L'OCDE invite les Grecs à la patience et à la rigueur

 |   |  350  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Dans un rapport publié ce mardi, l'Organisation de coopération et de développement économique se montre favorable au second plan de sauvetage décidé en juillet pour la Grèce tout en restant ferme : le pays devra respecter scrupuleusement ses engagements.

Il faudra s'armer de patience. Les effets du plan de sauvetage de la Grèce ne se feront pas sentir tout de suite, estime l'OCDE. Selon son rapport publié ce mardi, en cas de réussite du plan de sauvetage, le ratio entre la dette et la production grecques ne commencera à devenir favorable qu'à partir de 2013. Pour le moment, le produit intérieur brute en baisse de 4% en 2010 et un chômage à 16% sont de mauvais augures pour la croissance. L'institution prévoit ainsi une nouvelle récession pour 2011 et un retour de la croissance l'année d'après.

En attendant, l'OCDE invite la Grèce à respecter scrupuleusement ses engagements. "Il est clair que la clé de la réussite résidera dans la mise en oeuvre de ces réformes, qui devra être irréprochable", estiment ses économistes. Le plan d'aide européen à la Grèce n'est considéré comme efficace qu'en cas d'application stricte et rapide du programme d'austérité voté par Athènes. L'institution dirigée par José Angel Gurria invite même le gouvernement Papandréou à accélérer ses réformes.

"S'attaquer à la fraude fiscale"

Et, pour y parvenir, il faudra "convaincre la population grecque de la nécessité de mettre en oeuvre les réformes nécessaires". L'OCDE s'inquiète en particulier du le recouvrement des taxes. "Il importe de s'attaquer clairement et résolument à la fraude fiscale", est-il ainsi ainsi répété dans le rapport.

En matière d'assainissement des finances publiques, l'OCDE salue les efforts déjà réalisés et remarque que la Grèce est le premier pays en trente ans à être parvenu à réduire son déficit budgétaire de 5 points en 2010.

Libéralisation

L'Organisation encourage aussi le pays à poursuivre la libéralisation avec un renforcement des privatisations, l'allègement des charges pour les exportateurs ou encore la suppression des marges fixes pour certaines professions.

Le rapport précise enfin que ce programme "ne pourra porter ses fruits que si les coûts et avantages de la réforme, sont, de façon visible, largement et équitablement partagés".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :