Découvrez si votre banque ou votre assureur va aider la Grèce

La liste des trente-trois établissements qui se sont déclarés prêts à participer au plan d'aide à la Grèce vient d 'être publiée par l'Institut de la finance Internationale, association mondiale regroupant quelques 400 institutions financières.
Le président de l'IIF et du directoire de Deutsche Bank, Josef Ackermann

Pour sauver la Grèce de la faillite, dites "33". C'est en effet le nombre de banques et d'assureurs privés qui, jusqu'ici, se sont déclarés prêts à participer "volontairement" au deuxième plan d'aide aux finances exsangues d'Athènes.

La liste de ces établissements vient d 'être publiée par l'Institut de la Finance Internationale (Institute of International Finance, IIF), association mondiale regroupant quelques 400 institutions financières, surtout des banques.

Ces 33 banques ou assureurs s'engagent à échanger les titres de la dette grecque qu'ils détiennent actuellement et/ou à racheter des titres de cette dette. Certains des établissements listés "n'ont pas une exposition directe à la dette du gouvernement grec", précise toutefois l'IIF.

Evidemment pour ces établissements possédant des titres grecs, c'est-à-dire ces créanciers privés du gouvernement grec, cette "aide" est aussi une aide à eux-mêmes car sans aide à la Grèce, le pays ferait défaut et il y a donc peu de chances qu'ils soient remboursés de leur emprunt accordé à Athènes.

Conflit d'intérêts

Côté français, BNP Paribas et la Société générale se sont engagées à y participer, tout comme les assureurs Axa et CNP Assurances. Singulièrement ni le Crédit Agricole, ni sa filiale grecque Emporiki ne figurent sur cette liste de l'IIF.

Pourtant la "banque verte" avait indiqué dès le 28 juillet "saluer l'accord des chefs d'État et de gouvernement de la zone euro sur le nouveau plan de soutien à la Grèce". "Le groupe Crédit Agricole S.A. participera au plan proposé" avait précisé la banque française.

BNP Paribas sera par ailleurs présente des deux côtés de la barrière, tout comme la Deutsche Bank et HSBC : toutes les trois conseillent en effet le ministère grec des Finances dans les négociations avec les créanciers privés, l'IIF...

Le conflit d'intérêts semble encore plus grand pour le patron de la Deutsche Bank, le suisse Josef Ackermann : il dirige non seulement la Deutsche mais est aussi le président de l'IIF...

Singulièrement aucune banque américaine, ni japonaise ne se sont déclarées encore prêtes à sauter le pas. Lors du sommet extraordinaire de la zone euro le 21 juillet dernier, il avait été convenu avec l'IIF que les créanciers privés contribuent à hauteur de 37 milliards d'euros (via l'échange de titres de la dette grecque) au plan de sauvetage. 13 autres milliards d'euros seraient fournis par le secteur privé via le programme de rachat de la dette grecque (DBB, "Debt-buy-back").

Théoriquement ce programme d'échanges de titres devrait être réalisé en ce mois d'août, selon l'échéance indiquée initialement.

Voici les banques et assureurs ayant "exprimé leur soutien ferme" à l'offre de financement de l'IIF à la Grèce:

France :  AXA, BNP Paribas, CNP Assurances, Société Générale

Allemagne : Allianz, Bayern LB, Commerzbank, Deutsche Bank, Munich Re

Italie : Generali, Intesa SanPaolo, UniCredit S.p.A.

Espagne : Banco Santander, BBVA

Belgique : Dexia

Pays-Bas : ING

Grèce : Alpha Bank, Eurobank EFG Group, National Bank of Greece, Piraeus Bank

Chypre : Bank of Cyprus, Hellenic Bank

Royaume-Uni : HSBC, Royal Bank of Scotland Group, Standard Chartered

Suède : SEB

Suisse : Credit Suisse, Swiss Re, Zurich Financial

Turquie: AK Bank

Koweit : National Bank of Kuwait

Brésil : Itaú Unibanco

Corée du Sud :  KB Financial Group

Canada : Scotiabank

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 06/08/2011 à 6:41
Signaler
moi j'ai pratiquement tout vidé pour investir dan de l'immobilier avec des rentabiliteés minimum de 3.5% à 6.3% selon les appartements et en plus je sécurise mon patrimoine pour mes enfants( " j'en avais marre de financer le profit des banques...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.