Les "faucons" de la Fed fondent sur Bernanke

Les dissidents du Comité de politique monétaire de la Réserve fédérale tirent la sonnette d'alarme. La banque centrale se trompe en voulant stimuler la croissance, pour pallier la paralysie de Washington.

5 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

En ordre dispersé mais avec une rare férocité, les « faucons » de la Réserve fédérale (Fed) multiplient leurs attaques contre Ben Bernanke. Selon eux, la banque centrale des Etats-Unis n'aurait jamais dû prévenir la semaine dernière les marchés, alors en pleine déconfiture, que son taux directeur resterait à son niveau actuel - une fourchette de variation comprise entre 0% et 0,25% - « au moins jusqu'à la mi-2013 ».

Après quelques jours de mutisme, les trois membres du Comité de politique monétaire (FOMC) de la Fed qui s'étaient opposés à cette décision le 9 août dernier sont sortis de leur réserve. Ils auraient préféré que son communiqué ne dévoile pas de calendrier spécifique sur l'avenir des taux d'intérêts, en maintenant simplement l'engagement, en vigueur depuis mars 2009, de « bas taux d'intérêts pour une période prolongée ».

La première salve a été tirée vendredi dernier par Narayana Kocherlakota. Le président de la Fed de Minneapolis a déclaré que les « banquiers centraux ne peuvent à eux seuls régler les problèmes économiques ». Un verdict qui intervient alors qu'un nombre croissant d'opérateurs de marché jugent que les dissensions sont telles entre la Maison-Blanche et le Congrès, et au sein même du Capitole, que seule la Fed est susceptible de voler au secours d'une économie américaine en panne de croissance. En s'engageant à maintenir ses taux proches de 0%, voire en relançant l'usage désormais très controversé de la planche à billet.

La Fed incapable de faciliter la mobilité géographique

Mais Narayana Kocherlakota remarque que la Fed ne peut rien pour faciliter la mobilité géographique des travailleurs américains vers les régions et les secteurs les plus dynamiques. Le marasme de l'immobilier - secteur qui tirait la croissance au milieu des années 2000 - a pour effet pervers de peser sur les transactions immobilières, et donc sur la capacité d'adaptation des travailleurs américains.

Acte 2 : Richard Fisher et Charles Plosser, respectivement présidents des Fed de Dallas et de Philadelphie, passent à l'offensive. Mercredi, le premier a déclaré lors d'un forum qu'à son sens, « ce qui réfrène notre économie n'est pas la politique monétaire mais la mauvaise gestion budgétaire à Washington ». Pis « il n'est pas sage de s'engager à faire plus que [stabiliser la taille du bilan de la Fed et garantir des taux à un bas niveau pour une période prolongée], (...) quand les liquidités déjà abondantes et à bon marché que nous avons rendues disponibles restent en jachère », explique-t-il en notant que les banques et les entreprises disposent déjà de respectivement 1.600 et 1.000 milliards de dollars de fonds inutilisés.

Ne pas "protéger les traders sur le marché boursier"

D'une manière générale, la Fed ne devrait pas intervenir dans le but de « protéger des traders sur le marché boursier ou des investisseurs », estime Richard Fisher. « Les entreprises ne peuvent tout simplement pas adapter leur stratégie ou leur budget aux incertitudes fiscales et réglementaires », auxquelles les contraint la capitale fédérale, juge-t-il. « Aucun nouvel assouplissement monétaire ne peut se substituer au besoin de clarification [que les agents économiques] », avertit encore Richard Fisher.

« En fait, [un nouvel assouplissement monétaire] ne peut qu'aggraver la situation », estime-t-il. « Mettez-vous dans la peau d'un entrepreneur ». « Je n'ai pas à m'inquiéter de mon coût d'emprunt pour encore deux ans. Etant donné que je ne sais pas comment je serais impacté par les décisions que prendra le Congrès, mais que je sais que le crédit restera bon marché jusqu'à la nouvelle élection, quelle incitation ai-je à investir et dépenser maintenant ? »

Alors que depuis décembre 2008, le taux directeur de la Fed se situe à un plus bas historique, Charles Plosser a pour sa part estimé ce mercredi sur Bloomberg Radio qu'il « y a un grand débat [à l'heure actuelle] sur les outils de politique monétaire », et que l'opinion « doit reconnaître [leurs limites] ». Selon lui, la décision de la Fed « a créé la confusion » car elle n'est pas « une promesse » sur le maintien des taux, qui « remonteront bien avant 2013 ». « Que ce soit au sein ou en dehors de la Fed, je crois que c'est une erreur pour les responsables [politiques et économiques] de considérer que si la politique budgétaire est paralysée, la banque centrale doit agir », a martelé Charles Plosser, pour qui la Fed a surtout « besoin de préserver son indépendance ».

Ben Bernanke "traître" à la patrie

Les propos de Kocherlakota, Fisher et Plosser interviennent alors que Ben Bernanke a été violemment pris à parti lundi par Rick Perry, gouverneur du Texas et candidat à l'investiture républicaine pour la présidentielle de 2012. Avant même que le président de la Fed ne s'exprime sur la nécessité - ou pas - de lancer une troisième vague d'assouplissement quantitatif (QE3), Perry a déclaré que « faire tourner la planche à billet entre maintenant et les élections » pourrait être assimilé à un « acte de trahison ». Des propos qui ne font pas l'unanimité dans le camp républicain. Il est inacceptable « d'accuser le président de la Réserve fédérale de trahison envers son pays », a rétorqué sur Fox News Karl Rove, l'architecte des victoires électorales de George W. Bush au Texas, puis au niveau national.

Ben Bernanke a beau être réputé indépendant et avoir le cuir dur, son discours très attendu de Jackson Hole le 26 août sera prononcé dans un climat extrêmement tendu, à l'intérieur comme en dehors des salles de marché.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 19/08/2011 à 14:12
Signaler
La politique d'Obama/Bernanke est inadéquate. La preuve en est faite par la rechute de l'économie. Heureusement que des courageux osent maintenant parler. Le problème est ailleurs que dans le manque de liquidités de l'économie américaine, laquelle en...

à écrit le 19/08/2011 à 13:05
Signaler
Le QE3 sera mis en place et probablement un QE4. Cependant ces outils seront "dédiés" c'est à dire avec des objectifs définis et non plus généraux comme pour les 2 premiers. La cible étant la remise en place d'un mécanisme monétaire performant, la po...

le 19/08/2011 à 14:38
Signaler
Pas forcément, car 1) Le QE2 n'a pas marché, au dire de beaucoup d'économistes. Pourquoi faire un QE3 dans ces conditions ? 2) L'inflation monte.. Et un QE3 risque d'aggraver les choses de ce point de vue. 3) La Chine n'est pas d'accord, et a de pus ...

à écrit le 19/08/2011 à 8:20
Signaler
j'aime le titre... les faucons .... pour ne pas dire les vautours ...

à écrit le 18/08/2011 à 20:21
Signaler
Rick Perry n'est que la pale copie de Ron Paul qui est le véritable candidat révolutionnaire de ces primaires. Ron Paul est boycotté aux Etats Unis et en France, il est le seul à bénéficier d'un grass root moovement...les autres sont financés par l...

à écrit le 18/08/2011 à 15:36
Signaler
Bravo à Fisher et à ses deux acolytes. Faire tourner la planche à billets ne peut pas être une solution durable. De plus, la catastrophe des subprimes est la conséquences de taux trop bas qui ont créé une bulle spéculative et obligataire (subprimes, ...

le 18/08/2011 à 17:22
Signaler
C'est au pied du mur que l'on voit le maçon et il n'est pas sûr qu'il s'en sorte mieux avec une société axée uniquement sur le gaspillage, le plaisir, la vie au présent et à crédit. Pour s'en sortir il faudrait faire une gestion rigoureuse, équilibre...

à écrit le 18/08/2011 à 15:31
Signaler
Je ne vois pas bien ce que Ben Bernanke puisse faire d'autre que de laisser le crédit pas cher et de fabriquer des billets pour une Amérique dépensière, avec une consommation débridée etr incapable de contenir un déficit budgétaire hyperhyper astrono...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.