Sommet de la zone euro : un gouvernement français très (trop ? ) optimiste

 |   |  305  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le sommet des dirigeants de la zone euro prévu jeudi enverra un "message fort" au plus haut niveau pour éviter une contagion de la crise de la dette, a déclaré mercredi François Baroin. Alain Juppé s'est également déclaré optimiste et Nicolas Sarkozy rencontre ce mercredi Angela Merkel pour apaiser les tensions.

Le ministre français de l'Economie, François Baroin est plus optimiste que Angela Merkel pour trouver une solution à la crise grecque jeudi. Concrètement, cette réunion devrait selon lui aboutir à "des taux plus bas, des durées plus longues et donc, une plus grande souplesse pour la Grèce pour gérer dans la durée sa tension sur la dette souveraine", a-t-il déclaré. Il parle de "très large convergence de vues" alors que la chancelière allemande Angela Merkel, de son côté, a prévenu qu'il ne fallait pas attendre de ce sommet plus que de raison, lors d'une conférence de presse mardi.

Selon François Baroin ce sommet permettrait de "franchir une étape supplémentaire et essentielle" pour garantir les conditions d'un nouveau programme pour la Grèce et rendre "plus soutenable" la dette de ce pays. Il a confirmé l'idée d'un "accompagnement équilibré" entre la participation publique des Etats et la participation privée.

"C'est un message fort qui devra être adressé demain au plus haut niveau décisionnel, c'est un engagement", a-t-il assuré. Le ministre a insisté sur le fait que "quoi qu'il arrive, l'Europe, les chefs d'Etat, de gouvernement, les institutions européennes (...) garantiront la stabilité de la zone euro".

Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, s'est également voulu optimiste. "Je suis convaincu qu'on trouvera un accord", a-t-il dit sur LCI.

Les chefs d'Etat et de gouvernements de la zone euro doivent se réunir jeudi à Bruxelles afin de déterminer les modalités du second plan d'aide à la Grèce et éviter une contagion de la crise de la dette.

De son côté, Nicolas Sarkozy rencontrera mercredi après-midi à Berlin la chancelière Angela Merkel pour préparer ce sommet, a annoncé l'Elysée dans un communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/07/2011 à 17:23 :
Mais ne comprennent-ils donc pas que nous ne voulons plus de l'europe !
Réponse de le 21/07/2011 à 0:21 :
Le problème ce n'est pas l'Euro mais l'Allemagne. C'est de l'Allemagne qu'il faut se débarasser et tout ira mieux. L'Europe aux Européens, elle n'est pas à vendre.
a écrit le 20/07/2011 à 17:14 :
"quoi qu'il arrive, l'Europe, les chefs d'Etat, de gouvernement, les institutions européennes (...) garantiront la stabilité de la zone euro"

traduction: on fera n'importe quoi pour sauver l'euro, préparez-vous au pire; en vrac, hausse d'impôts, hausse des prix, baisse des salaires...ect

l'important pour ces "responsables", ce n'est pas la santé économique du pays (grèce ou un autre) mais la conservation de l'euro, quel qu?en soit le prix.
a écrit le 20/07/2011 à 13:29 :
Et si l'on jouait à " qui perd-perd " !
A voir l'affolement qui règne jusqu'à l'emballement des dates (au Courrier International c'est déjà le 21/07 !), l'ambiance s'annonce toujours au top niveau ! Quant à ce qu'ils pensent de leurs situations, (nous nous n'avons plus grand chose à perdre depuis longtemps !), point n'est besoin de la commenter...les lire suffit amplement à comprendre le "chambardement" qui se prépare :
" Si l?Italie chute, l?euro et l?Europe aussi. Courrier International - ?Il y a 3 heures
La crainte d?une contagion de la crise liée à la dette italienne inquiète les responsables européens. L?avenir de l?Europe est en jeu.
21.07.2011
La faiblesse politique de l?Italie combinée à celle de l?Europe risque de provoquer un cataclysme d?envergure historique. La nouvelle dépréciation qui s?est abattue hier sur nos emprunts d?Etat et sur notre Bourse ne reflète pas tant un avis négatif sur la réforme économique à peine adoptée qu?un pari sur l?association néfaste de ces deux crises. Si les marchés financiers déchaînent leur toute-puissance inquiétante sur l?Italie, c?est parce qu?il apparaît qu?un affaiblissement trop important de notre pays peut mener l?euro à sa perte."
"Nous méritons de faire faillite...
Cécile Chevré
... et cela pourrait nous arriver plus vite que prévu
Nous méritons de faire faillite. Oui, nous, l'Union européenne, la zone euro, la France
Nous avons des dirigeants absurdes. Des menteurs. Regardez les résultats des derniers stress tests bancaires.
Mensonge 1 : les banques européennes sont en bonne santé
Nous savions déjà que la méthode était discutable ? ne pas prendre en compte les conséquences de la faillite d'un Etat sur la solidité des banques européennes alors que c'est justement le problème n°1 auquel nous sommes confrontés en ce moment.
20 banques devaient être recalées ? sur 99 testées. Mais ce ne sont que 9 malheureuses petites banques qui échouent à cette mascarade de stress tests : 1 banque autrichienne, 1 allemande, 2 grecques et 5 espagnoles. Et encore, elles n'auraient besoin "que" de 2,5 milliards d'euros supplémentaires pour être hors de danger.
C'est un mensonge, tout simplement. Un mensonge parfaitement organisé et pensé par les autorités européennes. Les banques européennes ont dans leurs coffres pour environ 100 milliards d'euros de dettes grecques, portugaises et espagnoles.
Qu'avons-nous à gagner à une telle forfaiture? Absolument rien, car personne n'est dupe.
Ce que les dirigeants de la zone euro veulent à tout prix cacher, c'est que la situation financière des banques européennes est telle qu'elles sont en fait maintenues en vie par la BCE.
La BCE joue le rôle de grand salvateur dans cette affaire. Elle soutient les banques grecques, espagnoles, irlandaises. Elle empêche le Portugal, l'Italie, l'Irlande, la Grèce et l'Espagne de faire défaut.
Comme nous vous l'expliquions lundi dans la Quotidienne, la BCE danse sur un volcan en éruption. Ses réserves et fonds propres ne représentent que 4,3% de ses actifs. Or ces actifs ne font pas rêver : de la dette des PIIGS, des créances pourries d'à peu près toutes les banques de la zone euro. Il suffirait que la valeur de ces actifs chute de 4,3% pour que la BCE soit en situation de faillite.
Combien faudra-t-il à votre avis pour que les dettes souveraines des pays périphériques de la zone euro perdent 4,3%, ou que les créances douteuses que les banques européennes ont confiées à la BCE s'effondrent ? Il y a de grandes chances pour que la BCE soit déjà en faillite.
Mensonge 2 : le problème grec pourra être résolu ? et la zone euro sera maintenue
Si vous écoutiez l'interview de François Baroin ce matin sur France Info, vous aviez l'impression qu'en fait tout allait bien. Alors certes, il y avait encore quelques ? toutes petites ? discussions entre les différents Etats européens sur les modalités d'aide à la Grèce, mais des broutilles.
Pour résumer l'intervention de notre ministre des Finances :
- la Grèce ne fera pas défaut
- les pays européens sont en grande partie d'accord sur ce qu'il faut faire pour aider la Grèce
- les banques seront volontaires pour participer à ce second plan d'aide à la Grèce
- la stabilité de l'euro sera maintenue
Et quant à savoir si les contribuables ? en particulier français ? allaient devoir payer pour la Grèce, notre ministre des Finances n'a tout simplement pas répondu.
Si c'était la résolution de la crise grecque était si simple, nous ne serions pas en train d'en discuter plus d'un an après. Ce qu'oublie de dire Monsieur Baroin, c'est que le problème ne se cantonne évidemment pas à la Grèce.
Imaginons que nous payons effectivement la facture grecque, aurons-nous les moyens ? ne parlons pas de l'envie, elle n'est déjà pas très forte pour la Grèce ? de sauver les autres pays en détresse financière?
Les Européens peuvent s'agiter autant qu'ils veulent, se plaindre de l'excessive sévérité ou de l'injustice des agences de notation, la réalité est la suivante : la crise souveraine est contagieuse. Espagne, Portugal, Irlande, Italie... et bientôt, la France ?
Mensonge 3 : la France ne peut pas perdre son AAA
Car de plus en plus d'observateurs anglo-saxons soulignent la fragilité de la situation française.
C'est ce qu'explique mon collègue Matthew Lynn dans le dernier numéro de la version britannique de MoneyWeek. L'euro, qui devait favoriser les exportations tricolores, n'a en fait pas eu l'effet escompté sur notre économie.
La preuve, notre balance commerciale déficitaire. Comme le rappelle Le Monde, notre déficit commercial atteint des records: "Le déficit commercial de la France s'est encore creusé en mai, battant un nouveau record pour la troisième fois depuis le début de l'année, à 7,42 milliards d'euros contre 7,17 milliards en avril, en données corrigées des variations saisonnières, ont annoncé les Douanes jeudi 7 juillet".
Le déficit de la France atteint 90% du PIB et devrait augmenter à 95% en 2012. Ce qui signifie que contrairement aux Italiens par exemple, au lieu de réduire notre endettement, nous l'augmentons.
Selon la Banque des règlements internationaux, la France est d'ailleurs le quatrième plus gros émetteur de dettes au monde (après les Etats-Unis, le Japon et l'Italie). Inquiétude supplémentaire, une grande partie de notre dette (37%) est détenue à l'étranger ? ce qui est bien plus que pour l'Italie (24%), les Etats-Unis (19%) ou le Japon (1%).
Ces détenteurs étrangers ? des fonds essentiellement ? risquent d'être les premiers à paniquer en cas de menace sur la notation française et ainsi faire exploser le rendement des obligations françaises : c'est l'engrenage fatal que nous connaissons bien maintenant en Europe.
La conclusion de Matthew Lynn ? La France pourrait être le prochain domino européen à tomber, et le prochain pays à perdre son AAA. Le vacillement de la France a de grandes chances d'être fatal à la monnaie unique dont nous sommes pourtant les créateurs.
Réponse de le 20/07/2011 à 14:04 :
C'est vrai, la complaisance des médias et politiques français sur la situation réelle 1. de l'euro et 2. des finances francaises, commencent reellement a peser. C'est scandaleux cette attitude de vouloir toujours positiver sur tout et de cacher l'ampleur du probleme. le gouvernement anglais a pris ses responsabilites il y a un an maintenant, il a meme ete elu sur la promesse de reduire le deficit, est-ce qu'une telle chose arriverait à la France?? on en doute.
Réponse de le 21/07/2011 à 20:29 :
Albanova, Merci de long commentaire, hélas qui confirme ce que nous lisons çà et là ... Le " Nation Presse Magazine N° 17 - la France à bout de souffle :87 millions d'euros ! C'est la somme que N. Sarkosy, guerrier en Lybie coûterait au contribuable français. Pire, la France serait à court de certaines munitions comme des bombes de 250 et 500 Kg guidées par laser de type GDU, le Pentagone devant se charger de combler ces manques... après trois mois de raids aériens, de missions de renseignement, de blocus maritime contre ce pays , l'armée française est à bout de souffle.
a écrit le 20/07/2011 à 13:07 :
le problème d'Adam , c'était EVE
Le problème de l'Europe, c'est Angela
..... encore et toujours !
a écrit le 20/07/2011 à 11:35 :
la meilleure façon de juguler la dette est bien de montrer l'exemple et non de dire faites ce que je dit ne faites pas ce que je fais;ex: subventionner les heures sup,la prime de 1000euros,la prime des senateurs,les deux déplacements semaine,la tva a 5,5 dans la restauration,le nombre exagéré d'élus etc etc


a écrit le 20/07/2011 à 11:05 :
bla bla bla, comme toujours, nos élus s'attaquent aux conséquences mais pas aux causes de la crise... tant que le système financier mondiale reposera sur le mécanisme de l'USURE, rien ne pourra empêcher son effondrement !
Ceux qui possèdent le pouvoir sont ceux qui contrôlent la monnaie... et je ne vois pas ces gens là renoncer à leur pouvoir....
Alors, préparer vous à une vie moyenâgeuse, j'ai pitié pour nous tous !
Réponse de le 20/07/2011 à 13:04 :
"système financier mondiale reposera sur le mécanisme de l'USURE[...]" resumer le systeme financier au mot "usure" c'est plutot déroutant. Le système financier a certe des point negatifs -comme tous systemes- mais il ne faut pas pour autant en oublier les points positifs. Ensuite je ne sais pas si tu est deja aller en grece mais je pense qu'il ya de gros probleme de gestion et cela depuis bien longtemp. On s'attaque au consequence pour eviter que le probleme ne se repande en europe. On ne s'attaque pas au cause puisque elle ne nous concernait pas a l'origine du problème.
cordialemment
Réponse de le 20/07/2011 à 13:34 :
Absolument, Martine. Et je suis content, quelque part, que la prise de conscience générale arrive enfin. En fait, le signal de la cote d'alerte pourrait être que les médecins finissent par se plaindre de ne pas gagner autant que les traders. Mais ce n'est qu'un exemple, il en existe bien d'autres. A nous de sortir de notre condition forcée. Personne d'autre ne le fera à notre place.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :