Crise de la dette : les leaders européens contraints d'agir

 |   |  409  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Un défaut sur la dette grecque n'est plus tabou. Un Conseil européen extraordinaire pourrait se tenir vendredi, alors que seront connus les résultats des "stress tests" bancaires.

Une partie de l'avenir de la zone euro se jouera à Bruxelles vendredi. Non seulement on connaîtra les résultats des "stress tests" bancaires qui pourraient réserver de mauvaises surprises sous la forme de nécessaires recapitalisations de plusieurs banques, mais la capitale belge devrait aussi accueillir un conseil européen extraordinaire des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne.

C'est à la fois la conséquence de l'échec de la longue réunion des ministres des Finances (Eurogroupe) de la zone euro mardi, incapables de s'entendre sur les modalités de la participation des investisseurs privés à une nouvelle aide à la Grèce. Mais aussi la pression des marchés obligataires et actions qui ont fait chuter les indices boursiers et croitre les écarts de taux avec la Grèce, l'Irlande, le Portugal, l'Espagne et l'Italie à des niveaux inédits. "Il est primordial que les pays membres de la zone euro et le FMI agissent dans les jours qui viennent pour éviter que la situation échappe à tout contrôle et que la contagion ne s'accèlère", dramatisait mardi l'Institut de la finance internationale (IFI), qui supervise en ce moment les négociations sur la participation des banques à une nouvelle aide à la république hellène.

Risque de contagion

Surtout, le scénario d'un "défaut sélectif", l'option vigoureusement combattue par Jean-Claude Trichet, le gouverneur de la Banque centrale européenne (BCE), soutenu par la France et les pays du sud, devient plus probable, alors qu'il avait été formellement écarté dans une réunion précédente de l'Ecofin. Un tel scénario serait en effet reconnu comme un "événement de crédit" par les agences de notation, et assimilé à un défaut, une qualification qui pourrait entraîner une contagion de la crise à l'ensemble de la zone.

Parmi les propositions, le rachat de ses propres obligations par l'Etat grec et, principalement, celle d'un "swap" d'obligations grecques existantes contre de nouveaux titres à la maturité allongée, a les faveurs de l'Allemagne. Autrement dit, l'Europe pourrait prêter à Athènes les montants nécessaires à une telle opération.

Lors de l'Eurogroupe, les ministres ont décidé de revoir à nouveau les conditions et le champ d'intervention du fonds de sauvetage "zone euro" (FESF), via notamment un allongement des maturités et un abaissement des taux d'intérêt des prêts versés au pays en difficulté, et une dotation supérieure aux 440 milliards d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/07/2011 à 12:16 :
A force de penser pouvoir vivre à crédit sur le dos des générations futures, tous les Français de classe moyenne qui croient que seuls les riches sont privilégiés en France se sont bien mis le doigt dans l??il. Quand 56% de mes revenus en tant que libéral après 10 ans d'études et prêts étudiants (remboursés) ont été prélevés, je n'avais pas les moyens d'avoir un logement décent, et moins que le RMI pour vivre au final en travaillant 50 heures par semaine et +. Travail au noir.. j'ai pas pu en faire, mes clients sont des entreprises. Les 35h... Ça me ferait rigoler si j'avais pas eu tant de mal à survivre. Je pense à tous les privilégiés qui ne se voient pas comme tels parce qu'ils ont la tête dans le sable.. Aujourd'hui, je vis confortablement dans la classe supérieure des "Middle Class"... à l'étranger. Bonne chance à vous tous restés en France qui vont éponger la dette de vos parents sur plusieurs générations pour payer leur retraite anticipée à 57 ans voire moins... Air France, La Poste, SNCF, EDF, qui foutent rien mais surtout qu'on s'attaque pas à leur statut parce qu'à les écouter, ils sont comme les mineurs de fond il y a un siècle. Qu'on arrête de se foutre de votre gueule.. Tôt ou tard il va falloir payer la dette.
Réponse de le 14/07/2011 à 19:39 :
la Tribune 3° topo ! lutte de classes, vous avez quittez le pays, vous êtes heureux, après tant de travail et de désillusions ; mais, vous avez une réelle agressivité à l'égard de ceux qui ne font pas comme vous ! . Il est quand même préférable de rester en France si on veut que les choses changent - ce que vous faites est loin de la lutte de classes... c'est une boutade.
Réponse de le 20/07/2011 à 17:43 :
Il y a beaucoup de vérités là dedans Odette, mais c?est vrai aussi que le pseudo est très mal choisi.
a écrit le 13/07/2011 à 13:34 :
Tout notre système financier est en crise et cela est normal dans un monde ou tout pousse a s?endetter les particuliers comme les entreprises et les états. Depuis le début des années70 on s?amuse a créer de la monnaie virtuelle .Les banques battent la monnaie en lieu et place des états par le biais du crédit. Que l?on s?enrichisse sur le dos du particulier n?est déjà pas vertueux ; qu?on le pratique a grande échelle sur le dos des états est anormal. La dernière invention c?est la notation des états par des agences spécialisées.
L?incompétence des offices de notation Fitch, Moodys, Poors a été démontrée depuis bien avant la crise de 2007 ; On a la preuve aujourd?hui que ces agences ne furent pas toutes blanches lors de la crise des subprimes. En effet, elles avaient pour mission de noter les CDO (collateralised debt obligation) : ce sont des produits financiers qui détiennent plusieurs titres, dont les titres pourris liés aux crédits hypothécaires impossible a rembourser. Ces produits créés de toute pièce ne correspondaient à rien sur l?échelle de notation mais eurent tout de même la meilleure note (AAA). Faut-il y voir une pression des banques.
Ces agences qui a l?origine ont été crée pour noter des entreprises et que la toute puissance de la finance a imposé pour juger de la santé économique des états sont à la base d?un système qui déresponsabilise le politique et qui amplifie la dette de tous les pays de façon artificielle. Rappelons quand même que la dette a pour origine les lois dites Rothschild de M. Pompidou en 1973.Adaptées et amplifiées par le traité de Maastricht article 104 qui interdit aux états de se financer auprès de leur banque centrale et impose de s?endetter auprès des marchés et banques privées, lesquels ne se privent pas de se sucrer largement en intérêts ; Ces intérêts représentent aujourd?hui en valeur, plus que l?argent emprunté La dette à fin 1979 était de 239 milliards d?euros (*), déjà injustifiables ; la dette à fin 2008 s?établit à 1327 milliards d?euros ! Ainsi, entre 1980 et 2008, la dette a augmenté de 1088 milliards d?euros et nous avons payé 1306 milliards d?euros d?intérêts.
Par la grâce de ces fameuses agences, qui suite à leur notation permettent aux marchés de prêter à des taux supérieurs à 8 % alors qu?elles se fournissent à 1% à la BCE les dettes s?emballent ; c?est un cercle vicieux voulu et entretenu par la finance internationale, et le pire ? c?est légal !
Il est temps que cette aberration économique soit battue en brèche, sinon quoique l?on fasse, même avec des mesures drastiques d?économie, nous n?en sortirons jamais.

a écrit le 13/07/2011 à 13:33 :
Tout notre système financier est en crise et cela est normal dans un monde ou tout pousse a s?endetter les particuliers comme les entreprises et les états. Depuis le début des années70 on s?amuse a créer de la monnaie virtuelle .Les banques battent la monnaie en lieu et place des états par le biais du crédit. Que l?on s?enrichisse sur le dos du particulier n?est déjà pas vertueux ; qu?on le pratique a grande échelle sur le dos des états est anormal. La dernière invention c?est la notation des états par des agences spécialisées.
L?incompétence des offices de notation Fitch, Moodys, Poors a été démontrée depuis bien avant la crise de 2007 ; On a la preuve aujourd?hui que ces agences ne furent pas toutes blanches lors de la crise des subprimes. En effet, elles avaient pour mission de noter les CDO (collateralised debt obligation) : ce sont des produits financiers qui détiennent plusieurs titres, dont les titres pourris liés aux crédits hypothécaires impossible a rembourser. Ces produits créés de toute pièce ne correspondaient à rien sur l?échelle de notation mais eurent tout de même la meilleure note (AAA). Faut-il y voir une pression des banques.
Ces agences qui a l?origine ont été crée pour noter des entreprises et que la toute puissance de la finance a imposé pour juger de la santé économique des états sont à la base d?un système qui déresponsabilise le politique et qui amplifie la dette de tous les pays de façon artificielle. Rappelons quand même que la dette a pour origine les lois dites Rothschild de M. Pompidou en 1973.Adaptées et amplifiées par le traité de Maastricht article 104 qui interdit aux états de se financer auprès de leur banque centrale et impose de s?endetter auprès des marchés et banques privées, lesquels ne se privent pas de se sucrer largement en intérêts ; Ces intérêts représentent aujourd?hui en valeur, plus que l?argent emprunté La dette à fin 1979 était de 239 milliards d?euros (*), déjà injustifiables ; la dette à fin 2008 s?établit à 1327 milliards d?euros ! Ainsi, entre 1980 et 2008, la dette a augmenté de 1088 milliards d?euros et nous avons payé 1306 milliards d?euros d?intérêts.
Par la grâce de ces fameuses agences, qui suite à leur notation permettent aux marchés de prêter à des taux supérieurs à 8 % alors qu?elles se fournissent à 1% à la BCE les dettes s?emballent ; c?est un cercle vicieux voulu et entretenu par la finance internationale, et le pire ? c?est légal !
Il est temps que cette aberration économique soit battue en brèche, sinon quoique l?on fasse, même avec des mesures drastiques d?économie, nous n?en sortirons jamais.

Réponse de le 14/07/2011 à 18:59 :
Carly10, merci de ce précieux document qui confirme ce que disent certains économistes et journaux. j'avais lu (mais c'est secondaire) que c'était G. d' Estaing qui avait mis fin à la l'indépendance de la Banque de France .
a écrit le 13/07/2011 à 13:25 :
Il est injuste d'écrire < les leaders européens contraints d'agir >. Pourquoi eux plus que d'autres ? Tremonti , le ministre italien des finances vient de " lâcher le morceau " en déclarant que la crise de l'endettement est le résultat du défaut de correction de ce qui a causé la crise de 2.008 , que les gouvernants et dirigeants du Monde entier avait juré d'éradiquer. Ca a l'air bien vrai puisque le leader européen Trichet se plaint de prêcher dans le désert alors qu'il s'épuise à arroser le désert de ses liquidités qu'il a pourtant dit stérilisées et ainsi pas nocives. Et puis, il y a aussi le brillantissime et théâtral G20 avec son volontarisme bravache qui annoncé ses réformes mondiales ; et son petit frère le G8 qui le soutient, sans oublier ce G2 où ils se tiennent par la barbichette .
a écrit le 13/07/2011 à 12:01 :
je voudrais rappeler a tous que le sport national en Grece, c'est de ne pas payer les impots, les taxes, les peages , et c... Ils seront tres bien en revenant au dragme.
Réponse de le 13/07/2011 à 12:11 :
Et que le sport national en Allemangne est un ultra-protectionnisme national plutôt qu'européen!
Réponse de le 13/07/2011 à 12:40 :
Et le notre est de ne pas payer nos PV et d'employer au black. Nous ne sommes pas non plus exempts de reproches !
a écrit le 13/07/2011 à 10:28 :
Que va t il se passer quand , a force de vouloir reculer l'échéance a coup de reunion, d'accord et de prets, le systeme va s effondrer sous le poids de sa dette, et quel les gens vont se rendre compte qu'ils ont tout perdu (les billets dans leur poche ne valant plus rien) et que ca va être une véritable panique.
Plutôt que d attendre que tout le système soit gangréné , ne vaut il pas mieux couper le membre atteint ??
Considéré la dette comme perdu, c est une perte pour les lobbys financiers (mais ce n est qu'un juste retour des choses), virer la grèce de l europe (ou du moins la mettre au banc). et repartir sur des bases saines plus proches de l allemagne et de certains pays scandinaves.

Bien sur ceci ne se fera pas car on prefere proteger les interets d'un petit groupe d individus qui ne serait ce que par leur finance, sont a meme d aider notre crasse politique a financer leur campagne.

Le resultat de 30 ans d alternance politique (a choisir entre la peste et le cholera , on est toujours malade )


a écrit le 13/07/2011 à 10:07 :
On peut aussi élargir aux USA
http://criseusa.blog.lemonde.fr/2011/07/12/la-dette-federale-structure-roulement-problemes-juillet-2011/
a écrit le 13/07/2011 à 10:00 :
une banque francaise serat declarée en manque de liquidité en fin de semaine
Réponse de le 13/07/2011 à 11:04 :
Vous propager des rumeurs !
Ou mieux encore vous lancer des rumeurs !!
Avez vous trader, quelque BEAR ou CFD en portefeuille ????
Réponse de le 13/07/2011 à 11:30 :
faut il voir du cote de la tour jumelle a la Defense ?
a écrit le 13/07/2011 à 9:29 :
Quand je pense que l'on nous vantait les avantages d'une zone Euros...
Que tout cela s?arrête et que la Grèce abandonne cette devise maléfique et les autres pays suivront; l?effondrement de la zone euro qu'on le veuille ou non est devenu INÉVITABLE.
Certainement que cela ne sera pas évident de revenir aux monnaies nationales pou tout le monde mais entre deux maux il faut choisir le moindre.

Que nos politiques fassent un bilan rapide sinon je crains que la seule candidate a prôner la sortie de l'euro fasse un score mémorable et là en France du moins, on pourra pleurer dans les chaumières - trop tard.!
a écrit le 13/07/2011 à 9:04 :
Pourquoi vouloir imposer à tout prix une monnaie qui ne correspond pas à l'économie d'un pays ? C'est le cas pour la grèce, l'Espagne, l'Italie comme pour la France. L'Euro correspond à l'économie allemande. Le protectionnisme exacerbé et anti-européen de ce pays, malgré les apparences affichées, en font une puissance indéniable. Lorsque l'Allemangne s'enrhûme, l'Europe tousse. Alors que pour nous, et les autres, l'euro pénalise nos entreprises, ou ce qu'il en reste, par sa cherté, ruine notre économie et assouvit notre souveraineté à la puissance allemande.
Réponse de le 13/07/2011 à 10:18 :
Ben voyons! Le retour au franc.... entième du FN et de tous ceux qui voient en l'UE la perte de "notre" souveraineté ( PC, Front de gauche, etc...... Mais de faire quoi? Dévaluer? Ah, visiblement les années 1970 à 1999, années durant lesquelles le franc est passé de 2FF/DM1 à 3.37FF cela ne vous a pas suffit....Non merci. l'euro est bien plus fiable et solide que feu le franc......et non, l'euro n'est pas surévalué mais pour ceux qui défendent vos idées même à 2 euros pour un dollar soit plus de 13 de "vos "francs, l'euro serait encore surévalué....
Réponse de le 13/07/2011 à 11:56 :
Et nos entreprises partent hors frontières chercher des mains d'oeuvres à bon marché pour être compétitives ! C'est ça le bel Euro fort et puissant ? Je vous le laisse.
Réponse de le 13/07/2011 à 14:18 :
Merci. je compte bien le garder car ce n'est pas l"euro qui est responsable des délocalisation mais le peu de qualité des produits français et le manque d'innovation. Les allemands, encore eux, n'ont aucun problème pour vendre, bien au contraire.... votre point de vue est symptomatique d'un mode de fonctionnement basée sur les dévaluations pour prendre des parts de marché. Si le produit est bon, et correspond à la demande, il se vend.Si les entreprises délocalisent, ce n'est pas l'euro mais les entreprises et l'état.... mais bon....Ca vous les avez déjà, mais tirer sur l'euro est plus commode.
Réponse de le 13/07/2011 à 15:23 :
Et bien, vous voyez que nous sommes d'accord, l'euro correspond bien à l'économie allemande et non à la notre, ni à celle de pays comme la Grèce ! Donc vivement le Franc ! Comme le prônait M. Maurice Allais, seul prix nobel français d'économie.
Réponse de le 13/07/2011 à 16:01 :
Vos raccourcis franco-français ont été la perte de l'économie française....et nous ne sommes absolument pas d'accord conrairement à ce que vous pouvez croire.... Vive l'euro! Aux français ( les entreprises) de s'adapter!
Réponse de le 13/07/2011 à 17:57 :
Et oui ! Les aléas de l'histoire font qu'il y a 70 ans, les franco-français de l'époque étaient appelés "résistants", alors que les autres étaient des "collabos". A chaque époque sa morale !
a écrit le 13/07/2011 à 9:00 :
Ça c'est le fin d'une civilisation. Les nouveaux vont prendre la place de l'Europe, qui va devenir une puissance de 2eme main. Les européens vont être obligés a renoncer a une partie de leur confort.
Réponse de le 13/07/2011 à 11:56 :
"renoncer a une partie de leur confort" : vous voulez dire ne pas vivre au-dessus de ses moyens ?
Réponse de le 14/07/2011 à 19:12 :
Paul, Non ! ce ne sera pas la fin de notre civilisation car De Gaulle disait " la France éternelle ", il ne connaissait pas Sarkosy et celui-ci ne connaît pas la profondeur de la France profonde.
a écrit le 13/07/2011 à 8:51 :
Je pose une question simple.
Pourquoi certaines personnes ont prévu depuis longtemps ce qui arrive et pas les autres?
Essayons de répondre a cette question.
Les personnes qui ont prévu ce qui arrive sont-elles plus intelligente? Personnellement je ne pense pas,les compétences sont des 2 cotés.
Les protagonistes ont-ils les même éléments pour juger? je pense que oui
Ceux qui n'ont pas vu venir ce qui arrive ont-ils ne pas voulu le voir?
C'est la que ça commence a se corser comme dirait Napoléon.
Avaient-ils des intérêts a ne pas le voir? Je pense que oui,ils ont cru que ça pourrai tenir jusqu'au élections.
Conclusions:Pas d'incompétence,mais une volonté de cacher la vérité ce qui est a mon avis pire que l'incompétence.Ce qui démontre que le pouvoir n'est pas compatible avec la réalité et que les politiques n'ont qu'un but se faire réélire et sutout a n'importe quel prix!
a écrit le 13/07/2011 à 8:50 :
Le seul signal crédible que l'on puisse donner est l'engagement ferme de casser de la dépense et de revenir à des budgets en équilibre. Nos gouvernants manquent de courage, tout simplement, et veulent croire que les petits mots et petites phrases vont permettre de continuer comme avant: quel manque de vista!
a écrit le 13/07/2011 à 8:50 :
tapez "world debt clock" dans un moteur de recherche vous verrez que nous vivons à crédit ce n'est pas logique, on dépense de la valeur qui n'est pas encore produite. en + des milliards sont claqués dans l'armée pour aller tuer des civiles africains et piller leurs ressources naturelles. le modèle américain n'est pas viable, macdo cocacola obésité colonialisme loi du + fort croissance perpetuelle inhumanité. vivement que ca pete. et Solidarité aux Indignés.
a écrit le 13/07/2011 à 8:49 :
L?aberration réside également dans l'incapacité des Etats d'emprunter aux banques centrales, tandis que les banques parasites, elles, prêtent aux Etats a des taux honteux, en n'apportant aucune valeur ajoutée autre que sucer le sang des impôts du peuple. Le jour ou les politiques Européens et Nationaux auront le courrage de remettre ca en ordre, le pb de la dette disparaitra instantanément. Ha mais j'oubliais, il faudrait qu'ils acceptent également de ne pas trouver de fauteur d'administrateur dans les banques parasites à la sortie de leur mandat d'Elu.. c'est peut-etre là que ca coince, non ?
a écrit le 13/07/2011 à 8:25 :
Qui est responsable de la situation d'endettement insupportable des états des régions et villes ? qui a trafiqué les comptes de la gréce pour rentrer dans les critères de l'Europe ? les hommes politiques et personnes d'autre ! Sont ils responsable ? NON parce que en démocratie c'est pour le bien du peuple qu'ils agissent. Qui peux résoudre ces problèmes ? certainement pas ceux qui les ont crées cars ils n'ont toujours rien compris à l'Économie et a la Fiance.
a écrit le 13/07/2011 à 7:59 :
Quel est le politique visionnaire dans cette affaire et qui prédit depuis longtemps la fin de la monnaie unique et un retour au franc dévaluable par la simple volonté politique du gouvernement francais ?...
Refuser une dévaluation c'est favoriser la prise de bénéfice des créanciers (des banques) au détriments des peuples qui crèvent et qui devront rembourser sur plusieurs dizaines d'années quitte a sacrifier un génération entière.
N'oublions dans cette affaire que se sont les banques qui ont échanger des subprimes virtuels qui ont plongé l'économie mondiale dans l'abime et que ces meme banques ont été soutenus par l'argent des meme peuples qui vont crever pour assurer non pas la survie mais les profits de ces memes banques.
retournons a notre franc dévaluons le nous souffrirons peut etre 10 ans avec de l'inflation et des baisses de pouvoir d'achat mais il ne sera plus necessaire d'attendre 120 ou 150 ans pour avoir des finances saines car nous sommes dans cette triste situation. Il est assez triste de penser que ce raisonnement simple n'est tenu que par Mme Le Pen et effleurer par M. Chevenement. Le choix pour une politique monnétaire volontariste et non dépendant des banque risque d'etre très restreint en 2012 amoins que l'UMP et le PS réfléchissent enfin a des politiques à long terme, quitte a faire souffrir le peuple pendant 10 ans (il faudra payer un prix de 30 ans de mauvaise gestion nous n'y échapperons pas).
Réponse de le 13/07/2011 à 13:24 :
Attendre que l'UMP et le PS refléchissent sur l'euro ou le retour au franc? Vous n'y pensez même pas ! Ils sont les champions du politiquement correct, au nom de la démocratie, et la bien-pensance. Nous n'avons même plus le droit de penser autrement qu'eux, sous peine d'être traité de fachos, de communistes et j'en passe des meilleurs. Alors, vive la démocratie ! Puisse qu'elle n'est pas dictature! A ce qu'ils en disent...
a écrit le 13/07/2011 à 7:59 :
Quel est le politique visionnaire dans cette affaire et qui prédit depuis longtemps la fin de la monnaie unique et un retour au franc dévaluable par la simple volonté politique du gouvernement francais ?...
Refuser une dévaluation c'est favoriser la prise de bénéfice des créanciers (des banques) au détriments des peuples qui crèvent et qui devront rembourser sur plusieurs dizaines d'années quitte a sacrifier un génération entière.
N'oublions dans cette affaire que se sont les banques qui ont échanger des subprimes virtuels qui ont plongé l'économie mondiale dans l'abime et que ces meme banques ont été soutenus par l'argent des meme peuples qui vont crever pour assurer non pas la survie mais les profits de ces memes banques.
retournons a notre franc dévaluons le nous souffrirons peut etre 10 ans avec de l'inflation et des baisses de pouvoir d'achat mais il ne sera plus necessaire d'attendre 120 ou 150 ans pour avoir des finances saines car nous sommes dans cette triste situation. Il est assez triste de penser que ce raisonnement simple n'est tenu que par Mme Le Pen et effleurer par M. Chevenement. Le choix pour une politique monnétaire volontariste et non dépendant des banque risque d'etre très restreint en 2012 à moins que l'UMP et le PS réfléchissent enfin a des politiques à long terme, quitte a faire souffrir le peuple pendant 10 ans (il faudra payer un prix de 30 ans de mauvaise gestion nous n'y échapperons pas).
a écrit le 13/07/2011 à 7:57 :
Pour se rendre compte de la perte de pouvoir d'achat de l'euro, il ne faut pas tenir compte de la parité EUR/USD mais plutôt les cours croisés de l'euro et des dollars australien, néozélandais, canadiens et franc suisse. En ce moment un euro achète 1.67 dollar néozélandais par rapport à 2.30 $NZ voilà encore 2 ans.... 1.34 $AUD par rapport à plus de 1.80 voilà 2 ans, 1.18 FS par rapport à 1.50 voilà encore 18 mois et 1.35 $CND par rapport 1.60 voilà 18 mois....certes par rapport au dollar il bouge peu car le dollar baisse lui aussi......seul par rapport au sterling, l'euro reste inchangé à 89p!!! Eh oui, il n'y a pas que le USD!
a écrit le 13/07/2011 à 7:45 :
Je ne connais rien à la finance, mais je me dis que plus l'europe sera en mauvaise santé et plus les états-unis paraîtront bien se porter. A qui profite le crime ?
Réponse de le 13/07/2011 à 13:14 :
A la Chine, car là, ce n'est pas du paraître, mais bien du réel. Cela s'est confirmé quand ce pays nous a imposé de ne pas recevoir le Daîlama. De puissance économique incontetable, elle devient puissance politique, et ne tergiversera pas comme les occidentaux. On peut en être sûr.
a écrit le 13/07/2011 à 7:44 :
Il est grand temps de mettre en palce une europe fédérale qui règlerait les problèmes d'attaques des marchés financiers. regardez aus USA, au départ de Scwarzeneger, la californie était en situation de quasi faillite, et le dollar n'a pas été attaqué pour autant ....
a écrit le 13/07/2011 à 7:44 :
MOI JE VOUS DIS , L'UE EST UN AUTRE PROBLEME MAIS CE N'EST PAS URGENT . CE QUI EST IMPORTANT C'EST QUE CES AIDES NE SERVENT RIEN AUX PEUPLES . ILS SERVENT A SAUVER LES BANQUES ET A ENRICHIR LES SPECULATEURS DONC NOUS CONTRIBUABLES QUI PAIENT . ET CES FAMEUSES AGENCES DE NOTATION , CE SONT TOUT CA QU'IL FAUT SUPPRIMER
a écrit le 13/07/2011 à 7:22 :
BOF QUE ÇA S EFFONDRE TOUT ÇA !
de toute façons ca ne pouvais pas fonctionner , une fois tout ca fini , la donne des cartes sera différente , je crois pour tout le monde. ce qui me fait rire c est tout c est trader , banquiers , enfin tout ces toujours plus , qui vont ce retrouvez avec plein de dollars , plein de euros , mai qui auras de valeur que de papier toilette , est encore ca je suis pas sur , car ils jouent avec de l argent virtuel , et pas avec de l argent papier .
Réponse de le 13/07/2011 à 13:00 :
Comment veux tu être pris au sérieux!!!
a écrit le 13/07/2011 à 7:16 :
Le problème ne vient-il pas du fait que la zone euro et l'UE dans son ensemble est une zone désunie? Les prises de décision sont lentes et multiples, la réactivité laborieuse et le sentiment que les états jouent solo est de plus en plus avérée? Regardons les autres pays ou ensembles. Les USA, pays fédéral plus endetté que l'EU mais les USA sont un ensemble cohérent et homogène. La Chine,... le Japon, etc.... seule l'EU semble bancale. Union d'états qui voudrait agir comme un ensemble fédéral avec une monnaie mais qui n'a pas et ne se donne pas les moyens de son ambition. Nous serons toujours la traîne moins que....Les speculateurs jouent contre nous ou nos états car ils savent que la zone euro est fragile même si notre monnaie est solide. Pour lui assurer la pérénité, la zone euro devra en faire beaucoup plus et sûrement lui accorder cet état fédéral qui lui fait défaut. On ne pas pas avoir une monnaie tel l'euro sans un état fort, fut -il fédéral, pour la soutenir! Alors messieurs les politiques, agissez!
Réponse de le 20/07/2011 à 17:37 :
Ah oui ? Des républiques entourées de monarchies ! En faire un état fédéral ? Quelle idée saugrenue ! Ou, comme aujourd?hui, se mettre encore plus sous la coupe de la puissante Allemagne ? A quoi nous a servi 1945 ? Vive la liberté.
a écrit le 13/07/2011 à 6:59 :
La France en situation "très délicate" et mal placer pour donner des leçons.....En regardant les chiffres de France trésors (site aft.gouv.fr) publié en juin 2011 on s?aperçoit que la dette négociable a augmenté de près de 7 % sur 1 an, pour s'établir à près de 1 294 milliards d'euro pour 2011 contre 1 209 en juin 2010 en augmentation sur 1 an de près de 85 milliards d'euros. Le besoin en financement de l'état français s'établie pour 2011 à près de 236.8 milliards d'euros....Si avec ces chiffres personne n'est convaincue que la France est dans une situation budgétaire plus que délicate et qu'il faut supprimer les niches sociales et fiscales alors on va droit dans le mur....
Réponse de le 13/07/2011 à 7:30 :
je vous rassure, ... on va droit dans le mur...
Réponse de le 13/07/2011 à 8:55 :
Patbetton nouveau ministre des finances de Mme Aubry
a écrit le 13/07/2011 à 6:42 :
Les Grecques ne veulent pas rembourser, très bien écoutons les et agissons de même.
Le système capitaliste court à sa ruine de toute manière, profitons de cette opportunité pour créer un système économique durable.
Réponse de le 13/07/2011 à 7:29 :
Ha! oui, lequel?
Réponse de le 13/07/2011 à 7:46 :
Et entre temps, vous serez ruiné ! Oui vous pas le voisin !
Le livret A disparu, les assurances vie envolées, et vous au chomage SANS allocation !
Belle perspective
Réponse de le 13/07/2011 à 10:16 :
en fait ne serait ce pas la 3° guerre mondiale qui se profile tout doucement et de plus encore une fois en .....EUROPE beaucoup d'interêts pour ce genre de catastrophe renouvellement de demographie vente d'armes ( comme les missiles à 13000 euros piece larguées en lybie ) de toutes facons cela profitera à certains
Réponse de le 13/07/2011 à 11:08 :
@Maxime,
Non, pas de guerre, mais la pauperisation !!!
Car nous vivons au dessus de nos moyens depuis 30 ans !
La France et les français etaient riches : Donc pouvaient faire de la dette !!
Maintenant, nous somme devenu pauvre, et la dette c'est FINI !
De plus, nous feront a marche forcé des reforme anti sociale et anti etatique !! Les meme que la Suede ou le Canada ont fait il y a 20 ans !!!
Réponse de le 13/07/2011 à 11:43 :
@ GG : ce que vous dîtes , c'est ce que l'on va bientôt entendre de nos politiques pour justifier de l'austérité et de la baisse de tous les acquis sociaux, comme en Grèce. Seulement, quand vous lisez les rapports de la cours des comptes vous notez que chaque années c'est 172 Milliards d'euros qui sont transmis aux multinationales par baisse d'impôts et divers mécanismes, soit un transfert supérieur au déficit de l'état. C'est donc l?appauvrissement des peuples pour le plus grand plaisir des multinationales et des banques (qui sont derrières).
Réponse de le 13/07/2011 à 12:30 :
@ Candide
Bravo pour votre remarque plein de bon sens.
L'état donne 172 mds d'euros par an, et le CAC 40 fait 80 Mds de bénéfice.
Donc arretons les subventions et le 92Mds restant serviront à payer les quelques millions de chomeurs.
On se demande pourquoi la solution n'est pas de mettre tout le monde au chomage en taxant les profits des entreprises disparues.
a écrit le 13/07/2011 à 6:19 :
La crise grecque et les difficultés de son règlement prouvent, une fois de plus, la fragilité économique de l'Union européenne et le manque de coordination de ses dirigeants à juguler une crise qui risque d'affecter les autres pays endettés. Il serait temps d'instaurer un gouvernement économique européen qui aurait toute latitude pour gérer notre monnaie commune et donner ainsi une plus grande cohérence face aux marchés.
a écrit le 13/07/2011 à 6:14 :
Ce dont personne ne parle, ou n'ose parler, ce sont des dettes cumulées des 27 et, en particulier, de celles non détenues par des résidents Europe. Leur remboursement doit être envisagé, sauf à considérer qu'il s'agit de "dettes perpétuelles par omission" dont seuls les intérêts sont servis.
a écrit le 13/07/2011 à 6:14 :
Ce dont personne ne parle, ou n'ose parler, ce sont des dettes cumulées des 27 et, en particulier, de celles non détenues par des résidents Europe. Leur remboursement doit être envisagé, sauf à considérer qu'il s'agit de "dettes perpétuelles par omission" dont seuls les intérêts sont servis.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :