Eurogroupe : une solidarité devenue inéluctable

 |   |  686  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : B. Paget 2008)
Les crises actuelles de l'euro font l'objet de solutions techniques alors que la vraie question posée est politique : c'est celle de la nécessaire solidarité entre les membres de l'euro. Les calendriers électoraux et les égoïsmes nationaux occultent aujourd'hui le débat européen. Faudra-t-il attendre d'être au bord du gouffre pour que les membres de l'Eurogroupe affirment leur solidarité ?

La question grecque fait irrésistiblement penser à un ancien sketch humoristique. Sur scène, un prestidigitateur exécute des tours ; un compère dans la salle se fait passer pour un spectateur et annonce à l'avance ce que l'artiste va faire. L'artiste, dépité, finit par s'enfuir dans les coulisses.

De même, les salles de marché égrènent ce qui attend la Grèce et la zone euro : « Un prêt à la Grèce... ne suffira pas... Un mécanisme d'assistance... sera insuffisant... La Grèce fera défaut... Le Portugal suivra... Fin de la zone euro. »

Sur la scène, les acteurs politiques s'appliquent à jouer le rôle du prestidigitateur. Mais on s'inquiète : s'enfuiront-ils dans les coulisses ?

Pour l'heure, certaines initiatives telles que la création du Fonds européen de stabilité ont été bien utiles. Mais force est de constater que les marchés estiment que c'est souvent trop peu et trop tard. Il est vrai que les gouvernements et les institutions sont confrontés à un enjeu considérable : la monnaie unique. Cette dernière reste entourée de solides tabous : pas de garantie mutuelle entre États (« no bail-out ») et pas de « défaut » grec.

L'euro était né bancal, au grand dam de ses fondateurs :...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :