Royaume-Uni : 34.000 policiers de moins d'ici 2015

 |   |  126  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
L'Inspection de la police britannique a annoncé ce jeudi, que 34.000 postes de policiers seront supprimés dans le cadre des restrictions budgétaires.

Les forces de polices compteront dès 2015 209.800 membres contre 243.900, aujourd'hui. C'est 14% d'effectifs en moins pour le Royaume-Uni qui opère à ses coupes budgétaires dans la douleur. Conscient des difficultés qu'imposent ces restrictions, le vice-Premier ministre Nick Clegg a annoncé, résigné : "beaucoup trop de policiers remplissent des formulaires ou sont assis derrière leur bureau au lieu d'être sur le terrain".

La décision s'appuie sur un rapport de l'Inspection qui estime que ces suppressions de postes entraîneraient parallèlement une hausse du taux de criminalité de 3%.

Ainsi, le nombre de policiers reviendrait au même niveau que l'année 2001. Yvette Cooper du parti travailliste (opposition) a dénoncé "une prise de risque irresponsable sur la criminalité et la sécurité publique".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2011 à 12:22 :
tiens c'est bizarre, quand c'est à l'étranger il n'y a plus d'antifonctionnaire de base qui crie victoire!
le résultat sera rapide en terme de budget, mais la dégradation encore plus dure à effacer!
le cours termisme classique de la société trop libérale!
Réponse de le 22/07/2011 à 17:16 :
On pourrait diminuer le nombre de policiers de 50 % et obtenir de meilleurs resultats en terme de securite. De nombreux policiers n'ont aucun contact avec la rue, ils remplissent des formulaires. Le deficit est catastrophique en Grande- Bretagne et le gouvernement n'a plus le choix. La France devra bientot faire de meme qu'on le veuille ou non.
Réponse de le 22/07/2011 à 18:13 :
Alan John et en Français la police que croyez vous qu'il font..........
a écrit le 22/07/2011 à 12:00 :
Remercions les grands de ce monde,qui pour avoir toujours plus de profit,relegue une partie des citoyens comme ne meritant pas de vivre en securite,d'avoir acces aux soins,de manger a sa faim ou de vivre tout simplement.
Nous sommes leurs serfs et eux ont droit de vie ou de mort sur nous.
Si seulement j'avais pu naitre pendant les trentes glorieuses....
Réponse de le 24/07/2011 à 2:06 :
rb vous auriez fait quoi pendant les 30 glorieuses, vous n'argimentez pas vôtre commentaire juqu'au bout.
Réponse de le 10/08/2011 à 6:54 :
le risque est là justement un sentiment d'avoir deux générations une qui a vu chaque jour meilleur, bénéficier d'un emploi plus aisé à avoir et a pu gaspiller alors qu'une autre voit chaque jour empirer, subir le chomage et se restreindre.

Même si comme toute généralisation c'est abusif, cela pourrait sur le long terme provoquer un confit générationnel.
a écrit le 22/07/2011 à 11:40 :
Celà veut dire 3,4 % de taux de violençe de tous genre en plus.
a écrit le 22/07/2011 à 11:32 :
Quid de la sécurité des JO de 2012 ??
Réponse de le 24/07/2011 à 2:09 :
Photoscope, vous pensez à au JO de 2012, mais nous sommes en juillet 2011, je ne sais même pas çe que je vais aujourd'hui, à part aller me coucher.
a écrit le 22/07/2011 à 11:02 :
je préfère qu'on supprime des emploi de gendarmes ou policiers ( et investisse dans les radars, et caméras de surveillance) .. que des emplois d'instituteurs ou professeurs !
Réponse de le 22/07/2011 à 18:17 :
boic5530 vous dites que vous préfèrez qu'on investisse dans les radars et les caméra de surveillance, je pense que vous n'avez pas eue de bons souvenrs de vôtre période scolaire pour écrire un telle propos.
Réponse de le 09/08/2011 à 9:46 :
@Pathfinder: Parlez vous francais? J'ai l'impression que vous ne comprenez rien...
a écrit le 22/07/2011 à 6:44 :
On remarque déjà la conséquences du plan de de rigueur : dans certains quartiers de Londres, il n'y a quasiment plus de nettoiement des rues... Le pire sera pour la santé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :