Le débat se radicalise sur les "eurobonds"

Pour Angela Merkel, les "eurobonds" seraient "une erreur absolue", pour la BCE un risque pour l'équilibre budgétaire et pour la France une solution à long terme.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Constituée des créanciers que sont la Banque centrale européenne, le Fonds monétaire international et l'Union européenne, la Troika continuera l'examen du dossier grec jusqu'à fin septembre. Olli Rehn, le Commissaire européen aux  Finances l'a annoncé ce jeudi. En attendant la décision des créanciers d'Athènes, les discussions continuent sur les solutions avancées pour tenter d'enrayer la crise. Sur le devant de la scène, en particulier : la création d'euro-obligations. Mercredi, la Commission européenne a fait savoir quelle ferait prochainement des propositions en vue d'en introduire.

Pour Angela Merkel, ce serait ?une erreur absolue?. La chancelière allemande a fermement réaffirmé la position de l?Allemagne vis-à-vis d?une mutualisation des dettes en Europe. Pour elle, il n?est pas question de créer des euro-obligations car "pour avoir des taux d'intérêt communs, il faut des niveaux de compétitivité similaires et des situations budgétaires similaires. On n'arrive pas à cela en mettant en commun des dettes." En août déjà, lors du sommet franco-allemand sur la crise de la dette, cette solution avait été écartée.

La BCE craint des politiques "expansionnistes"

La Banque centrale européenne y est aussi réticente. L'un des membres de son directoire, Lorenzo Bini Smaghi, craint que "sans contraintes sévères" ces eurobonds ne favorisent "des politiques budgétaires, en moyenne, plus expansionnistes, et une dette plus élevée, dont les coûts seront aussi partagés par les pays plus disciplinés". 

Pour régler la crise de la dette en Europe, il juge préférable de mettre en place "un mécanisme institutionnel avec quelques caractéristiques basiques: indépendence, responsabilité, efficacité opérationnelle et capacité de prise de décision" sur le principe du Fonds monétaire international. "Le Fonds européen de stabilité financière est une tentative de créer une institution avec ces caractéristiques", a reconnu l'Italien qui voit d'un bon oeil dans l'extension des attributions de ce fonds décidée le 21 juillet. Il soulève toutefois quelques "imperfections", en particulier en terme de "prise de décision".

La France semble un peu plus ouverte à l'idée de mutualiser les dettes dans la zone euro en créant un titre commun. Le ministre français de l'Economie, François Baroin, l'avait déjà indiqué. Valérie Pécresse, ministre du Budget, l'a répété à sa suite. Mais cette solution pour préserver la stabilité de la zone à long terme ne serait envisageable qu'après un retour à l'équilibre.

 

 

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 32
à écrit le 16/09/2011 à 10:35
Signaler
Au secours arretez ces foux furieux qui sont aux commandes Politiques et banquiers Ils veulent emmener tout le monde par le fond...La france va deja a la catastrophe alors je pense que nos politiques veulent emmener toute l Europe par le fond pour di...

à écrit le 16/09/2011 à 9:49
Signaler
Ce qui est réconfortant, c'est qu'un nombre certain d'individus, et des Francais même, si j'en juge par la teneur de ce forum, gardent une bonne dose de bon sens. Absolument l'inverse du dogmatisme des soi-disants élites, toutes formées au même moule...

le 17/09/2011 à 6:58
Signaler
Si nos élites politiques sont si dogmatiques - mais aussi incompétentes - ce n'est pas parce qu'"elles sont formées au même moule de la finance". C'est, en réalité, parce que, sortant de Sciences Po ou ENA, elles ne sont pas du tout formées aux quest...

le 17/09/2011 à 21:46
Signaler
Quand je dis formées, entendez ceci: c'est le potier qui forme le pot. Ce dernier ne fait que répéter l'injonction du potier. Mais tous deux ont la même finalité... Le financier dicte au haut fonctionnaire, qui répète sa prière au veau d'or, même s'i...

à écrit le 16/09/2011 à 0:41
Signaler
Les Euro-bonds faciliterait une convergence des économies. Le danger serait un manque de discipline budgétaire. Des clauses excluant les pays qui ne respectent pas la limite des 3% devraient don être prévues. Il est bien évident que si un pays qui es...

le 16/09/2011 à 9:17
Signaler
@ Machiavelli : Vous prêchez de récompenser les mauvais en punissant les bons. A ce jeu, à moins que les bons ne se retirent, tout le monde devient mauvais.

le 16/09/2011 à 10:43
Signaler
Facile de critiquer les Allemands qui ont deja absorbe l allemagne de l est et font sepuis 15 ans des efforts pour rembourser...maintenant on leur demande de payer pour la Grece ensuite irlande portugal etc.(nous on gueule deja contre la corse...) Co...

à écrit le 15/09/2011 à 23:29
Signaler
La France c'est bien connu vit au dessus de ses moyens depuis que la moitié de la population est née. On s?habitue! La dette est pour nos enfants (y compris le remboursement des éventuels Eurobonds, d?où la solution à long terme de M.Sarko). La Franc...

à écrit le 15/09/2011 à 18:14
Signaler
La France voudrait les Eurobonds, car cela lui permettrait, comme avec les subventions agricoles, de vivre aux crochets de l'Allemagne. Mais la ruse est trop naïve, c'est cousu de fil blanc et désormais l'Allemagne, qui considère qu'après toutes ces ...

à écrit le 15/09/2011 à 17:33
Signaler
Les Allemands ont raison. De toute façon, au préalable, il faut des politiques économiques, budgétaires, fiscales communes. Ce sont les "marchés" qui rafoleraient des eurobonds: des obligations à un taux plus fort(forcément car on mutualise les dette...

à écrit le 15/09/2011 à 17:13
Signaler
Cette Dame a raison ; on ne doit pas mutualiser les dettes de qui que ce soit ou alors , les banques demanderont elles aussi ce systeme pour les particuliers .Plus de surendettement chez nous donc puisque tous les français qui possédent un compte app...

à écrit le 15/09/2011 à 17:09
Signaler
Ne serait-il pas temps d'EXPLIQUER que nous n'avons pas d'autre choix que de marcher vers plus de fédéralisme? comment peut-on croire que l'euro puisse survivre dans l'état? Avoir une dette commune au niveau de l'Union ne veut pas dire que nous ( Eur...

le 15/09/2011 à 18:01
Signaler
Vous avez raison. Le mythe "Europe des patries", cadeau du général de De Gaulle, a fait la preuve de sa nature disfonctionnelle. Il faut en tirer la leçon. C'aurait été fait depuis 50 ans si Adenauer, Gasperi et Schumann étaient plus longtemps restés...

le 15/09/2011 à 18:13
Signaler
Dites Eurofédéral, j'espère que vous faites virer votre salaire directement dans les comptes dédiés à la construction européenne ?! Parce que faire payer aux autres une utopie, cela n'a pas grand chose de démocratique, non ?

le 15/09/2011 à 19:17
Signaler
Nous payons bien pour les DOM TOM et autres collectivités territoriales avec lesquelles , j'avoue, ne pas avoir d'attirance particulière....l'EU est notre espace naturelle mais vous semblez avoir quelque difficulté à comprendre cela, n'est-ce pas? Si...

le 16/09/2011 à 9:26
Signaler
EuroFederal, Les Allemands seraient a 100% pour les EU d'Europe, si les politique nationales etaient abandonées. Donc la France en particulier doit abandonner tout ce que De Gaulle a achevé (force de frappe indépendente, etc...). La majorité ...

à écrit le 15/09/2011 à 15:44
Signaler
en dépit des excès de la presse basique, les Allemands comprennent que leur intérêt est de garder la monnaie des 17, tant au plan des symboles que des échanges, mais Merkel louvoie de + en + mal et manque de véritable projet politique, d'où ses échec...

le 15/09/2011 à 16:12
Signaler
Angela a raison, les eurobonds sont une absurdité la plus totale. Il n'y a que les pétainistes de la crise économique et financière pour pactiser avec les voyous de la finances pleinement responsables de la crise.

à écrit le 15/09/2011 à 15:36
Signaler
J'ose espérer que cette fois ci Mme MERKEL tiendra bon. Nous autres français , hormis ceux de la caste dirigeante UMPS, nous ne voulons pas non plus de la mutualisation de la dette qu'elle se rassure. Je n'ai nulle envie de payer pour les grecques...

à écrit le 15/09/2011 à 15:04
Signaler
C'est normal que la France veuille mutualiser les dettes , par contre pour les profits on ne partage pas...

à écrit le 15/09/2011 à 14:28
Signaler
Simulacre de politique, simulacre d'économie ! Tout à jeter !

à écrit le 15/09/2011 à 14:02
Signaler
La tendance en Allemagne est relativement claire. Un sondage l a d´ailleurs bien démontré http://www.boersennews.de/nachrichten/umfragen Une ardoise de près de 40 milliards en plus, alors que la Grèce en paierait 30 de moi, vous avez dit "alea mor...

à écrit le 15/09/2011 à 13:42
Signaler
Pas étonnant que la France soit "ouverte à l'idée de mutualiser les dettes dans la zone euro" : elle fait partie des paniers percés. Mais ce n'est pas lui rendre service que de l'aider à jeter l'argent par les fenêtres. Donc, pas d'eurobonds !

à écrit le 15/09/2011 à 13:34
Signaler
les Allrmands ne veulent pas d'euros-bonds (obligations ) car ils paieraient plus cher l'argent acheté qu'actuellement.

à écrit le 15/09/2011 à 11:43
Signaler
Quand les élus du peuple seront responsables ainsi que leur famille sur leur patrimoine personnel de l'endettement et des déficits publics ou du laxisme ayant permis la bulle de l'endettement privé, et quand on pourra les juger comme dans l'Antiquité...

le 15/09/2011 à 12:32
Signaler
Bien dit.avec la responsabilité pénale et fiscale des élus de tout poil,ils y réfléchiraient à 2 fois.

le 15/09/2011 à 12:40
Signaler
D'accord; c'est tout de même incroyable qu'il y ai une totale impunité de tout ces fous furieux ???? Vous avez plus d'ennuis en roulant à 56 au lieu de 50 !

le 15/09/2011 à 12:41
Signaler
...comme pour un dirigeant d'entreprise en somme...!

le 15/09/2011 à 13:11
Signaler
De la même façon que la moralisation de la vie publique est une absolue nécessité (livre idéaliste "les corps indécents") les élus doivent être responsables devant le peuple sans une once de complaisance en ce qui concerne l'usage qu'ils font de l'ar...

le 15/09/2011 à 13:31
Signaler
+6

le 15/09/2011 à 13:38
Signaler
L'immunité commence par le président de la république. C'est par là qu'il faut regarder d'abord.

le 15/09/2011 à 16:17
Signaler
Nous sommes d'accord, le Peuple Français doit se dresser pour STOPPER ces bandits politocards, comme ont su le faire les peuples du Magrheb ... dehors Khadafi, dehors Moubarak, dehors Ben Ali Trabelis et consorts, dehors les Parlementaires et les Elu...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.