Fin des "carabistouilles" en Belgique ?

 |   |  283  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Plongée depuis treize mois dans une impasse politique, la Belgique a fait un pas vendredi vers une sortie de crise après l'accord conclu entre les huit principaux partis du pays de participer à des négociations en vue de la formation d'un nouveau gouvernement.

Un accord validé entre les partis politiques pourrait mettre fin à l'absence de gouvernement en Belgique. Cette nouvelle, loin d'être insignifiante, est le premier signe d'un éventuel déblocage de la situation depuis la rupture des négociations en septembre sur la formation d'un gouvernement fédéral.

Les responsables des huit principaux partis ont esquissé le contour des étapes qui pourraient mener à un accord, a annoncé Elio Di Rupo, chef de file francophone des socialistes wallons chargé par le roi des Belges de former un gouvernement, dans un communiqué publié  ce vendredi. "Vendredi matin, à l'issue d'une longue nuit, les huit partis sont d'accord : on partira de la note du formateur. Malgré l'incertitude qui plane toujours au-dessus de ces négociations, l'avis général est plutôt à l'optimisme" peut-on lire sur le site de la télévision belge Rtbf.

Di Rupo avait remis sa démission au roi Albert II la semaine dernière mais le Palais a fait savoir vendredi que le roi lui avait demandé de rester. Les négociations ne devraient pas se tenir avant la mi-août, conformément au souhait du palais qui a souhaité instaurer une pause dans les discussions.

La Belgique est sans gouvernement depuis les élections législatives de juin 2010 qui ont vu les séparatistes flamands de la N-VA arriver en tête. Les Flamands exigent une plus grande autonomie mais les Wallons, qui interprètent cette exigence comme un premier pas vers la partition du pays, s'y opposent.

Les négociations entre les deux partis achoppent notamment sur la question communautaire, en particulier le traitement réservé aux communes de la périphérie flamande de Bruxelles qui sont majoritairemenent francophones.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2011 à 17:03 :
Quel est l'impact de cette vacance du pouvoir sur le déficit budgétaire et l'endettement du pays ? Positif ? Parce qu'aucune dépense nouvelle ne peut être votée ?
Réponse de le 23/07/2011 à 11:10 :
Sans parler d'impact positif, force est de reconnaitre que la France et son hyper-actif président ne font pas mieux. La Belgique affiche même une croissance supérieure à celle de la France. Pour moi ce n'est qu'une preuve de plus que la France n'est plus gouvernée. Les hommes politiques n'ont pas plus de poids que des chanteurs d'opérettes (comparaison en rapport à l'exposition médiatique...). Les hauts fonctionnaires règlent les affaires courantes en reconduisant année après année les mêmes budgets et les mêmes déficit.
a écrit le 22/07/2011 à 11:49 :
En fait, la seule chose qui panique les politiques Belges, c'est bien que le peuple ne se rende compte trop longtemps qu'il n'a pas besoin de cette couche de parasites. Il est vrai que parmi toutes les options de gouvernance que les politiques présentent, ils oublient sciemment d'inclure la seule qui fasse sens : se passer d'eux, étant donné la démonstration de leur inutilité depuis plus d'un an :-)
Réponse de le 22/07/2011 à 23:52 :
Tout à fait d'accord! J'habite en Belgique depuis plusieurs années, et cette dernière année a été une année comme les autres au quotidien. Et même que la Belgique se porte mieux, si on regarde les grands indicateurs. Comme quoi, on n'a pas besoin de gouvernments nationaux, mais d'une bonne administration nationale pour le quotidien. De toute manière, les grandes directions sont Européennes, et de Bruxelles (ironie de la géographie...)
Réponse de le 23/07/2011 à 17:07 :
Oui mais beaucoup plus de décisions sont prises par les instances locales dont le pouvoir politique est beaucoup plus étendu qu'en France. Le système est moins pyramidal que le système français et l'autonomie locale beaucoup plus poussée avec même des parlements locaux... Donc ce n'est pas vraiment comparable pour le quotidien. Par contre le gouvernement belge sert de représentant extérieur et depuis 1 an la Belgique n'existe plus dans les réunions internationales... comme c'était un "petit" pays peu de gens voient son absence... Ceci n'est pas transposable à la France qui préside le monde via le G20 et notre guide suprême ordonnateur et finalité de toute choses sur Terre...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :