrit le 30/06/2011 à 18:11 :
Le système judiciaire américain étant ce qu'il est, une victime qui désire que la vérité soit faite, se doit de poursuivre en accusation jusqu'au bout. Ensuite les dédommagements assurent la clôture tant civile que pénale. C'est l'aboutissement. Poue le reste tout le monde comprends que les aléas de la procédure dépend du ressenti moral des personnes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :